Aryanne

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 3 avis)

A la suite du mariage d'Aryanne de Thul de Guise d'Atlantis, les deux empires vont-ils se fondre dans une paix millénaire ? Série mélangeant erotisme, fantastique et aventure antique.


A la suite du mariage d'Aryanne de Thul de Guise d'Atlantis, les deux empires vont-ils se fondre dans une paix millénaire ? Tandis que la passion des amants s'exacerbe, l'ambition monte autour d'eux et les intrigues se multiplient à la cour. Le malheur guette et ce grand amour menacé va défier le temps et les éléments. Des siècles ont passé depuis l'union des amants royaux. Thul a disparu. Atlantis s'est abîmée dans l'océan. La carte du monde a été redessinée. C'est au hasard d'un naufrage que Daho, un capitaine pirate, met à jour la tombe de Guise et d'Aryanne. Une véritable aubaine car les objets en provenance des anciens empires se vendent des fortunes à d'étranges émissaires venus d'une cité perdue dans le désert. La beauté d'Aryanne subjugue toutefois le pirate... elle qui semble encore si vivante...

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Février 1986
Statut histoire Série terminée 9 tomes parus
Couverture de la série Aryanne
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

05/05/2007 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette sorte de péplum violent et érotique intrigue par ses décors étranges et son aspect parfaitement déroutant. C'est en effet dans un monde vraiment insolite où les auteurs emmènent le lecteur, avec ce choix d'époque antique indéterminée, ces personnages aux masques d'animaux, ce pouvoir détenu par des dirigeants mystérieux et cet érotisme très présent et parfois poussé, où les femmes sont belles et provocantes. C'est un univers qui peut ressembler à la luxure et à la dépravation qui avaient lieu à Sodome et Gomorrhe, les 2 cités bibliques détruites par l'Eternel. Le dessin de Michel Guillou s'inscrit dans le style des Bd des années 80, il ne me déplaît pas, j'y suis habitué, même s'il présente quelques petits défauts comme les visages peu variés ou certains décors peu travaillés. Ces aventures sont tellement étranges qu'elles ont sans doute détourné le lecteur basique qui les a découvertes en 1986, d'où l'insuccès de la série qui aujourd'hui est très méconnue, surtout qu'il y a quand même 9 albums édités entre 1986 et 91 chez un petit éditeur (j'ai vu ces albums chez mon bouquiniste, à prix très réduits, puis 2 autres à la bourse toutes collections de Bergerac ; sinon, ils sont peu faciles à trouver). Une redécouverte intéressante à faire.

24/03/2014 (modifier)
Par AqME
Note: 1/5

J'ai essayé de lire le premier tome et je ne suis pas arrivé jusqu'à la fin. Pourquoi? Plusieurs raisons à cela. La première raison est un dessin qui ne me plait pas du tout. Les couleurs sont criardes et franchement démodées. D'ailleurs elles ne vont pas du tout avec l'environnement de la BD qui se veut antique. Puis les traits sont trop grossiers, tous les personnages se ressemblent et on se pas qui est qui, ce qui crée un profond trouble au lecteur qui a du mal à se repérer surtout dans cette histoire de prise de pouvoir et d'accession au trône. De plus, l'omniprésence de sexe dans cette série me dégoute plus qu'autre chose. A croire que l'antiquité était un temps propice au lupanar et autres joyeux bordels. Puis le scénario n'est pas novateur ni super engageant. On se lasse au bout de deux pages car les attaques du début sont risibles, les dialogues creux et on ne sait pas du tout si l'on se trouve en présence de quelque chose de véritablement historique ou dans un monde plutôt axé héroïc-fantasy. Le lecteur est dérouté et a du mal à s'engager concrètement dans une lecture passionnée. Au final, le produit m'a semblé fade, à la fois intemporel et inclassable. J'en suis ressorti franchement déçu et je n'ai pas envie de continuer à lire cette série. A réserver à ceux qui aiment les univers ambigus où le sexe est prépondérant avec un scénario d'intrigue au palais sans grande envergure et des personnages très peu charismatiques voire pas du tout.

28/02/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

La maquette des couvertures, le dessin "ligne claire" des premiers tomes et le décor antique rappellent immanquablement les séries historiques de Jacques Martin (Alix, Orion,...) et ses proches chez Casterman. Mais autant cet aspect extérieur semble directement semblable à ces séries, autant à la lecture on se rend compte que Aryanne est indubitablement plus axée vers l'érotisme que vers le réalisme historique. Aryanne est la princesse de Thul, royaume légendaire ayant disparu en même temps que l'Atlantide dont Aryanne est amoureuse du prince. Après un premier tome les mettant aux prises aux intrigues de cour de ces royaumes sur le point de disparaître, ils vont être mis en catalepsie et se retrouver, frais et fringuant, dans le monde antique, à une époque indéterminée tant s'y mélangent les références historiques réelles ou imaginaires. Aryanne n'aura alors de cesse que de retrouver son amour dont elle aura été séparé. Elle vivra alors de nombreuses aventures, l'amenant des côtes méditerranéennes aux déserts arabes puis à l'Afrique profonde, le Grand Nord, etc... Les intrigues aventuresques relativement classiques et simples. Mais elles sont surtout prétexte à les parsemer de nombreuses scènes érotiques, les femmes se retrouvant très rapidement nues ou très sensuelles, et les scènes de sexe étant légions. Autant ces scènes sont un peu faciles et souvent racoleuses, autant elles se fondent relativement bien dans le récit. Même si on se lasse un peu de la façon dont tous sont attirés sans exception par les charmes d'Aryanne. Le dessin évolue au fil des tomes. Très proche de la ligne claire dans les premiers albums, son trait deviendra plus fluide et lâché aux alentours du 5e ou 6e tome. Il a un aspect globalement correct. Les planches rendent bien quand on les regarde dans leur ensemble, les corps humains sont tout à fait réussis (ce qui aide pour les scènes érotiques), les décors assez économes mais plutôt bien dessinés. Mais il ne faut pas trop s'attacher aux détails. Ceux-ci font en effet souvent preuve de défauts manifestes : postures qui manquent de naturel, visages peu harmonieux, mains étranges, animaux ratés (je pense par exemple au guépard dans le tome 2 qui tranche vraiment par sa laideur). Et la narration graphique, même si elle se laisse lire, manque par moment de fluidité et de clarté. Des aventures à l'ancienne dans une antiquité fantasmée avec une bonne dose d'érotisme légèrement racoleur, cela se laisse lire, ne manque pas d'un certain charme, mais reste à mes yeux une série de qualité trop moyenne pour en valoir l'achat.

05/05/2007 (modifier)