Orion

Note: 2.86/5
(2.86/5 pour 7 avis)

Près d'un ancien temple d'Artémis qui se reflète dans un petit lac enchanteur, un jeune voyageur rêve de construire un jour sa maison. Hélas, la Grèce est ravagée par les conflits du Péloponnèse, qui opposent Sparte à Athènes.


Au temps de la Grèce Antique Esclavage Jacques Martin Ligne Claire

C'est dans cette cité-état que se rend Orion pour mettre sa bravoure, son intelligence et son redoutable arc-fouet au service de Périclès, le Stratège suprême, qui lui confiera la périlleuse mission d'infiltrer l'armée spartiate. Orion va être amené à beaucoup voyager, sur les rives inquétantes du Styx et en Egypte occupée par les Perses,avant de s'embarquer pour la Mésopotamie. Combattant courageux et loyal, il découvrira avec amertume que les puissants font peu de cas du sort des individus quand la raison d'état est en jeu. La Grèce antique est déchirée par les conflits entre Athènes, Sparte et Corinthe. Sparte tente d'établir son hégémonie sur les autres villes. Pour avoir le temps de préparer sa défense contre les attaques de Sparte, le Stratège d'Athènes charge Orion de faire diversion. Envoyé comme espion à Sparte, il rencontre Hilona, la belle esclave, et avec son aide, provoque un soulèvement des Ilotes qui tentent de fuir la cité. Poursuivis par l'armée Spartiate, les fuyards parviennent à regagner Athènes. Avec son ami Sorg, l'homme-lion, Orion parviendra à ramener la paix en grèce. Mais à quel prix...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1990
Statut histoire Une histoire par tome 4 tomes parus
Couverture de la série Orion
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

03/01/2003 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai lu les trois premiers tomes de la série, parus d’ailleurs chez trois éditeurs différents, ce qui semble montrer que Martin a eu des difficultés pour faire publier ces histoires. Pourtant, rien de révolutionnaire pour les amateurs de l’auteur d’ Alix. En effet, cela aurait tout aussi bien pu s’intituler « Alix en Grèce », tant le style est proche. Ce qui est hélas valable aussi pour les reproches qu’on peut faire à Martin, à savoir des commentaires descriptifs hors phylactères et des dialogues souvent bien trop longs ! Mais ce n’est pas Alix donc, mais Orion le héros de cette série, qui se déroule à Athènes, durant la guerre du Péloponnèse l’opposant à Sparte (Orion est d’ailleurs accueilli dans le premier tome par le stratège légendaire Périclès), et en Egypte pour le troisième (album au milieu duquel Martin passe la main à Christophe Simon pour le dessin – sans que cela soit trop préjudiciable). L’ensemble se laisse lire (le premier album est celui que j’ai le moins aimé), c’est comme toujours très bien documenté. Mais je n’ai pas non plus été captivé outre mesure par les aventures de ce jeune héros antique. A réserver aux fans d’ Alix et/ou de Jacques Martin.

27/07/2017 (modifier)
Par Thobias
Note: 3/5

Ce qui m'éclate chez Martin c'est son homoérotisme involontaire dans une bd presque vieillote voire un petit peu ringarde. Dans Alix c'est la relation entre le blondinet et Enak, ici ça éclate dans la scène où Orion est chargé de fouetter des jeunes Spartiates aux corps sublimes. Martin serait pas un peu pédé refoulé sur les bords? Ou alors c'est l'ambiance antique qui veut ça. Pourquoi je parle que de ça? Parce que j'ai lu cette bd il y a au moins 12 ans et que c'est tout ce que mes émois adolescents en ont retenu. Enfin j'exagère, je me souviens aussi de l'histoire des hommes-lions qui était bien foutue et étonnamment sordide pour du Martin. Enfin la jeune fille dont le héros est amoureux meurt dans le tome 2: encore un bon point. Dans mes souvenirs le personnage d'Orion sans être original était quand même plus intéressant qu'Alix le fadasse ou Enak la tête à claque. Finalement il faudrait que je m'y replonge, c'est une sorte d'Alix en Grèce et en un peu plus violent et adulte.

06/06/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Lorsque J. Martin est en froid avec son éditeur, et ne pouvant oublier sa passion pour l'Antiquité, il aborde avec cette création irrégulière en 1989, un thème identique à celui d' Alix, Orion étant le double d'Alix en Grec, évoluant entre Athènes et d'autres grandes cités. Jeune érudit et habile aux armes, il devient le protégé de Périclès, rencontre Socrate et Alcibiade. Martin profite qu'il n'est plus dépendant du journal Tintin pour donner une vision un peu plus libertine du monde antique; le lecteur s'aperçoit combien les cités grecques se livraient à des rivalités implacables à travers ces aventures solidement documentées, et où graphiquement, j'ai l'impression que l'auteur s'est beaucoup plus appliqué, ses dessins sont d'une finesse, le sens du détail est poussé à l'extrême, sacrifiant une fois encore les personnages aux contours figés; on n'y peut rien, c'est du Martin. La série aurait peut-être mérité plus que les 3 albums initiaux (le 3ème étant terminé par Christophe Simon) réunis en une petite intégrale de format inhabituel et intitulée la Trilogie Grecque. En 2008, Marc Jailloux relève le défi avec l'assentiment de Martin, perdant progressivement la vue, pour sortir en 2011 un nouvel album, un an après la disparition de Martin; Jailloux fait preuve d'une maîtrise et d'une filiation directe sur le plan graphique, mais pour l'instant l'essai reste à transformer. En bref, une série plaisante, facile à trouver en occase (personnellement, j'ai dégoté les 3 à Angoulême pour 7 euros pièce, en bon état).

26/06/2013 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Une excellente série... à mes yeux "d'ancien", bien sûr... "Orion" décrit les aventures d'un "nouvel" héros créé par Jacques Martin en 1990. Dans une Grèce antique formidablement reconstituée, Orion m'a convié à de bondissantes aventures dans lesquelles il n'est qu'un pion manipulé ; mais il le sait. Archer émérite, décideur, "sans peur et sans reproche" (comme tous les héros de Martin), il est le fil conducteur de la solide trame scénarisée par l'auteur. Les histoires mêlent faits réels, réminiscences passées, dans des cases de toute beauté dont le détail, souvent, atteint la perfection graphique. La mise en page, le graphisme sont magnifiés par les décors, les arrière-plans auquel le dessinateur nous habitue. Moult détails attirent l'oeil. La description d'époque est à nouveau la résultante d'un travail de documentation énorme. Une belle colorisation d'ensemble de Maud Chapelle parachève l'ensemble. C'est vrai, c'est un peu "lourd" à lire pour les "non-initiés" -mais c'est du Martin-. Bien belle série qui se passe dans une période pas trop exploitée en BD.

16/02/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai trouvé cette série assez lourdingue, trop vieillotte alors qu'elle date d'il n'y a pas si longtemps. Le dessin de Jacques Martin est plutôt pas mal, figé pour les personnages mais très réussi pour les décors. Les couleurs également sont bonnes. Mais le tout a un style désuet et les personnages féminins sont tellement... masculins que je dois dire que je ne suis pas vraiment fan. Jacques Martin laisse la main à un plus jeune dessinateur pour le tome 3, modifiant le style en quelque chose de moins figé, assez joli, mais raté en ce qui concerne les anatomies des personnages. Quant aux scénarios, bof bof. Le côté Historique de la chose est pas trop mal en ce qui concerne les relations entre villes grecques pour les deux premiers tomes, puis l'Egypte à l'époque où elle est sous domination Perse pour le tome 3. Le tome 1 fait vraiment dans l'Historique (guerre entre Athènes, Sparte et Corinthe) mais est très naïf et vieillot dans l'histoire que vit Orion lui-même. C'en est vraiment lourdingue, tant au niveau des dialogues que de l'intrigue et de la narration. Le tome 2, lui, ajoute une touche fantastique (avec les hommes-lions) au côté Historique, mais ça reste toujours bêta à mes yeux tant ça parait à la fois destiné aux enfants dans l'histoire (un lion qui viole une femme et cette dernière qui forme alors une famille d'hommes-lions pour se venger, mais les méchants Grecs vont trahir cette famille et l'exterminer) mais destiné aux adultes pour la forme désuète du dessin et de la narration. Le tome 3 change la donne puisqu'il se passe en Egypte où Orion va participer au combat entre les occupants Perses et les troupes encore fidèles au Pharaon destitué. Intrigue Historique assez intéressante mais récit sans réelle saveur ni rien de prenant. Et toujours les dialogues sont niais, le personnage d'Orion assez désagréable et les histoires en elles-mêmes sont soit naïves, soit tout simplement lourdes. En gros, une série très dispensable malgré son côté historique assez valable.

15/02/2005 (modifier)
L'avatar du posteur Guillaume.M

Oui c'est une histoire qui se passe à l'époque de la Grèce antique, oui le dessin est beau quoique d'un style assez "vieille BD", mais on s'ennuie... L'histoire ne casse franchement rien et le personnage principal, Orion, me donne envie de lui planter un glaive de bronze entre les deux yeux. Il m'énerve par son attitude, son look, son caractère, etc. Je laisse la seconde étoile parce que c'est pas non plus une daube, mais on n'est pas passé loin... S'ajoute à cela que la série a été abandonnée, de mieux en mieux... Passez votre chemin sans aucun regret, mais alors aucun.

13/06/2004 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Jacques Martin est un grand amateur du monde antique. Après les Romains avec Alix, et les Egyptiens avec Keos, il a lancé voici déjà quelques temps cette série sur les Grecs, à l'époque de Périclès. Le dernier album a été dessiné par Christophe Simon, son meilleur élève. L'ensemble, sans atteindre le niveau d'alix, reste très plaisant. On ne s'ennuie pas beaucoup.

03/01/2003 (modifier)