My way

Note: 2.8/5
(2.8/5 pour 5 avis)

Suivez le bonhomme au chapeau dans ses voyages incertains...


La BD au féminin : le manga Manhua Xiaopan

Suivez le bonhomme au chapeau dans ses voyages incertains... Où va-t-il ? Il ne le sait pas vraiment, mais chaque endroit qu'il traverse lui donne l'occasion de rencontrer des personnages différents, chacun à la recherche du bonheur, de l'amour ou tout simplement de lui-même. Un recueil de petites histoires intimistes, dans un style graphique éblouissant, mis en scène et en couleurs par une jeune artiste chinoise au talent immense. Cette série est N°1 en Chine.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Mai 2007
Statut histoire Histoires courtes 3 tomes parus
Couverture de la série My way
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

02/05/2007 | Ro
Modifier


Par gruizzli
Note: 2/5
L'avatar du posteur gruizzli

Je crois que c'est une BD assez difficile à noter, mais que je n'étais pas assez convaincu après ma relecture. C'est dommage, parce que le dessin avait des bonnes choses à proposer, mais je n'ai pas été charmé non plus. Notamment parce que j'ai parfois l'impression ça manque de maitrise. Les couleurs sont belles, c'est vrai, et l'ensemble dégage une belle impression. On sent que l'auteur se fait plaisir, mais c'est malheureusement pas assez. Les scénarios par contre, j'ai eu du mal. C'est trop plein de bons sentiments, et je comprend où l'auteur veut en venir, mais je n'ai pas accroché plus que ça. Les fables avec morales pendant trois tomes, c'est trop pour moi. Je n'ai pas non plus été conquis par cet univers sympathique, mais justement trop gentil. En fait, le gros problème, c'est que ce n'est pas mon genre de BD, mais je lui reconnais ses qualités et je regrette de ne pas aimer plus que ça, mais c'est comme ca. Je pense qu'il faut lire avant d'acheter.

13/10/2017 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pierig

"My way" est une bd atypique qu'il m’est difficile de noter. J’ai été émerveillé par l’univers coloré de cette jeune auteure qui nous invite à la suivre dans son monde imaginaire, emprunt d’onirisme et de poésie. Les courts récits mettent en scène un certain monsieur "V". Qui est-il ? Pourquoi est-il appelé comme ça ? Nul ne le sait vraiment. Sans doute parce qu’il est le "vecteur" des émotions des gens qu’il croise sur son chemin ? Mais là n’est pas l’essentiel. Les histoires mises en image ont une portée universelle. Elles sont très souvent tristes et mélancoliques mais toujours avec une note d’optimisme à la clé. Chacune d’entre elle est ensuite commentée par l’auteure. Et c’est à ce moment qu’on se rend compte que toutes les histoires sont inspirées de choses vécues par Ji Di ou par ses proches. Malgré son jeune âge (elle est née en 1983), elle a déjà surmonté bien des épreuves (dont le décès de sa maman) et le canal qu’elle a trouvé pour les exorciser est la bd. Difficile donc de rester indifférent au talent de cette petite chinoise qui possède une identité graphique forte où les gens ressemblent davantage à des pantins mus par des fils invisibles et où l’impassibilité de leurs visages laisse pourtant transparaitre bien des émotions. Certains trouveront ces histoires trop simples, trop lisses voire trop naïves. Je ne pourrai leur donner entièrement tort. Mais ce que je retiendrai de ma lecture, c’est la sincérité de l’auteure qui sait trouver les mots justes pour apaiser ses maux et ceux de beaucoup de gens. Bref, une bd qui aide à relativiser.

02/05/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est un manga bien singulier que my way. Ces petits contes qui s'enchaînent sont assez profonds pour retenir notre attention. Il paraît que cette série serait n°1 en Chine. Le dessin ressemble à des tableaux impressionnistes de Monet ou Degas tout en aquarelle. C'est graphiquement un plaisir pour les yeux. Cette ambiance renforce le côté onirique de ce manga pas comme les autres. Je crois que ce qui m'a véritablement plu, c'est le côté un peu optimiste de chacune de ces histoires poétiques. Cela procure un peu d'espoir dans un monde où il faut continuellement se battre. On a droit à un nouveau regard sur les choses. On pourra sans doute reprocher à l'auteur une certaine mièvrerie. Cependant, la simplicité a également ses bons côtés.

10/05/2009 (modifier)
Par cac2
Note: 2/5

J'ai lu ce manga à sa sortie dans l'été, la couverture me plaisait, les tons pastels et les petits bonshommes fluets, bref je l'ai acheté et j'ai été franchement déçu. Les histoires sont ou trop mièvres, ou parfois prises dans une espèce de questionnement existentiel pas du tout convaincant. Et que dire des passages en prose longs trop longs, marqués par un style franchement pubère et naïf (bon sans doute que la trad' y joue pour beaucoup). Bref ce qu'on en retient, c'est que Ji Di doit en rester au dessin et que son trip pseudo poétique ça casse un peu beaucoup, son manga... De ce fait, je n'ai pas acheté les 2 tomes qui suivent de peur de vomir pour de bon l'oeuvre de Ji Di... trop de relents poético existentiels...

22/02/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

My Way est un joli album qui se présente sous la forme d'histoires courtes scindées en deux parties : une BD tout d'abord, puis à chaque fois un texte de deux-trois pages se rapportant à la BD en question. Le dessin de Ji Di est simple et mignon. Dans des couleurs pastels qui font tout son charme, il s'évite de trop grandes complications pour présenter des décors figuratifs et des personnages épurés au faciès de playmobil. Pas de technique impressionnante, pas de trait véritablement artistique, juste des planches et des couleurs qui flattent l'oeil et permettent un récit facile. Le récit de ces BDs sont également simples, au sens non péjoratif du terme. Ils abordent le sujet de l'amour, se plaçant dans le cadre de métaphores légèrement naïves. Les dialogues sont courts, directs, sans ambages. Ils consistent à chaque fois en la rencontre du personnage principal, sorte de philosophe errant de l'amour, avec un garçon, une fille ou un couple dans une situation sentimentale difficile. Le premier demande au ou aux seconds de raconter son histoire et il lui donne alors son avis et des conseils sur sa philosophie de la vie et de l'amour. Un peu trop naïf, voire mièvre, pour les premières d'entre elles, les histoires gagnent doucement en profondeur et complexité au fil des pages. Mais elles gardent toujours leur simplicité et leurs métaphores légèrement enfantines. Et c'est pour mieux contraster avec les textes qui suivent qui, eux, sont plus matures. Ces derniers reprennent la métaphore des BDs qui les ont précédés et les placent dans un véritable contexte amoureux, adulte, avec une histoire moins naïve que les BDs. Le contenu de ces textes restent toujours clair, le vocabulaire direct et facile à appréhender, et le message philosophique et sentimental est une fois de plus décrit sans ambages. Ces textes sont plus à même de toucher le lecteur adulte car même s'ils sont simples ils sont souvent touchants, intelligents mais aussi intéressants. Le lectorat européen et adulte pourrait peut-être reprocher à ces histoires sentimentales leur manque relatif de complexité et la façon directe et naïve avec laquelle l'auteur les aborde, de même qu'il pourrait reprocher la mièvrerie du dessin et la légère immaturité des métaphores qu'il utilise. Mais il se dégage de cette simplicité une douceur touchante à même de charmer le lecteur au fil des pages, de même qu'il se dégage quelques vraies profondeurs des textes qui accompagnent ces BDs.

02/05/2007 (modifier)