Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Oncle Picsou (Uncle Scrooge)

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 5 avis)

Donald, Mickey, Pluto, Minnie et... Onc' Picsou... Vous vous souvenez ?...


Albums jeunesse : 10 à 13 ans Albums jeunesse : 6 à 10 ans Walt Disney

Oncle Picsou est un multimilliardaire d'un certain âge. La canne à la main, coiffé d'un chapeau claque, vêtu d'une redingote, il est la réunion du capitaliste du 19ème siècle et de l'infatigable "capitaine d'industrie" moderne... Sa vie ?... se lancer dans les investissements les plus colossaux dans le seul but d'encore conforter sa plus qu'immense fortune. Très riche ?... Oui !... Avare ?... Encore plus !!... Il vit à Donaldville, dans un gigantesque palais-coffre-fort ; hyper angoissé à l'idée que ses ennemis -les frères Rapetout- ne puissent lui voler ne fut-ce que le moindre sou !... De même, il ne perd jamais une occasion de tyranniser son neveu -Donald- , l'obligeant à accepter les missions les plus folles et les plus dangereuses ; pauvre Donald, lui qui est "lié" à son oncle par une éternelle dette.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1974
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série Oncle Picsou
Les notes (5)
Logo BDfugue Achetez sur BDfugue !

13/10/2006 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

L'effacement progressif du personnage de Mickey s'est fait au profit d'une foule de personnages secondaires venus renforcer la ménagerie disneyenne ; parmi eux, Donald et Onc'Picsou ont occupé 99% du mensuel Mickey Parade qui est alimenté presque essentiellement par des bandes fabriquées en Italie. Car ce que peu de lecteurs savent, c'est que plusieurs pays en Europe fabriquaient du Mickey à la chaîne, et Picsou fut l'un des plus rentables : en Italie, c'est Zio Paperone, en Allemagne, c'est Unkle Dagobert, en France, c'est donc Oncle Picsou (qu'on appelait aussi Onc'Picsou), et il sera dessiné par des Français comme Gen-Clo ou Claude Marin (qui dessinait aussi Bébés Disney). Les magazines Picsou Magazine et Super Picsou proposaient également des planches dessinées en Espagne et aux Pays-bas. Le créateur de ce canard capitaliste est Carl Barks en 1947, et il sera un merveilleux dessinateur, relayé ensuite par d'autres dessinateurs américains et mexicains. Les histoires réunies dans ces tomes proviennent pour la plupart de Picsou Magazine et de Mickey Parade ; je n'en étais pas si fan que ça, n'étant pas un inconditionnel de l'univers Disney, je préférais Mickey à travers les siècles, mais comme j'avais des copains qui lisaient Mickey Parade, j'en lisais de temps en temps, et ça m'amusait de voir les gesticulations et les épisodes mouvementés de ces canards facétieux, car on y voyait aussi son neveu Donald, Daisy, les Castors Juniors et d'autres à qui Picsou volait la vedette. Ce prototype de milliardaire avare et irascible attire paradoxalement la sympathie, en entassant sa fortune considérable qui ne lui sert à rien dans d'immenses coffre-forts. J'avoue que les passages les plus rigolos pour moi étaient les épisodes où il était confronté aux Rapetou (Beagle Boys), 3 frères crétins qui passent leur temps à s'évader de prison pour voler ce vieux radin. Aujourd'hui, si je peux relire Mickey à travers les siècles pour le côté aventureux, je me vois mal relire du Picsou qui ne m'attire plus du tout; pour moi, c'est une lecture d'enfant à laquelle je ne suis plus sensible, aussi pour l'achat, c'est réservé vraiment aux fans.

15/08/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Ouais ! Un autre lecteur de Picsou Magazine ! Picsou est mon personnage de Disney préféré et je relis toujours ses aventures avec joie. Mickey est trop parfait et Donald, même s'il est attachant, ne vit pas d'histoire aussi intéressante que son oncle à mon goût. J'aime particulièrement Picsou quand il combat les Rapetout ou Miss Tick. Il y a aussi lorsqu'il part à la grande aventure qui est intéressant même si ça vogue entre le très bien (la pierre philosophale) et le très ennuyant (les indiens-canards qui se ressemblent tous). Le dessin du créateur de Picsou (Carl Barks) est très agréable à lire et je le trouve très bien.

06/01/2008 (MAJ le 17/03/2008) (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Là encore, j'étais également lecteur du fameux "Picsou Magazine" et de "Mickey Parade" qui relatait très souvent les aventures sonnantes et trébuchantes de notre pingre favori. Aussi, quand les éditions Dargaud ont sorti Picsou en BD dans les années 80, j'étais le premier lecteur assidu. Nostalgie quand tu nous tient ! Pour tout dire, je préférais Picsou à Mickey qui m'énervait avec son côté "héros irréprochable". Mon seul regret : ne pas avoir dans ma collection la fameuse "Jeunesse de Picsou". Malgré mes recherches, je ne le trouve pas. Il va bien falloir que je fasse une croix dessus.

26/12/2007 (MAJ le 26/12/2007) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Avec les épisodes plus récents de Don Rosa, ceux de Carl Barks font bien évidemment partie des meilleures histoires de Picsou, Donald et les trois castors juniors. Ce sont des histoires basées sur un personnage fort et unique : Picsou lui-même, ambivalent par son côté à la fois sympathique et impressionnant de richesse mais aussi pingre et égoïste. Ce sont des épisodes originaux où l'on ne manque jamais de partir en voyage aux quatre coins du monde, à la recherche d'une nouvelle richesse ou autres trésors que Picsou voudra amasser ou empêcher ses rivaux de s'en emparer. Exotique, dépaysant, amusant, ce sont des récits que je lisais avec grand plaisir étant jeune. De nos jours, il m'arrive cependant souvent d'essayer d'en relire, mais j'avoue avoir un peu de mal. Les trames et surtout les rebondissements sont assez répétitifs d'une histoire à la suivante, et j'avoue ne plus trouver la surprise et l'intérêt de ma jeunesse pour ces aventures. Par contre, je garde une vraie affection pour le personnage de Picsou qui, en version papier, est sans doute mon personnage préféré de l'univers Disney.

15/10/2006 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Houlàlààààà... que c'est vieux tout ça !... Ben oui !... Oncle Picsou fait son apparition dans une histoire complète de Donald Duck : "Christmas on Bear Mountain" parue en Décembre 1947 pour les " kids " américains. En France ?.. Il apparaît dans l'album n° 15 des "Belles histoires de Walt Disney", titré "Donald et le secret du donjon", édité en 1949 chez Hachette. Curieux : Picsou y porte alors le nom d'Harpagon. Petit à petit, Picsou va même supplanter Donald dans l'esprit du lectorat ; les gens adorant se moquer plus des nantis et des puissants que du "populaire". Je l'aime bien, ce vieux débris, toujours prêt à prendre d'incommensurables risques, créant des machinations impossibles ; tout cela pour ne pas perdre ne fut-ce qu'un centime d'Euro (du moins en France). Qui plus est, ce canard richissime est très bien "croqué" et mis en scène par son créateur : Carl Barks ; lequel s'est aussi occupé de nombre des premiers scénarios. Ca saute, râle, gesticule, s'énerve, crie, hurle, bondit, râle, s'ébouriffe dans quasi chaque page. Un trait tonique, énergique, qui fait la part belle aux effets gestuels. Peut-être allez-vous me dire : "des albums de Picsou... mais il doit y en avoir des centaines" !?!... Ben non !... Surprenant n'est-ce pas ?... On retrouve ce milliardaire dans des centaines de périodiques, de "Mickey" à "Donald" en passant par "Picsou Magazine" mais, en tant qu'albums tels que nous les concevons : il n'y en a que 10 !!... Et encore : il ne seront édités qu'à partir de 1974 !... C'est en effet cette année-là que EDI-Monde "sort" le premier "vrai" album relatif à Picsou. Un second album est édité -reprenant une grosse part du premier- en 1983. Il reprend la période 1947 à 1966 (!) de Picsou. Pendant ce temps, Dargaud, de 1981 à 1983 éditera 6 albums cartonnés. Une "nouvelle série" de deux albums verra le jour en 1991 chez le même éditeur. Picsou ?... un personnage à part dans le "monde de Walt Disney" ; une véritable création qui vit toujours, maniée par un collectif de dessinateurs "rôdés" au style Disney. Le graphisme est toujours très bon, mais les scénarios sont de plus en plus d'une bêtise affligeante et ne sont à faire -éventuellement- rire que les très jeunes lecteurs.

13/10/2006 (modifier)