Ken Parker

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Décembre 1868. La guerre de Sécession prend fin. Le pays est exangue. Un monde nouveau va naître... mais dans la douleur.


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Auteurs Italiens Racisme, fascisme

Ken Parker a perdu son frère. Il décide de vivre dans les montagnes et y parcourt des étendues encore sauvages... Homme généreux, il ne tardera pas à prendre la défense des opprimés, spoliés et exploités. Il luttera contre le racisme qui -très fort- sévit encore. Progressiste, il participera à divers mouvements sociaux qui explosent dans cette fin agitée du 19ème siècle mais deviendra un homme traqué, un "outlaw"... Au départ adepte de la manière forte, Ken Parker va -petit à petit- privilégier le dialogue. Il rencontrera une belle femme noire -Adah- qui l'initiera à la littérature.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 1992
Statut histoire Série en cours 4 tomes parus
Dernière parution : Plus de 3 ans
Couverture de la série Ken Parker
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

10/10/2006 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Ce western est bien moins influencé par l'univers spaghetti que d'autres bandes des années 70. Beaucoup plus introspectif voire parfois crépusculaire, il tranchait nettement dans la production italienne. Son héros Ken Parker a des goûts d'indépendance et livre un combat perpétuel avec lui-même. Je l'ai découvert vers 1980 dans le pocket Long Rifle de l'éditeur Aventures & Voyages (ou Mon Journal), l'un des 3 grands éditeurs de petits formats à l'époque. La série était née en Italie en 1977 sous le crayon d'Ivo Milazzo, qui venait de collaborer à Diabolik. En France, le pocket Long Rifle diffusa la série entre 1978 et 1987 sous le nom de "Scotty Long Rifle", englobant les travaux de Milazzo mais aussi de ses nombreux continuateurs, justifiant sans doute le trait hâtif et les décors simplifiés de certains épisodes. Le héros tirait son surnom du fusil Kentucky qu'il utilise à une époque où dans l'Ouest, la Winchester avait remplacé le fusil à pierre à 1 coup se chargeant par le canon. Je n'aimais pas trop cette série, car au tout début des années 80, il y avait tellement d'autres pockets western (peut-être une soixantaine en comptant aussi ceux de chez Lug et Impéria) qu'on avait l'embarras du choix. Ma passion du western était déjà grande, et je préférais "Larry Yuma" dans El Bravo ou Whippee!, "Kekko Bravo" dans El Bravo, "Saloon" dans Long Rifle, "Arok" dans Apaches, "Kocis", une superbe série indienne complémentaire dans le pocket Ivanhoë, "le Petit Ranger" dans Nevada, ou encore "Nero Kid", "Giddap Joe", "Carabina Slim" et "Ombrax"... sans parler de Jonah Hex, comics violent qui avait aussi son propre pocket en France. Donc voila, j'ai eu l'occasion de relire "Ken Parker" en bibliothèque, et je trouve en plus que la couleur enlaidit beaucoup l'image, car tous ces petits westerns d'origine italienne (ou française pour certains) que je viens de citer, étaient en noir et blanc, et ça leur donnait plus de gueule...

06/07/2014 (modifier)

"Ken Parker" est probablement une des meilleures et des plus estimées séries de western publiées dans les petits formats d'origine italienne, avec "Tex Willer" ou encore "La Route de L'Ouest"... Elle fut publiée en France par les éditions Mon Journal dans "Long Rifle" (du nom de son fameux fusil) dans les années 80 en noir et blanc, sur près de 100 numéros et avec plusieurs équipes d'auteurs. Si Giancarlo Berardi et Ivo Milazzo en sont les auteurs d'origine et les plus réputés, les autres épisodes (par d'autres qu'eux) n'en sont pas moins captivants ; il est dommage par conséquent de ne voir repris en format album cartonné (d'abord chez Soleil il y a quelques années avec 2 albums puis maintenant chez Ligne D'Ombre avec 2 autres albums à ce jour) uniquement les épisodes dessinés par Milazzo sans se soucier de la chronologie des épisodes - il s'agit pourtant d'une série à suivre et non de simples One shot. Le premier épisode même, fondateur, dans lequel on voit le frère de Ken se faire tuer, et Ken s'engager comme scout dans l'armée US pour retrouver les assassins, pourtant dessiné par Milazzo, n'a pas encore été repris en album... Ainsi, les lecteurs nouveaux qui découvriraient la série avec cette réédition, à mon avis, ne peuvent apprécier réellement le "ressenti" de ce retour à la maison familiale ("Home sweet home") sans avoir "vécu" avec le héros les 8 années qui le séparent du premier épisode... Je suis alors inquiet, et j'espère que l'avenir me donnera tort, sur le succès de cette nouvelle tentative de réédition. Qui plus est, ces épisodes en albums sont colorisés pour la circonstance ; ce qui pourrait être un avantage commercial, certes, mais esthétiquement le résultat est loin d'être probant hélas. A redécouvrir.

31/05/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

La série "Ken Parker" est présentée -voici 30 ans- par ses deux auteurs à l'éditeur italien Sergio Bonelli. Enthousiasmé, ce dernier décide de lui créer sa propre parution. Ce "cow-boy progressiste" fait sa première apparition, en Italie, dans "Collana Ken Parker" n° 1 de Juin 1977. Il durera le temps de 59 numéros, jusqu'en Mai 1984. Curieux personnage que ce "héros". Un cow-boy illettré qui va -au fil des éditions- devenir un humaniste-progressiste. C'est en me replongeant dans des fascicules de la série "Mon Journal" du début des années 80 que je l'ai (re)découvert. Je dois dire qu'à l'époque il ne m'avait intéressé que moyennement. Car "Parker" se différencie des publications Western traditionnelles. Ca ne flingue pas "à tout va", mais ça "réfléchit", pose des questions, y répond... ou pas, dans sa vie qui n'est pas un long fleuve tranquille. Drôle de graphisme aussi, en noir et blanc -magnifique- mais qui privilégie les personnages souvent aux dépends de décors ou arrière-plans. Voulu ?... Certainement. Tout connaître (si l'on peut dire) de ce personnage est assez difficile. Il faudrait retrouver les dizaines de publications éditées en France de Janvier 1978 à Novembre 1986 (qui plus est sous le titre "Long Rifle"). Néanmoins, une très bonne idée de son existence vous est donnée dans les deux albums édités chez Soleil en 1992, ainsi que dans deux nouveaux opus édités chez "Ligne d'ombre" en 2003 et 2004. Ken Parker ?... Un cow-boy qui se rapproche beaucoup du film "Jeremiah Johnson" avec Robert Redford. Une sacrée BD d'ambiances... et d'aventures aussi.

10/10/2006 (modifier)