La Légende de Cassidy

Note: 2.6/5
(2.6/5 pour 5 avis)

Les Mémoires d'un certain Sean Cassidy, compagnon de Butch Cassidy.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Auteurs israeliens Emmanuel Proust Éditions [USA] - Rocky Mountains States - Les Rocheuses

Le "cycle western" de Sean Cassidy commence en 1892 : passager clandestin dans le train, il va découvrir la dureté de l'Ouest où les fermiers se disputent la terre à coups de fusils. Il fera connaissance avec une bande de justiciers, les "Ceintures Rouges". Utah, 1896. La route de Sundance et de Sean croise celle de hors-la-loi en lutte contre la tyrannie des Barons du bétail. De la rencontre avec leur chef, le célèbre Butch Cassidy, naît alors le Syndicat des Pilleurs de Trains, une organisation de justiciers aussi redoutable qu'efficace. Suspense, action et récit d'un homme qui traverse une Amérique en pleine lutte des classes ! Série prévue en 3 cycles de 3 tomes : le "cycle Western", le "cycle Guerre d'Espagne" et le "cycle Guerre Froide".

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2003
Statut histoire Série abandonnée (initialement prévue en 3 cycles de 3 tomes) 2 tomes parus
Couverture de la série La Légende de Cassidy
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

26/09/2006 | Ro
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Cette série n'a pas connu le succès d'où son arrêt après le second tome. Pourtant, il y avait une certaine ambition dans la manière dont se déroulait cette histoire qui revenait sur le mythe de Butch Cassidy, le célèbre pilleur de train et de banque. Il faut dire que ce personnage a emporté avec lui de nombreux mystère notamment sur les circonstances ténébreuses de sa mort à San Vincente en Bolivie en 1908. Sa propre soeur a indiqué qu'il est mort de vieillesse dans la banlieue de Washington dans les années 1930. Certes, le dessin est franchement trop naïf et ne colle pas avec ce genre d'histoire. Il est vrai également que certaines scènes sont un peu pathétique comme lorsque ce colonel de cavalerie dégomme à bout portant son sergent suite à une petite divergence d'opinion. c'est nullement crédible et cela fait cliché. Au crédit, je mettrai que le contexte historique est assez bien expliqué dans la narration. On arrive à comprendre les motivations de ces hors-la-loi. Il faut dire que la justice était plutôt du côté des forts et de ceux qui exploitait le peuple. Le fils du président américain par exemple était associé à ces gros éleveurs qui ont massacré les petits exploitants en balançant de la dynamite sur leur troupeaux. Oui, et après, on s'étonne de la violence. Les bandits ne le sont pas par hasard.

30/05/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

La série ayant été stoppée après 2 albums, sur ce qu'on voit, c'est un western qui suit le clan de Butch Cassidy et Sundance Kid, mais un western différent ; le traitement avec l'alternance du passé et du présent, possède un aspect historique. C'est une période un peu trouble dans le passé des Etats-Unis, à la charnière du XIXème et du XXème siècles, à une époque où l'Amérique s'industrialisait et s'automatisait, surtout dans l'Est, et où malgré cette évolution économique, il subsistait encore des rivalités farouches entre gros éleveurs et petits fermiers. Le western fait donc dans le social, c'est peu courant. On peut aimer cette période ou pas, pour moi, c'est un univers qui ne s'attache plus au western folklorique et attractif vu dans les classiques de la BD et au cinéma, le vrai western qui fait rêver ; cet aspect-là, j'y suis moins sensible, même si l'intrusion du progrès dans l'Ouest reste intéressante. Ce qui me gêne un peu aussi, c'est le dessin , au demeurant pas vraiment désagréable, mais surprenant par son côté naïf ou maladroit, souvent rempli d'erreurs anatomiques ; on dirait qu c'est dessiné par un jeune enfant. Je le préfère cependant au dessin du tome 2 dont le trait plus fin et plus dépouillé m'attire moins. La narration enfin m'étonne : elle semble se dépêcher, on a affaire à beaucoup de faits et d'actions qui sont envoyés à toute vitesse sans laisser de plages de repos au lecteur. Cette densité mal maîtrisée nuit à l'ensemble, même si au départ, les intentions sont bonnes. Pour toutes ces raisons, cette histoire ne m'a pas séduit, surtout en partie à cause de son côté rébarbatif..

09/08/2014 (modifier)
Par Cassidy
Note: 2/5

Tout comme Spooky était forcé de lire Spooky (alors qu'il n'aime pas les chattes), tout comme ArzaK était obligé de lire Arzach (alors qu'il n'aime pas les bandes dessinées), tout comme Alix a dû lire Alix (alors qu'il porte très mal la jupe), il m'a fallu lire "La Légende de Cassidy" pour voir ce qu'on se permettait de faire de MON pseudo, sauf que dans mon cas ça tombait bien : j'aime les westerns. Hélas, je ne peux pas dire que j'ai été vraiment conquis par les 2 premiers tomes ni que je suis impatient de lire la suite de ce qui, apparemment, doit devenir une saga-fleuve en 9 tomes. Outre le fait que le dessin d'Asaf Hanuka me déplaît assez fortement et que la colorisation, qui change radicalement d'un épisode sur l'autre, est moche dans les deux cas, l'histoire ne m'a pas du tout emballé. Le problème vient, je pense, du fait que l'auteur, trop occupé à vouloir faire de l'historico-éducatif au détriment du divertissement pur (mais ça la fout quand même un peu mal, quand on prétend faire du docu historique, de se tromper sur le vrai nom de Butch Cassidy, qui ne s'appelait pas George Parker - ça c'est l'inventeur des stylos du même nom - comme c'est dit dans le livre, mais Robert Parker), son épopée en devient assez chiante. Et c'est assez grave d'arriver à être aussi ennuyeux quand on situe son action dans l'ouest sauvage et qu'on suit le parcours d'un gang de hors-la-loi. Presque aussi difficile à faire que d'arriver à raconter une histoire passionnante quand on prend pour sujet les amours d'une taupe et d'un vieux pied de chaise en fonte. L'intention est louable, d'avoir voulu essayer d'aborder différemment un genre aussi éculé que le western. D'avoir voulu tenter autre chose qu'une pâle copie de Blueberry ou Lucky Luke, autre chose que du sous-western spaghetti. De s'intéresser au contexte historico-socio-politique qui a donné naissance à des personnages surtout connus aujourd'hui comme des gangsters de cinéma. Mais de bonnes intentions ne font pas une bonne BD... Mes profs d'histoire au collège et au lycée par exemple, ils étaient pleins de bonnes intentions eux aussi, et comme Roger Martin ils trouvaient que les riches étaient tous des salauds, et que viva-la-revolucion-hasta-siempre-bats-toi-camarade, sauf qu'au final c'étaient quand même des gens assez chiants mes profs d'histoire, mais dont les ambitions révolutionnaires se limitaient à voter socialiste et à aller voir le dernier Ken Loach au cinéma, pas à faire sauter le Parlement déguisés en Guy Fawkes ou à attaquer des trains, et ça peut vous paraître d'un rapport assez éloigné avec cette BD, ce que je vous raconte là, mais voilà, mais pourtant c'est avec ce genre de comparaison à la con que je peux le mieux la définir cette BD : c'est comme un film de Ken Loach chiant, que votre prof d'histoire socialiste vous fait voir en classe au lieu de faire cours. Bref donc voilà si vous avez toujours rêvé d'assister aux réunions syndicales de la Horde Sauvage, lisez "La Légende de Cassidy". Si dans les histoires de gangsters, même les gentils gangsters qui commettaient leurs vols comme des actes politiques de rébellion contre la tyrannie du système capitaliste, ce qui vous plaît c'est l'action, le frisson, l'aventure, de bons personnages, vous devriez peut-être chercher autre chose.

06/04/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Après Amerikkka, Roger Martin continue de nous faire découvrir l'arrière-boutique de l'Amérique des pionniers. Cette fois-ci il nous parle des dernières heures du XIXème siècle (du moins dans le premier cycle, les suivants étant centrés sur la Guerre d'Espagne et la Guerre froide). Bref, nous suivons les pas de Sean Cassidy, petit voleur de bétail qui saura croiser la route des meilleurs (Sundance Kid, Butch Cassidy...) pour fonder une bande fortement organisée afin de contrer la puissance des riches propriétaires. Les implications politiques de cette série sont claires : Butch et ses amis étaient des Robin des Bois modernes, ne tuant qu'en cas d'extrême nécessité, se contentant de voler la plupart du temps. Si l'ambition est louable, si l'histoire s'avère assez prenante et intéressante, les moyens mis en oeuvre pêchent en revanche quelque peu. En effet la narration est très brouillonne, on a parfois du mal à comprendre ce qu'il se passe, des personnages surgissent à l'improviste dans le récit... Le dessin d'Asaf Hanuka est un peu... étrange. Il a clairement du mal avec l'anatomie des humains dans le premier tome, avec les chevaux dans les deux premiers... Embêtant pour un western. Son style s'est toutefois affiné entre les deux (séparés de 3 ans quand même), et du coup le récit gagne en lisibilité. Attention, la leçon d'histoire en rebutera sans doute pas mal, c'est donc une série à réserver aux passionnés d'histoire de l'Ouest en pleine déliquescence, et aux curieux.

10/10/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

La Légende de Cassidy ne raconte pas, comme je le pensais au départ, la biographie de Butch Cassidy. Ce n'est pas non plus un Western pur et dur comme le titre et les premières couvertures le laissent penser car cette vision historique des Etats-Unis va s'étaler de 1892 jusqu'à l'époque du McCarthysme, au début de la Guerre Froide. Seul le premier cycle, actuellement en cours de publication, sera vraiment western, mais plutôt "western social" puisque plutôt que de simplement aborder le récit sous la forme d'une suite d'aventures et de pillages de banques, l'auteur s'attache beaucoup à l'aspect social et lutte des classes entre riches propriétaires américains qui asservissent le peuple et petits exploitants obligés de se tourner vers l'illégalité pour survivre. Une représentation de moments noirs de l'Amérique comme le scénariste nous l'avait déjà présentée sous un autre aspect dans Amerikkka. Historiquement parlant, cette BD est donc particulièrement intéressante et constructive. Elle permet en outre de découvrir la transition entre l'époque du Far-West et l'Amérique moderne du début du 20e siècle, et cela en s'attachant à la vie d'un homme plongé dans l'action. Par contre, je dois m'estimer heureux d'avoir lu les deux premiers tomes d'un coup car le seul premier tome n'est vraiment pas encore au point à mes yeux. Ce sont surtout la narration graphique et le dessin qui pêchent. Asaf Hanuka, le dessinateur, a pourtant un style assez plaisant dans une de ses oeuvres plus anciennes, La Journée de la Terre. Mais dans le premier tome de la Légende de Cassidy, son dessin parait pataud, amateur, avec des personnages figés et un encrage trop gras. La colorisation pêche aussi beaucoup car elle a tendance à davantage assombrir les planches plutôt que mettre le dessin en valeur. Heureusement, les choses changent avec le second tome. Un nouveau coloriste apparait, avec des couleurs plus simples mais plus agréables. Le dessin d'Hanuka devient aussi plus épuré, son style plus assuré. Et au fil des pages, l'encrage se fait de plus en plus fin jusqu'à donner un style vraiment sympathique au dessin. Par contre, Hanuka n'arrive vraiment toujours pas à dessiner ses vaches et ses chevaux : ils sont le plus souvent presque ridicules. Les vaches sont parfois semblables à de gros cochons et les chevaux à des poneys aux pattes atrophiées. C'est assez ennuyeux quand il s'agit de raconter un western... Heureusement, les personnages et les décors, eux, sont tout à fait corrects ce qui permet de garder une bonne qualité aux planches. Si je devais résumer : le dessin est vraiment trop amateur pour le premier tome mais devient tout à fait agréable en fin de deuxième tome, permettant ainsi à l'histoire de devenir nettement plus plaisante et prenante. Le récit de chaque album, et surtout du tome 2, est très dense. Il se passe énormément de choses en 48 pages, presque trop de choses. J'ai été un peu noyé sous la somme d'informations délivrées dans le 2e tome. Nous suivons pas à pas toutes les étapes de l'époque Western de Sean Cassidy, avec peut-être trop d'étapes car certaines sont assez dispensables tandis que d'autres mériteraient d'être racontées un peu plus longuement. La narration est donc améliorable. Le dessin, lui, s'améliore de lui-même. Mais les sujets historiques abordés dans cette BD sont vraiment intéressants et les personnages deviennent attachants au fil des pages. C'est donc avec intérêt que j'ai lu ces 2 premiers tomes et c'est sur une petite touche d'émotion que je les ai quittés en fin de 2e tome. Pour les amateurs de l'histoire pas toujours rose des Etats-Unis.

26/09/2006 (modifier)