Daredevil - L'intégrale Frank Miller

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

À l'occasion du cinquantième anniversaire de Daredevil, les premières aventures du héros arrivent en INTÉGRALES ! Découvrez les origines de Matt Murdock, cet avocat aveugle aux sens ultra-développés. N'hésitant pas à revêtir le costume de l'homme sans peur, il affronte de nombreux criminels tels que le Hibou et l'Homme pourpre. Faites aussi la connaissance de Foggy Nelson et Karen Page.


Avocats Daredevil Handicap Marvel Super-héros Univers des super-héros Marvel

Un jour le jeune et brillant étudiant Matt Murdock sauve la vie d'un vieillard qui allait se faire écraser par un camion, en s'interposant avec un courage incroyable Matt absorbe le choc. Malheureusement son héroïsme lui coutera cher, un élément radioactif contenu dans le camion est éjecté sur son visage lors de l'accident. Matt Murdock perd la vue mais en même temps ses autres sens se développent de façon surprenante et il est désormais dôté d'un "sens radar". Lorsque son père, un boxeur de petite envergure, se fait tuer, Matt Murdock décide de consacrer sa vie à la lutte contre le crime, le jour il est avocat, la nuit il revet son costume rouge et devient Daredevil. Daredevil, un surnom que ses camarades ont donné à Matt Murdock pour se moquer de lui lorsqu'il était jeune et considéré comme un trouillard. Daredevil! Un nom qu'a choisi désormais Matt Murdock pour faire régner l'ordre dans les rues les plus sales de New-York. Daredevil! Un nom qui effraie désormais les voyous et donne de l'espoir aux laissés pour compte. Daredevil dans ses aventures urbaines, se retrouvera aux prises avec des criminels d'envergure comme Bullseye, Elektra, ou le maitre incontesté de la pègre New-Yorkaise, le terrible Wilson Fisk que l'on surnomme "le Caïd".

Scénaristes
Dessinateurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Février 2004
Statut histoire Histoires courtes (Série terminée) 3 tomes parus
Couverture de la série Daredevil - L'intégrale Frank Miller
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

25/09/2006 | JJJ
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Cette intégrale contient les meilleures histoires que j'ai lues de Daredevil jusqu'à présent. Je comprends maintenant pourquoi on n'arrête pas de dire que Frank Miller est le meilleur auteur de Daredevil. Il maîtrise parfaitement la psychologie du personnage et il en a fait un être torturé comme je les aime. Évidemment, certains récits sont moins bons que d'autres (je ne comprends pas l'intérêt de la courte histoire mettant en vedette Elektra), mais ça n'a pas du tout gâché ma lecture. Mon histoire préférée est sans aucun doute 'Roulette'. Miller parle de la différence entre ce qui est 'bien' et ce qui est 'mal' et je trouve que c'est bien mieux traité que dans son Batman - Dark Knight.

11/12/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je découvre encore davantage Daredevil, cette fois par le biais de l'intégrale des récits scénarisés par Frank Miller (et en majorité dessinés par lui aussi). Je n'accroche toujours pas véritablement au personnage mais ces aventures sont assez prenantes et divertissantes. Frank Miller apporte à l'univers Marvel son style personnel assez sombre, adulte, qui s'accommode bien de son dessin sec et assez anguleux. Ces récits ont cependant été publiés dans des magazines plutôt destinés aux adolescents au début des années 80, et ils ne sont donc pas exempts de quelques légèretés et quelques facilités dont faisaient preuve beaucoup d'histoires de super-héros à l'époque. Certains scénarios semblent racontés en quatrième vitesse pour tenir dans le faible nombre de pages qui leur est imparti. Mais d'autres récits sont nettement plus intéressants, leur intrigue s'étirant sur plusieurs épisodes. Cela concerne bien évidemment Elektra le plus souvent. A ce titre, j'ai été heureux de pouvoir découvrir sa relation avec Daredevil puis sa première mort (j'ai toujours trouvé ça minable chez Marvel de s'amuser à tuer des personnages pour évidemment toujours les ressusciter quelques mois ou années plus tard). A ce propos, j'ai été surpris de la rapidité du meurtre d'Elektra. La scène puis sa mort dans les bras de Matt Murdock se déroule en quelques pages à peine, indiquant semble-t-il que l'évènement avait nettement moins d'importance aux yeux de Frank Miller que celle qu'il prendra par la suite face aux réactions des fans. Intéressant. Dans l'ensemble, j'ai plutôt apprécié ma lecture sans être jamais totalement captivé ni sous le charme. Quand je lisais un tome de l'intégrale, je n'avais pas tellement envie de lâcher ma lecture, mais quand il s'agissait de s'y remettre je n'étais pas plus motivé que ça. Un bon divertissement, quoi. Mais je reste finalement assez peu amateur de Daredevil et de son univers.

09/08/2009 (modifier)
Par JJJ
Note: 4/5

Daredevil est un personnage né sous la plume de Stan Lee au milieu des années soixante. Daredevil est un personnage fascinant, à mon avis un des plus intéressants de l'univers Marvel, si ce n'est le plus intéressant. Daredevil est un personnage ambigu, celui qui combat le crime sous un costume de diable est aussi un avocat qui lutte pour défendre des causes justes, ce qui pourrait paraître paradoxal ne l'est pas tant que ça. Murdock est aveugle, cela ne l'empêche pas de tenter de donner des yeux à la justice. Daredevil officie dans les ténèbres mais c'est pour mieux faire éclater la lumière, Daredevil ne punit pas, à l'instar de Murdock il ne se permet jamais de condamner, d'être juge et bourreau, sa foi est la justice des hommes et Daredevil tente de la défendre par tous les moyens. Héros handicapé, beaucoup moins fort et bien plus humain que beaucoup d'autres justiciers masqués, Daredevil est l'un des plus tenaces. Pour lui pas d'aventures cosmiques ou de combats titanesques avec d'autres surhommes aux fabuleux pouvoirs, loin de là, la réalité de Daredevil est la crasse des rues de New-York, il ne se bat pas pour sauver le monde mais pour les exclus et les laissés pour compte. Matt Murdock, de qui ses camarades se moquaient quand il était enfant en le surnommant "Daredevil", est un homme menant un combat sans fin, un homme à la volonté hors du commun, que les gens surnomment aujourd'hui "l'homme sans peur". Constamment sur le fil du rasoir, ce personnage souvent malmené est un héros qui doit vraiment lutter pour gagner, souvent traîné dans la boue ou battu à plate couture, Daredevil est loin de se tirer intact de ses aventures. Si Matt Murdock a une carrière plutôt brillante, c'est assez différent pour son alter-égo, une particularité qui l'éloigne encore un peu plus des autres personnages du genre. De son enfance malheureuse dans les rues de Hell's Kitchen à son accession au titre d'avocat le plus célèbre de la ville, la vie de Matt Murdock/Daredevil est un combat sans fin. Le parcours de Daredevil est jalonné de drames, parmi ses proches ils sont nombreux à avoir perdu la vie, son histoire affective est un désastre, Matt ne rencontre que l'échec en amour. Plusieurs artistes de talent ont écrit et dessiné ses aventures, hier des gens comme Gene Colan ou Bill Everett, aujourd'hui des gens comme Jeph Loeb ou Brian Michael Bendis pour ne citer qu'eux. A mes yeux celui qui a marqué Daredevil de son empreinte de la manière la plus mémorable est Frank Miller, Miller qui était un débutant à l'époque a donné un souffle neuf à ce personnage. J'aime vraiment particulièrement la période Miller des aventures de Daredevil, l'auteur ne ménage pas le personnage, l'opposant aux évènements les plus sombres, le confrontant à des ennemis plus dangereux que jamais, comme Bullseye qui est dépeint par Miller comme un vrai psychopathe. Ce n'est pas gratuit, en affrontant Bullseye Daredevil se pose des questions, sa morale est ébranlée, le seul moyen d'éliminer une telle menace que Bullseye serait de le tuer mais Daredevil se l'interdit, la situation est des plus ambiguë. L'apparition d'Elektra va renforcer cette ambiguïté, c'est un amour de jeunesse de Matt, une fille qu'il n'a jamais pu oublier. Elle est devenue une tueuse mercenaire sans pitié, formée aux arts ninjas, Daredevil l'aime éperdument mais son idéal lui interdit de vivre cet amour, il doit la combattre mais face à elle il est toujours désemparé, c'est sa némésis. Les situations délicates torturant l'esprit de Daredevil sont nombreuses, le lecteur est tenu en haleine, croyez-moi! Frank Miller ne s'arrête pas là, il ne se contente pas de prendre Daredevil pour le plonger dans des ténèbres plus profondes que celles que le héros aveugle connaît déjà. Au fil du temps il forge une personnalité forte à Daredevil, son apport au personnage sur ce point est indéniable. Daredevil y gagne en épaisseur, Miller en popularité, pour l'auteur son passage sur cette série aura été un terrain d'expérimentation aussi bénéfique pour lui que pour Daredevil. Une reconstruction moins maîtrisée et certainement moins éclatante que ce qu'il a fait quelques temps après avec Batman sur Batman - Dark Knight, mais qui laissera d'indélébiles traces dans l'histoire de Daredevil. La narration de Miller est brute, il ne s'embarrasse pas d'inutiles et interminables bulles de pensées qui polluent l'esprit des comics de l'époque, Miller se fait de plus en plus incisif et il va toujours droit au but. Sur une telle période, compte tenu du nombre d'histoires, certaines sont bien sûr moins réussies ou passionnantes que d'autres, mais dans l'ensemble ça fonctionne, la continuité est logique, Miller utilise certains personnage de second et même de troisième plan de façon récurrente, ce qui rend l'univers très vivant et crédible. Le personnage a désormais son monde, sa mythologie. Daredevil le héros de seconde zone est entré dans la cours des grands... J'ai lu ces histoires à l'époque de leurs parutions dans la revue Strange il y a environ vingt ans, j'étais loin de tout saisir, il manquait certains épisodes... quel plaisir de les retrouver en album, même aujourd'hui la force est intacte. Le fait de tout lire d'un coup montre aussi l'évolution flagrante du style graphique de Frank Miller. Son trait se fait plus angulaire au fil du temps, il utilise parfois le noir et blanc pour certaines séquences, parfois il se sert de seulement deux couleurs pour donner de l'intensité à une planche ici ou là. Son style s'affirme petit à petit. Pour cette série (et bien d'autres de Miller d'ailleurs) Klaus Janson a collaboré à la réalisation des dessins en tant qu'encreur, rôle dont on réduit souvent la portée à tort, le travail d'encrage est important, je tenais à le souligner pour rendre un hommage appuyé et mérité à la participation artistique conséquente de Janson ici. Si vous êtes fans de Daredevil, vous possédez certainement déjà cette intégrale, si vous ne le connaissez pas, laissez tomber l'idée de lire autre chose le concernant et commencez par cette série. Une oeuvre majeure. JJJ

25/09/2006 (modifier)