Le Journal de Carmilla

Note: 2/5
(2/5 pour 3 avis)

Les confessions intimes et drôles d’une adolescente d’aujourd’hui !


Adolescence Albums jeunesse : 10 à 13 ans

Les confessions intimes et drôles d’une adolescente d’aujourd’hui ! Carmilla est une adolescente de 13 ans vive et jolie, collégienne de 4e appréciée de ses professeurs et de ses camarades de classe, nantie d’une adorable petite soeur, Mina, de 4 ans sa cadette, avec laquelle elle s’entend à merveille et de trois inséparables amies auprès desquelles elle est sûre de trouver, quoiqu’il arrive, aide et réconfort. Tout irait pour le mieux dans la vie de Carmilla s’il n’y avait trois points noirs à son tableau : des oreilles proéminentes qu’elle cache sous un bandeau, Jonathan ; un prince charmant fan de foot qu’elle peine à attacher à ses pas et, pire que tout , un petit frère, encore réduit à l’état d’hypothèse, mais que ses parents semblent bien décidés à vouloir lui offrir. Et ce cadeau-là, Carmilla n’a aucune mais vraiment aucune envie de le recevoir ! Voilà une histoire à laquelle toutes les adolescentes pourront sans peine s’identifier ! Car les préoccupations de Carmilla sont celles que rencontrent toutes les jeunes filles : amours naissantes, amitiés indéfectibles, bouleversements familiaux? Et c’est avec tendresse que Murail, habitué de la littérature jeunesse, a réussi à dépeindre l’univers de ces petits bouts de femmes en devenir servit par le dessin très actuel de la jeune Laurel.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2006
Statut histoire Strips - gags 4 tomes parus
Couverture de la série Le Journal de Carmilla
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

19/09/2006 | Ro
Modifier


Par Tetsuo
Note: 2/5

Bon, je pars du postulat que cette bande dessinée ne s'adresse pas à moi... Je me suis dit après le tome 1 : laissons le bénéfice du doute du premier album aux auteurs. Mais bon non, le deuxième tome reste aussi commun que le premier et n'arrive pas à m'intéresser. Les gags tombent à plat et ne sont pas bien amenés. Aucune surprise à la fin de chaque petite histoire. Les personnages sont sans relief... Le scénariste est un auteur de roman pour la jeunesse et dans son écriture de Carmilla, on retrouve des aspects négatifs liés au métier de romancier qui s'adapte parfois mal à la BD : trop de verbiages, trop de descriptions (les dessins illustrent mieux que les propos, pourquoi s'en priver ?), trop de morale, trop de stéréotypes,... Le seul point positif reste le dessin, qui peut en rebuter plus d'un c'est certain. A part les yeux de poulpes géants, le côté rond et le trait épais du dessin sont plaisants et collent parfaitement à cette série. Cette BD me semble tout indiquée pour les pré-adolescents. Objectivement, certains doivent apprécier la lecture de Carmilla, mais personnellement je ne leur conseillerais pas.

13/02/2008 (modifier)
Par iannick
Note: 2/5
L'avatar du posteur iannick

Avis pour le tome 1 « Reproduction interdite » « Reproduction interdite » est le premier album de Laurel et de Lorris Murail en tant que scénariste de bandes dessinées. La série nous conte les aventures et malheurs de Carmilla, une adolescente de 13 ans accompagnée de sa petite sœur Nima et de ses trois copines. L’album est une succession de récits d’une ou deux pages. Ces histoires tournant sur l’espérance de Carmilla que son ami footballeur l’aime et sur l’espoir que ses parents ne lui donnent pas un petit frère sont souvent sympathiques et mignonnes à défaut d’être hilarantes. Je trouve que les gags sont répétitifs et terriblement prévisibles, je n’ai pas ressenti d’émotion particulière en lisant cette BD. Par conséquent, bien que le sourire m’ait accompagné tout au long de la lecture, j’avoue que je me suis lassé à la longue des « aventures » de cette adolescente. Petite remarque : je trouve que « Le journal de Carmilla » ressemble beaucoup à la série « Mertowville » dans sa façon de raconter l’histoire. A mon avis, le gros point fort de l’album est le dessin de Laurel. J’aime beaucoup son trait épais et les expressions de ses personnages. L’auteur possède un style assez personnel tout en rondeur et en douceur qui m’est apparu adapté à ce scénario. Le peu de décors n’est pas préjudiciable à cette BD où l’action est essentiellement concentrée sur les personnages. Cependant, sur certaines planches, la mise en couleurs est parfois un peu trop « flashy » à mon goût. A mon avis, « Le journal de Carmilla » est une série assez sympathique qui manque des scènes suffisamment émotives pour « accrocher » les lecteurs. Cependant, je reconnais que la BD se lit sans déplaisir grâce au dessin agréable de Laurel. Note finale : 2,5/5

03/12/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Difficile pour moi de chroniquer cette BD tout en étant conscient du petit tapage internaute qui a lieu à son égard entre partisans de Laurel et opposants s'en prenant les uns et les autres plus souvent à la personne virtuelle même de Laurel plutôt qu'à son album. Si je devais me situer dans ce débat, je serais plutôt pro-Laurel car j'apprécie bien son dessin tout rond tout coloré, et même si tout ne me plaît pas dans l'oeuvre que je lui connais via "33, rue carambole" et son blog. Ses dessins m'intéressent souvent et me font parfois rire tout comme ils me rebutent à d'autres moments. Mais venons-en plus spécifiquement à la BD Le Journal de Carmilla. Du premier regard, on reconnaît la touche de Laurel. Une touche "rose bonbon" avec ce dessin rondouillet, ces couleurs pétantes et ces personnages très reconnaissables. J'aime bien ce dessin pour sa clarté, sa gaieté et sa fluidité de lecture même si je dois dire que tout le long d'un album, je m'en lasse un peu. Mais pour raconter une histoire de jeune adolescente romantique, c'est un dessin qui me semblait tout indiqué. Sur cette base, j'entamais donc ma lecture avec un relativement bon à-priori. Hélas, sincèrement, le scénario n'est pas à la hauteur. Sur une telle thématique et avec un dessin aussi coloré, le rapprochement avec des séries comme Lou ! ou Les Nombrils s'est fait automatiquement dans mon esprit. Mais ici, où est l'émotion ? Où est l'humour ? Où est l'originalité des personnages ? Ces gags en une ou deux planches tournent pratiquement tous autour de deux thèmes : le copain de Carmilla est fan de foot tandis que Carmilla n'y comprend rien, et Carmilla et sa petite soeur font tout pour que leur mère ne tombe pas enceinte d'un petit frère. Ce genre de gag peut faire sourire une fois, deux fois, mais pas sur tout un album. D'autant qu'ils ne m'ont fait décrocher un sourire qu'une ou deux fois au maximum, étant le reste du temps plus lassant et décevant qu'autre chose. Maintenant, il est possible que je ne sois pas le lecteur ciblé par cette BD, il est possible que ce soit pour cela que je ne m'attache vraiment pas au personnage de Carmilla, mais je le répète, sur une thématique très proche et avec un dessin de même niveau ou meilleur, je préfère nettement des séries comme Lou ! ou Les Nombrils. Et même si je ne savais pas que de meilleures BDs existaient, cela n'aurait pas suffi à me faire apprécier cette lecture hélas trop insipide et prévisible.

19/09/2006 (modifier)