Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Mycologue et le Caïman

Note: 2/5
(2/5 pour 3 avis)

Un étrange jeu de piste pour un agent secret français qui va le mener à découvrir des secrets scientifiques dangereux.


Histoires d'espions Pierre Christin

Un étrange jeu de piste pour un agent secret français qui va le mener à découvrir des secrets scientifiques dangereux. Ses patrons ont confié à Lévine, agent secret français un peu désabusé et plus intéressé par la bonne bouffe que par son boulot, la mission de suivre une suite de contacts et de pistes jusqu'à un secret scientifique qu'il vaut mieux voir disparaitre. .

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1989
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Mycologue et le Caïman
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

30/08/2006 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette histoire nébuleuse m'a plutôt ennuyé et amené encore vers le triste constat d'avoir perdu mon temps pour rien, alors qu'il y a tant d'autres Bd à lire plus excitantes. Voir le nom de Christin sur une couverture peut rassurer, mais j'ai appris maintenant à me méfier, car même les meilleurs ont des jours sans. Ici, il se moque ouvertement du lecteur. On ne saisit rien au début, donc on continue un peu croyant que ça va s'éclaircir, mais on ne pipe rien non plus au milieu pour finalement n'avoir rien saisi à la fin. Le héros Lévine, passe son temps à se balader entre Paris, Le Havre, Lille, Lausanne et Aix-en-Provence, en ne pensant qu'à bien bouffer. C'est bourré de dialogues assommants qui ne veulent rien dire, avec toutefois un contenu politique typique de Christin, très féru en ce domaine, mais je n'ai absolument rien compris à son scénario. Seul le dessin, très inspiré du Bilal des débuts, m'a aidé à tenir dans cet obscur récit, même s'il accuse une certaine raideur..

05/02/2015 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Afin de ne pas passer à côté de petites perles, j'ai pris le parti de lire tout ce qui me tombera sous la main. Pour ce one-shot, le constat est clair : bof L'intrigue est linéaire, la chute tombe comme un cheveu sur la soupe. Le dessin est sympa mais les visages sont figés. La colorisation pour l'époque est travaillée avec un bon rendu. Mais voilà, l'ensemble ne vaut pas la moyenne et donc indirectement pas l'achat.

13/01/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Ma lecture de cet album partait plutôt bien. Les scénarios de Christin, même s'ils se répètent parfois, sont souvent intéressants et originaux. Et le dessin de Vern, ici, rappelle grandement les débuts de Bilal avec le même Christin. Ce dessin est tout à fait correct. On finit cependant par se lasser de ces décors tracés à la règle, ce qui rend les voitures particulièrement affreuses par exemple. Et on se lasse aussi de ne voir des visages que des profils, face et trois-quarts sans aucune autre alternative. Cependant, la colorisation est à mon sens très bonne et donne un bel aspect à l'ensemble malgré les défauts et manquements du dessin. L'histoire commence comme une banale histoire d'espionnage avec un agent secret qui suit les ordres et les bouts de piste qu'on lui donne. Mais très vite, son histoire va se transformer en jeu de pistes, en rencontres de contacts en contacts avec des méthodes assez ridicules pour mener d'un contact à l'autre. On se demande où cela nous mène et surtout quel est l'intérêt de ce jeu de pistes. Et la vérité éclate hélas assez rapidement : la structure du récit est incohérente et ridicule. En effet, on est baladé en même temps que cet agent secret inutile pour être menés à une conclusion à laquelle tout le monde est convié, à un endroit que tout le monde connaissait finalement sauf le héros et où logiquement le héros aurait dû être envoyé directement par ses patrons plutôt que d'avoir à suivre sa suite de péripéties sans intérêt. Et pourquoi l'amener là ? Pour résoudre en deux secondes d'une manière que n'importe qui aurait pu faire une... super intrigue à base d'armes bactériologiques à laquelle on croit autant qu'à la cohérence du récit. Une mauvaise utilisation à mon sens de l'imagination de Christin et de sa connaissance des réseaux pro-communistes et des relations Est-Ouest en Europe au début des années 80 car le récit qui en ressort est aussi ennuyeux que bidon.

30/08/2006 (modifier)