Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Wild animals (Dong Wu Xiong Meng)

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 4 avis)

La Révolution Culturelle (1966-1976) est une période majeure dans l'histoire de la Chine moderne. Mais au-delà des clichés véhiculés par les médias, quelle était vraiment la vie des jeunes à ce moment là ?


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Adolescence Chine Manhua Xiaopan

La Révolution Culturelle (1966-1976) est une période majeure dans l'histoire de la Chine moderne. Mais au-delà des clichés véhiculés par les médias, quelle était vraiment la vie des jeunes à ce moment là ? Adapté d'un roman de Wang Shuo ( porté à l'écran sous le titre "Des jours heureux"), ce retour vers le passé nous plonge dans le quotidien tourmenté des ados de l'époque, où "liberté" n'était pas un vain mot, et les histoires d'amours difficiles. Un dessin tout en finesse pour servir une histoire forte, en deux tomes.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2006
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Wild animals
Les notes (4)
Logo BDfugue Achetez sur BDfugue !

27/05/2006 | Ro
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Je me suis également ennuyé à la lecture de cette série qui promettait de faire toute la lumière sur les années correspondant à la Révolution culturelle en Chine. Nous avons droit en réalité à l'histoire d'une bande de gamins qui fait très clichés. C'est plutôt bien dessinée mais cela n'apporte pas grand chose au niveau du scénario plutôt bancal dans une société pourtant en pleine reconstruction. Une narration compliquée à souhait ne sera pas là pour faciliter les choses au niveau du plaisir de la lecture. Ma vraie note serait plutôt 2.5 étoiles.

08/05/2011 (modifier)
Par Alix
Note: 2/5
L'avatar du posteur Alix

Bof. A en croire le résumé au dos de la BD, on aurait affaire à une œuvre hautement culturelle, qui parle de révolution culturelle et de liberté individuelle. Quel cache-misère ! L’histoire est vide au possible, et se contente de raconter le quotidien de quelques adolescents débiles et violents. En plus la narration est vraiment faiblarde, difficile à suivre, saccadée au possible… Peut-être ne fais-je pas partie du public visé ?

12/07/2006 (MAJ le 10/05/2008) (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Le but de Yang Song est de nous faire découvrir la vie des adolescents à l’époque de la révolution culturelle chinoise. Une époque faite d’interdits, de transgressions… Les filles sortent ouvertement avec des garçons, tous se mettent à fumer, à faire des menus larcins… On voudrait nous donner l’impression que ce sont des rebelles, mais il y a bien pire dans le genre. Le récit est un peu décousu, entre flashes-backs, intermèdes réflexifs, périodes contemplatifs sur la fille qui vous regarde… Le dessin de Song est incroyable, très diversifié, entre le photo-réalisme et le style « gros yeux-manga » (très peu utilisé cependant). Le style ressemble plutôt à celui des auteurs de Hong-Kong, très portés sur l’action, sur des cases dynamiques. Song explore pas mal de voies sur cet album, sans vraiment se fixer sur une, ce qui est un peu déroutant par moments. Le visage de Xiaojun, par exemple, n’est pas toujours le même. On le repère plus facilement grâce à sa casquette et son uniforme de lycéen. Ceci dit, le potentiel du dessinateur est énorme, je suivrai avec attention ses prochaines publications en France.

13/06/2006 (MAJ le 28/10/2007) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Note approximative : 2.5/5 Le sujet de base de ce nouveau manga chinois avait tout pour m'intéresser : la vie des adolescents chinois à l'époque de la Révolution Culturelle, période dont je ne sais quasiment rien. Et effectivement, Wild animals m'en a appris un peu, sur le fait que beaucoup de jeunes et leurs familles vivaient dans des résidences militaires, que l'ordre régnait par une police militaire effrayante quand elle vous arrêtait, que c'était plus ou moins la pénurie pour les aliments, qu'à l'époque il était très mal vu pour un jeune homme et une jeune femme de ne pas s'ignorer mutuellement lorsqu'ils se rencontraient dans la rue, etc. Mais ces informations ne sont pas transmises directement, on les découvre soi-même tant elles sont considérées comme évidentes par le narrateur. Et ce n'est donc absolument pas sur le témoignage historique que s'attarde le récit mais sur la vie mouvementée du jeune héros qui, finalement, aurait bien pu être la même dans n'importe quelle banlieue du monde. Une vie de petit voyou qui sêche les cours et traine avec sa bande de potes, une vie de violence avec des conflits de bandes, une vie d'effraction car le héros s'est spécialisé dans le crochetage de serrure et l'intrusion dans les maisons des gens quand ils sont absents, etc. Une vie pas très gaie donc où il vit une histoire d'amour contrariée avec une fille plus âgée que lui avec qui il ne peut guère plus que demander d'être considéré comme son petit frère. Je n'ai pas été captivé par ce récit notamment à cause de la narration qui est franchement ardue à suivre. Ellipses, sauts temporels, scènes mal expliquées et mal racontées, à maintes reprises au cours de ma lecture, je n'ai pas compris le cours des évènements et pourquoi on sautait d'une visite nocturne chez un ami à une bagarre de rue par exemple. Très difficile de s'accrocher au récit et au personnage principal dans ces circonstances. Bref, une deception car l'histoire, racontée ainsi, m'a plutôt rebuté en réalité. Au final, c'est surtout le traitement graphique qui m'a intéressé. Car l'auteur maîtrise clairement sa technique et utilise plusieurs styles différents, capables d'en changer d'une case à l'autre sans que cela brise l'harmonie visuelle. Ce sont parfois des styles mangas réalistes bien encrées, puis presque des croquis, ou encore des photos retouchées, ou des personnages presque typés comics, des esquisses, etc. Des changements de style amusants et assez harmonieux, mais pas un dessin qui m'a vraiment charmé pour autant. On sent la maîtrise mais je n'ai pas ressenti plus d'émotion que cela avec ce dessin la plupart du temps trop réaliste pour moi. En résumé, c'est un récit réaliste relativement intéressant par sa représentation d'une époque qui m'était inconnue de la Chine mais dont la narration m'a rebuté et dont le récit ne m'a pas suffisamment intéressé. Le second et dernier tome poursuit le récit sur une même impression mitigée. Le dessin est toujours bon et original, mélangeant divers styles dans un ensemble très esthétique. Par contre, la narration reste confuse. L'auteur raconte en effet son histoire comme ils sont présents dans ses souvenirs, par petites anecdotes hachées et souvent très floues. Tant et si bien qu'il est vraiment difficile de plonger dans le récit. Heureusement, l'intrigue prend davantage forme à partir d'environ un tiers de ce second tome quand on réalise qu'à l'instar du récit, c'est justement l'état d'esprit du héros vis-à-vis de la femme qu'il aime/hait qui est difficile à discerner pour le lecteur mais surtout pour lui-même. Il ne sait pas comment réagir entre gentillesses et à l'inverse insultes et méchancetés envers la femme qui le trouble. Cet aspect ambigu des amours frustrés de jeunesse est bien retranscrit, nous montrant à quel point les amours adolescentes sont les mêmes que l'on soit en France ou bien dans la Chine Populaire de la Révolution Culturelle. Sans être véritablement emporté par l'histoire, on peut donc lui trouver un aspect sociologique et psychologique intéressant. Par contre, je suis circonspect sur la fin de l'histoire qui remet soudainement tout en cause. Quel interêt à tout cela me suis-je demandé ? Au final, je ressors donc sur une impression de plaisir relatif à la lecture de cette série qui ne plaira pas à tout le monde et dont le final paraitra sans doute vain à beaucoup de lecteurs. Mais l'aspect esthétique des planches plaira par contre aux amateurs de dessins originaux.

27/05/2006 (MAJ le 28/10/2007) (modifier)