Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

La Smala

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

Odilon et Suzy Smala sont les "heureux" parents de trois ados bien de notre époque, Ronald, Magali et Arthur.


Albums jeunesse : 6 à 10 ans

Odilon et Suzy Smala sont les "heureux" parents de trois ados bien de notre époque, Ronald, Magali et Arthur. Sans oublier le chat. Et ce n’est pas toujours facile pour eux d’être à la page, de comprendre les intérêts de leur progéniture, de manifester leur autorité sans pour autant passer pour de vieux ringards. Car la jeunesse des enfants ravive les souvenirs des parents, qui, eux aussi, aimeraient retourner en boîte de nuit ou regarder la télé, avachis dans le canapé, sans entendre de commentaires désobligeants.

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2000
Statut histoire Strips - gags 9 tomes parus
Couverture de la série La Smala

13/03/2006 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Je n’ai pas trop été emballé par cette smala. Le thème de la vie de famille au quotidien n’est déjà pas original en soi mais si on y associe tous les stéréotypes du genre cela devient rapidement indigeste. Et ici tous les stéréotypes sont associés : un papa dépassé et sans autorité même s’il rêve du contraire, une maman aimante obsédée par son âge, un grand frère geek et glandeur, un petit frère spitant et fan de jeux vidéos et, enfin, la sœur qui multiplie les amours de passage, qui chante et qui préfère glander que travailler pour l’école. Avouez que c’est dur de faire pire. La conséquence : un cruel manque d’originalité, même si les auteurs s’essayent à toutes sortes de gags (séquences familiales, séquences à l’école, séquences en soirées, gags absurdes, gags basés sur l’observation, running-gag, pages où la narration prend le dessus sur un dessin absent, etc …) Rien n’y fait, j’ai le sentiment d’avoir déjà lu et relu cette série sous d’autres formes. De plus, certains gags sont mal amenés, au point que la chute est ce qu’il y a de moins drôle dans une planche déjà loin d’être hilarante à l’origine. Enfin, je déteste ce lettrage qui mélange majuscules et minuscules sans tenir compte d’aucune règle de quelque sorte que ce soit. Les « l » sont toujours en minuscules, les « A » sont toujours en majuscules, et après allez vous étonner que les jeunes ne sont pas capables de respecter la moindre règle (de grammaire, d’orthographe, ou de vie, tout simplement). Ras-le bol de ce principe du « tout est permis » ! Au risque de passer pour un ancien combattant, je maintiens qu’une belle proportion de la jeunesse actuelle manque de rigueur (une rigueur nécessaire quand arrive l’âge adulte, et sans tomber dans le militaire psycho-rigide) et que, outre les parents qui abandonnent leur rôle éducatif, les médias auxquels ces mêmes parents confient trop souvent leurs enfants sans exercer le moindre contrôle ont une part de responsabilité non négligeable dans ce phénomène. Cette série, avec son lettrage fantaisiste, contribue au phénomène sans que je parvienne à trouver une quelconque raison à ce refus d'obéir à une règle aussi élémentaire que celle de l'écriture en majuscules ou en minuscules. Tout à fait dispensable, selon moi.

22/06/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Décidément, j'ai du mal avec les séries d'humour de chez Casterman. J'avais pourtant entamé la lecture de la Smala sans préjugé. Le dessin est moyen mais son style anguleux m'a paru assez original, suffisamment pour le trouver intéressant et suffisamment efficace. Ensuite, j'ai dû rire ou sourire sur quelques gags au début, et puis très vite, je me suis lassé et n'ai plus trouvé grand chose de drôle. Le thème, ce sont des parents assez classiques confrontés à leurs enfants terribles, le grand frère geek et informaticien de génie, la soeur punkette et future star de la chanson et le petit frère fana de gameboy, tous les trois aussi glandeurs et anti-conformistes les uns que les autres. Mais les gags sont souvent très premier degré et le pire, très répétitifs. Il leur manque en outre cette petite touche de réalisme "ça ressemble à votre vraie vie" qui rendrait les choses attachantes et amusantes. Seul interêt, la situation familiale évolue un peu au fil des 6 tomes déjà sortis, évolution essentiellement autour du personnage de Magali, la grande soeur, qui va devenir une "star" de la chanson à partir du tome 3 puis vouloir déménager dans le dernier tome. Bref, une petite saga familiale ultra-caricaturale qui ne m'a malheureusement ni accroché ni fait rire.

13/03/2006 (modifier)