Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

The autobiography of me too

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 10 avis)

Guillaume Bouzard se raconte et puis ça part dans tous les sens selon son humeur.


Autobiographie Psikopat Requins marteaux

Guillaume Bouzard se raconte et puis ça part dans tous les sens selon son humeur. L'autobiographie n'est qu'un prétexte dont il s'affranchit au gré des méandres narratifs : chaque histoire colle à sa vie de trentenaire durant quelques cases pour ensuite aller voir là-bas, s'il y a quelqu'un. Parfois, il y a les nouveaux X-Men, parfois il y a Dieu. Ca dépend. Grâce à une prépublication mensuelle dans le Psikopat, "The Autobiography of Me Too" s'apparente, de par son écriture régulière, à un journal de bord. C'est ainsi que le considère l'auteur, et le choix d'un dessin vif, rapide, sans réel soucis d'esthétiseme ou de mise en page (découpage systématique des planches) privilégie une narration vivante et instantanée.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2004
Statut histoire Histoires courtes 3 tomes parus
Couverture de la série The autobiography of me too
Les notes (10)
Cliquez pour lire les avis

10/01/2006 | Ro
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Difficile de dire exactement pourquoi j'ai apprécié cette série de Guillaume Bouzard. Probablement du fait de l'humour incontestable dont ces pages sont imprégnées. Du fait aussi, peut-être, d'un sens du découpage, d'une maîtrise du gag et de sa chute. D'autres avant lui y arrivaient très bien, mais il faut bien que de nouveaux talents prennent le relais de Franquin. Bouzard est de cette trempe-là. Certains passages m'ont bien fait rigoler, mais je ne saurais dire quels sont les éléments les plus drôles. Le chien Flopi ? Ses copains piliers de bar, qui ne manquent pas une occasion de le mettre en boîte, sa compagne Cécile, Ramon ? Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse, après tout. Parce que malgré ses qualités, cette série ne m'a pas marqué plus que ça. On passe un très agréable moment de lecture, et ça s'arrête là. Et je crois que c'était le but de Bouzard.

07/08/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Après la lecture du premier tome. Je n'ai trouvé que celui-là à la bibliothèque. Pour l'instant je reste prudent car j'ai déjà l'impression que Bouzard commence à tourner en rond dans ses petites histoires. J'ai apprécié son humour et son autodérision mais moins le dessin qui, malgré son côté dynamique, m'a paru juste bon mais sans saveur. J'entendais beaucoup parler de l'auteur, je ne suis pas sûr de devenir un jour un fan à moins de trouver autre chose de plus consistant. Pour en revenir à cette BD, j'ai quand même passé un bon moment de lecture. Mais ensuite j'ai tout oublié, pas vraiment marqué par ces petites aventures. Pour un emprunt, le choix ne sera pas mauvais. Par contre pour l'investissement, je m'en abstiendrai personnellement.

19/04/2009 (modifier)
Par Sejy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Sejy

Après moult éclats de rire ponctués d’irrépressibles « mais-qu’il-est-con ! », les zygomatiques ravis et les commissures des lèvres scotchées aux lobes d’oreilles, je referme, pantois, le dernier tome d’Autobiography of me too : il est vraiment trop facile le gars Bouzard ! Sous des atours structurés (planches systématiquement découpées en gaufriers de 3 cases par 4), son autobiographie respire le « sans filet ». Une improvisation nimbée d’un ersatz de dilettantisme qui frise néanmoins l’excellence. D’ailleurs, ce n’est pas réellement une autobio. Plutôt une parodie ou une autofiction qui mélange les mises en scène décalées d’un quotidien ordinaire avec des anecdotes de comptoir, des aventurettes fantasmées ou encore des délires exquisement surréalistes (les X-men qui débarquent dans le Poitou !?...). L’amateur de récit intimiste et d’introspection psychologique passera son chemin. Ici, il n’y a pas véritablement matière à faire phosphorer le ciboulot. Mais alors, qu’est-ce qu’on se marre ! La moindre banalité finit par déraper pour fournir le prétexte à drôlerie. Un humour foutraque qui navigue de temps en temps vers le puéril ou le carrément débile, mais laisse deviner et savourer une certaine finesse voire un semblant de poésie dans ses énormités. Et c’est tellement bien construit. La narration possède un rythme discret, un tempo insidieux qui se montre efficace et très réjouissant. En partie imputable à la mise en page, c’est avant tout la ponctuation fournie par les dialogues qui génère cette sensation. Un sens inné de la précision pour poser un silence ou déclencher une réplique qui tue. Le dessin, lui, est tout simplement remarquable. Comment deux ou trois coups de crayon si spontanés, par instants presque négligés, peuvent-ils aboutir à un tel résultat ? Une ligne impulsive, intuitive et libérée qui donne du mouvement et de la vie. Quel verbiage graphique ! Quelle virtuosité ! Bouzard se ballade dans la gamme des émotions et de l’expressivité. Les tronches et les attitudes sont si bien retranscrites que chaque situation induit une identification instantanée et donc un plaisir décuplé. Chapeau Maestro ! Désopilant et inspiré. Quel talent !

01/10/2008 (modifier)
Par sky doll
Note: 1/5

Alors là je suis désolée mais je n'ai pas du tout aimé cette BD ! Je n'accroche carrément pas à cet humour qui a dû me faire rire tout au plus 2 fois sur les 78 pages (ça fait peu tout de même). Pour les illustrations il faut aimer ; les dessins sont trop grossiers à mon goût (pardonnable si j'avais accroché à l'histoire mais là non). Bref à emprunter et encore...

28/04/2008 (modifier)
Par Cassidy
Note: 3/5

Encore de la BD d'inspiration autobiographique, mais qui sort des sentiers battus du genre dans la mesure où ça ne parle ni de l'ordinaire combat d'un artiste sensible qui se pose plein de questions sur la vie, le monde et ses rapports avec son père, ni un journal intime sur les amours post-adolescentes d'un branleur pleurnichard, ni un blog à deux balles, mais une compilation de petites histoires rigolotes et débiles dans lesquelles l'auteur ne cherche pas forcément à se donner le beau rôle. Pour cela, on peut saluer Guillaume Bouzard. A part ça, ben... La nomination du tome 2 à Angoulême dans la catégorie "Meilleur scénario" ne laisse pas de m'étonner, même si je dois avouer que c'est une petite série que j'ai trouvée bien sympa. Sympa, mais sans plus. C'est marrant mais sans plus, c'est de l'humour potache qui fait sourire mais pas vraiment se tordre de rire. Le dessin est pas mal dans le style "gribouillé à la va-vite" propre à Bouzard, on passe un bon moment, bref ce n'est pas le chef-d’œuvre du siècle mais une petite série qui vaut le coup d'oeil.

18/04/2006 (modifier)
Par Altaïr
Note: 3/5

Mmmm je suis assez déçue en fait. J'ai souris au premier tome, l'humour potache est plaisant même si je trouve que Bouzard se répète un peu. Le deuxième tome m'a en revanche laissée de marbre, et j'avoue que les histoires avec son chien me sont passées à 2000 m d'altitude au dessus de la tête. Bref, je suppose que c'est pas trop mon genre d'humour. Alix a raison : à feuilleter avant d'acheter.

08/02/2006 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Bon l’humour, c’est toujours très personnel et subjectif, mais je dois avouer que j’ai beaucoup moins ri que les posteurs ci-dessous. J’ai certes passé un bon moment, souri sur la plupart des histoires, mais ri que 3 ou 4 fois sur l’ensemble des deux tomes, ce qui est assez peu sur prés de 150 pages. Le dessin est quant à lui assez moyen et brouillon, mais assez expressif, ce qui est le plus important pour ce genre de bouquin. Bref, sympa, léger, rafraîchissant, mais pas génial non plus. A feuilleter avant d’acheter.

05/02/2006 (modifier)
Par cac
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Complètement excellent, décidément Bouzard me surprend en bien. Autant j'ai jamais trop accroché à Larcenet, autant j'aime bien l'humour de Bouzard. J'étais vraiment pété de rire sur certains trucs comme les histoires avec son chien, "ce con d'chien". Très bon titre pour se marrer.

25/01/2006 (modifier)
Par Don Lope
Note: 4/5

Ah, Bouzard. Larcenet lui voue une très haute estime (méritée) en affirmant qu'il est le dernier garant (quoiqu'étant un petit nouveau) de l'esprit Fluide. Il n'a pas complètement tort si vous voulez mon avis. J'avais déjà bien accroché à son Plageman et à Le Club des quatre (j'ai un poil moins aimé son histoire de manchots par contre) mais là on passe à la vitesse supérieure : j'ai rarement lu une autobiographie aussi drôle ; entre énorme mufflée et l'écoute du dernier Motorhead, Bouzard nous fait partager son quotidien et si celui-ci n'est pas exagéré, je témoigne à sa femme toute mon estime ! Certaines pages sont proprement hilarantes (je pense à la boulangerie notamment) mais c'est plus l'ensemble qui fait le charme de ces deux tomes. Dommage que ça s'arrête là mais Bouzard l'avait lui-même dit, il ne s'est lancé dans cette autobiographie que pour avoir le plaisir de faire un jeu de mot pourri avec le deuxième tome: "The autobiographie of me too two". Il l'avait expliqué dans une page hilarante d'interview dessinée pour le numéro 1 du magazine "BD", il faudrait que j'essaie de retrouver ça.

10/01/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Note approximative : 3.5/5 Après avoir lu Plageman, Le Club des quatre et Coincoin l'homme manchot empereur, j'ai poursuivi ma découverte du talent et de l'humour de Bouzard en achetant les 2 tomes de son oeuvre en théorie unanimement la plus reconnue à l'heure actuelle dans le petit monde de la BD sur Internet, à savoir "The autobiography of me too". Premier constat, les albums sont de très belle qualité. La couverture recouverte de cette sorte de tissu donne un aspect vraiment solide et classe à ces objets. Le papier aussi est de belle qualité et met bien en valeur le trait humoristique de Bouzard. Bref, globalement, ne serait-ce que par le nombre de pages et la qualité de l'objet, le prix d'achat relativement élevé pour une Bd d'humour me parait correct. Deuxième constat, Bouzard, dans la vraie vie, c'est Plageman en civil ! ;) La petite vie qu'il nous raconte là, agrémentée de loose, de scéances de murges (muflées ?) au bar du coin et de déconnades décomplexées, c'est tout le style de l'humour de Bouzard tel que je commence doucement à le découvrir. Maintenant, qu'est-ce que ça donne dans les faits ? J'ai lu les deux albums avec le sourire la plupart du temps et j'ai éclaté de rire un certain nombre de fois. Globalement, le but est donc atteint : cette BD est drôle et fraîche. Cependant, je dois aussi avouer que certains passages m'ont un peu moins intéressés que d'autres. Bassement matérialiste, j'espérais qu'à un tel prix, cette BD me ferait vraiment rire de bout en bout ou presque. Au lieu de ça, j'ai décroché par moments, trouvant certaines histoires courtes assez moyennes. Mais globalement, c'est drôle ! Et ça vous met de bonne humeur ! Alors lisez-les !

10/01/2006 (modifier)