Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Baudelaire

Note: 2.25/5
(2.25/5 pour 4 avis)

La mort de Victor Hugo ébranle les certitudes de Charles Baudelaire. Et pour cause : il devait décéder avant son ami Hugo.


Charles Baudelaire Format à l’italienne Poètes et poésie Victor Hugo

La mort de Victor Hugo ébranle les certitudes de Charles Baudelaire. Et pour cause : il devait décéder avant son ami Hugo ! Baudelaire, contrarié, se refuse d’aller à l’enterrement de son ami. Cette fuite face au destin l’emmènera à faire un tour au paradis puis en enfer . . . De retour sur terre, il cherchera à trouver le poème parfait que son défunt ami n’a pas eu le temps d’écrire. Direction "l’île du Zèbre" . . .

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Baudelaire

10/04/2007 | Pierig
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai emprunté cet album en bibliothèque, attiré par le titre (et l’aura du grand poète) et par la maison d’édition qui l’a publié (il faut dire que les Larcenet qui en sortent sont souvent très intéressants !). Bon, autant le dire tout de suite, c’est une grosse déception. Après avoir fini la lecture, j’avoue n’avoir pas encore tout compris. En effet, c’est un peu foutraque, et le personnage de Baudelaire est ici difficile à cerner. Ses états d’âme (refuser d’assister à l’enterrement de Victor Hugo parce qu’il estime que celui-ci aurait dû mourir après lui), ses pérégrinations, sur Terre, en enfer et au paradis, m’ont laissé froid et perplexe. Et m’ont en tout cas peu intéressé. Le dessin est peut-être ce qui passe le mieux. Assez simple, mais je l’ai plutôt aimé. Pas de quoi déclencher l’enthousiasme non plus !

06/09/2016 (modifier)
Par dut
Note: 2/5

Je pense que cette BD a des vraies qualités, mais que je suis passé à coté, ou que je ne suis pas le public visé. Clairement je pense que pour vraiment apprécier cette BD, il faut avoir lu beaucoup de Baudelaire. Ce n'est pas du tout mon cas. Du coup je suis sûr que je suis passé à coté de plein de références de poèmes de Baudelaire. Sinon le récit en lui même n'est pas désagréable, mais ne m'a pas transporté plus que ça. Pareil, ne connaissant rien du tout du personnage de Baudelaire, ce récit/introspection ne m'a pas plus intéressé plus que ça... Quant au dessin, n'est pas Manu Larcenet qui veut. Je trouve ça dommage de "pomper" à ce point un style si marqué. Je ne sais pas si c'est voulu de la part de l'auteur, mais c'est trop visible à mon goût, un peu de personnalité dans le trait que diable ! En fait, je n'ai qu'une envie après la lecture de cet album, c'est de l'offrir à une amie prof de lettres qui saura vraiment l'apprécier (enfin j'espère).

10/12/2012 (modifier)
Par artemis
Note: 2/5

Avouons-le, j'ai pas bien perçu l'intérêt de la BD, ni sur les références, ni sur la fiction... Le dessin, je suis plutôt preneur, le dialogue aussi. En revanche, le scénario pas du tout. Concrètement seul l'emballage est sympa, ça change et ça donne un semblant de qualité à la BD. Dommage que cela ne suive pas au fond.

09/12/2007 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Daniel Casanave et Noël Tuot proposent ici une œuvre assez délirante ou la loufoquerie règne en maître. Pour éviter toute ambiguïté, il ne s’agit pas à proprement parler d’une bd sur la vie de Baudelaire. Ce récit est totalement fictif et donnera d’ailleurs du fil à retordre aux esprits cartésiens. Tuot bouscule l’Histoire littéraire en faisant décéder Hugo avant Baudelaire. C’est le point de départ d’un récit assez irréel où Baudelaire est prêt à tout pour ne pas assister à l’enterrement de son ami Hugo. Si ce récit n’est pas une biographie de Baudelaire, on sent qu’il emprunte beaucoup de références aux œuvres de ce poète. Connaissant très mal ses poèmes, j’ai dû passer à côté de beaucoup de subtilités de l’album. De leur côté, les dessins de Casanave font très "larcenien". Est-ce parce que l’album est édité par Manu Larcenet ? Toujours est-il que le rendu est sympathique. De plus, cet ouvrage bénéficie d’une impression de qualité sur papier de grain épais et en format à l’italienne. Ceci expliquant sans doute le prix assez élevé de la bd . . . A réserver aux amateurs de Baudelaire ou de récits loufoques.

10/04/2007 (modifier)