Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Fritz Haber

Note: 3.71/5
(3.71/5 pour 7 avis)

L'histoire du tristement célèbre Prix Nobel de Chimie 1918.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale 1914 - 1918 : La Première Guerre Mondiale 1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Albert Einstein Allemagne Biographies Première Guerre mondiale

Fritz Haber, Juif allemand né en 1868 et mort en 1934, est connu des dictionnaires pour son prix Nobel de chimie. Mais sa vie est bien plus ambiguë. Homme d’ambition, il est l’un des pères de l’industrie et de la guerre chimiques. Nationaliste et patriote, sa judaïté reste une question existentielle et le germe de sa destinée tragique quasi faustienne.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2005
Statut histoire Série en cours 4 tomes parus
Dernière parution : Plus de 3 ans
Couverture de la série Fritz Haber

04/01/2006 | herve
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Deux choses sautent aux yeux à la lecture de cette série. D’abord le parti pris esthétique. En effet, l’aspect graphique est assez original. Un rendu proche de vieilles photos floutées, mouillées, retravaillées parfois, avec d’autres passages plus nets (et des interludes entre les différents chapitres qui s’inspirent des légendes et de l’antique histoire allemandes). Les dominantes sombres, le rendu pas toujours très clair (sans doute cela peut-il gêner la lecture, mais ça n’a pas été le cas pour moi) s’accordent parfaitement à l’intrigue, mais aussi à l’histoire qui lui sert de cadre : c’est effectivement très sombre, et l’on touche là la noirceur de l’âme humaine, comme de l’Histoire. Ensuite, ce qui est notable, c’est l’ambition de David Vandermeulen ! C’est en effet une vision de l’histoire de l’Allemagne du dernier quart du XIXème siècle au premier tiers du suivant qui nous est contée, en plus d’une vision intéressante de certains conflits (génocide des Hereros en Afrique, et surtout Première guerre mondiale). C’est aussi le parcours étonnant de Haber que nous suivons, dans une sorte de pacte faustien : ambitieux (il veut diriger son institut), travailleur (il fait froid dans le dos lorsqu’il teste ses produits, son gaz, avec une vision uniquement commerciale et dépassionnée alors qu’il parle d’une arme potentiellement hyper dangereuse ! - quant à la façon dont il laisse sa femme de côté...), nationaliste, il essaye de faire oublier sa judéité, alors même que ses adversaires ne cesseront de la lui rappeler – dans une époque et en des lieux où cette question est des plus sensibles ! Autour de ces thèmes, l’évolution du mouvement sioniste (et les projets de fondation d'un Etat juif), la personnalité pacifiste d’Einstein, etc. Bref, on a là quelque chose de très dense et très bien mené. Œuvre ambitieuse et réussie, qui plus est avec des choix esthétiques forts pour la porter, nous avons là une série des plus recommandables ! J’ai lu les 4 albums déjà parus – mais le dernier date de 2014 et s’arrête en 1917, c’est dire qu’il y a encore matière à au moins deux tomes ! Et j’espère que cette série n’est pas abandonnée !

21/04/2021 (modifier)
Par Quentin
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

En retraçant la vie de Fritz Haber (prix Nobel de Chimie et sympathisant Sioniste, entre beaucoup d'autres choses), David Vandermeulen nous fait découvrir la société Allemande au tournant du 19e siècle avec son antisémitisme, son machisme, son nationalisme et son industrie naissante. Il montre en même temps ce que signifiait être Juif dans un tel contexte ainsi que les racines et l'histoire du Sionisme. Il décrit enfin le destin, les doutes et les choix d'un homme nourrissant une ambition hors du commun. Un livre ardu mais captivant, qui laisse présager une suite encore plus intéressante. Ajout après lecture du 4e et dernier tome (et relecture des 3 autres tomes au passage) : Je reste abasourdi. Fritz Haber est ce savant Allemand Juif qui a inventé le gaz moutarde et a eu le prix Nobel de Chimie pour avoir inventé les engrais modernes. La série le suit de très près, et plusieurs thèmes s'entrecroisent, entre la place des Juifs dans l'Allemagne (et l'Europe), leur discrimination politique et sur le marché du travail, leur position face à la conversion au Christianisme, au mariage mixte, leur recherche d'un état Juif (ils étaient à 2 doigts d’atterrir en Ouganda au lieu de la Palestine ; à quoi tiennent les hasards de l'histoire, n'est-ce pas ?), leur participation à l'effort de guerre. On est également plongé dans le nationalisme et le militarisme exacerbé de l'époque, la colonisation de l'Afrique, du Moyen Orient et de l'Asie, bref, sur tout ce qui a fait le début du XXe siècle (le dernier tome est d'ailleurs plus sur Rathenau que sur Haber ; Einstein joue aussi un grand rôle dont je ne savais rien avant de lire la BD - encore une bonne surprise). Passionnant, fascinant, et pour moi une belle découverte car je n'ai jamais rien lu de pareil ailleurs en BD. On plonge véritablement dans l'esprit du siècle, vu par l'élite intellectuelle et politique, qui a forcément déteint sur la population. Alors que les BD de Tardi qui traitent de la même époque sont extrêmement "modernes", en ce sens qu'on s'identifie immédiatement avec ses poilus et que ceux-ci pourraient aussi bien être nés en 1990 qu'en 1890 (le discours pourrait être exactement pareil), Vandermeulen fait beaucoup mieux car il nous fait découvrir un monde et une manière de penser aujourd'hui obsolète et exotique car ils appartiennent (fort heureusement) au passé. Mais on voit néanmoins la filiation entre notre époque et celle de Haber et ses embryons d'union Européenne, des Nations Unies, d'Israël, etc. Véritablement une série culte à ne pas manquer

08/09/2006 (MAJ le 07/08/2015) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cette série est la biographie très bien documentée et détaillée d'un homme dont je ne savais rien, le chimiste qui, entre autres, a inventé le gaz moutarde pour l'utiliser dans les tranchées durant la Première Guerre Mondiale. Au long des tomes, nous découvrons les débuts de ce scientifique dans l'Allemagne de la fin 19e / début 20e siècle, puis son implication durant la guerre. Juif ne souhaitant pas se convertir pour faciliter sa carrière dans un Allemagne antisémite, profondément nationaliste malgré son pays qui le rejette, très ambitieux et carriériste malgré de nombreuses années durant lesquelles les institutions allemandes et le monde scientifique lui mettront des bâtons dans les roues, on découvre un personnage au caractère très fort et complexe. Et c'est ainsi aussi qu'on voit comment il a été moteur pour proposer ses gaz mortels dans le cadre de la Grande Guerre. C'est instructif. Mais j'ai également trouvé la lecture un peu pénible, ou du moins laborieuse. Il y a d'abord le graphisme qui est très personnel. En couleurs sépias, il a des allures de vieilles photos jaunies, mais il résulte un fort effet de flou de sa technique (à l'encre ?) très humide. Il y a certaines cases du premier tome pour lesquelles je n'ai même pas su déchiffrer ce qui était présenté. Du coup, je suivais plus l'histoire avec le texte qu'avec l'image. Paradoxalement, c'est bien dommage car certaines cases sont très jolies. A noter cependant que le style s'affine et devient plus précis et moins flou au fil des albums. Ensuite, c'est un pur récit historique, une biographie dans tout ce qui cela implique de détails parfois ennuyeux et de manque d'émotion dignes d'un documentaire. Autant le personnage de Fritz Haber est complexe et intéressant, autant je n'ai pas été enthousiasmé par ma lecture qui ne m'a transmis que son côté instructif et pas davantage.

23/01/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

C'est une série que j'aurais voulu apprécier mais cela ne l'a pas fait. Le graphisme est plutôt flou et se sert d'une bichromie assez pauvre avec des couleurs tristes et monotones. Cela donne un caractère film de cinéma muet qui est certainement voulu par l'auteur comme pour une mise en scène. On raconte en l'occurence l'histoire d'un chimiste, prix nobel en 1918 qui fut l'un des pères des armes les plus atroces qui ont existé sur notre planète. Il était d'origine juive et voulait être allemand avant tout et surtout prouver qu'il pouvait en être fier. Tragique destinée puisqu'il fut contraint à l'exil en 1933 lorsqu'Hitler s'empara du pouvoir. Il mourrut un an plus tard à Bâle en Suisse. Je ne suis pas parvenu en entrer dans cette histoire car tout est froid à commencer par Fritz Haber lui-même. Le fait qu'il soit parvenu à la synthèse de l'ammoniac me fait ni chaud, ni froid. La biographie est certainement brillante et use de procédés originaux. Cependant, cette magie ne m'a pas atteint faute de n'avoir pas apprécier l'ambitieux scientifique à l'origine des gazs mortelles ayant fait de nombreux ravages dans les tranchées durant la Première Guerre Mondiale. Et puis, c'est trop mélancolique et franchement un peu ennuyeux.

06/02/2011 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Ce qui est génial avec 'Fritz Haber' c'est que David Vandermeulen reconstitue parfaitement l'atmosphère de l'époque. Il parvient aussi à raconter l'histoire d'un personnage historique sans mettre trop de détails qui rendraient illisible son récit. J'ai littéralement dévoré les deux albums. Fritz Haber est un personnage très intéressant à étudier car il a fait de grandes choses pour l'humanité, mais aussi des mauvaises. Sa judaïcité permet à l'auteur de montrer comme vivait les juifs de cette période de l'histoire. Ils n'étaient vraiment pas aimés et certains se convertissaient afin d'avoir une bonne situation. D'ailleurs, j'ai hâte de voir ce que fera Haber lorsque les nazis seront au pouvoir. Comme il est juif et qu'il aime aussi l'Allemagne, cela sera surement intéressant de voir ses réactions. Je n'aime pas beaucoup le dessin que je trouve froid. Il m'a fallu plusieurs pages pour m'habituer à ce style. En revanche, j'aime beaucoup le style 'film muet' des planches. C'est très original.

13/04/2009 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Un premier tome qui est ma foi épais en nombre de pages mais plutôt maigre pour l’instant sur son personnage éponyme. On en apprend sur cet homme et le début de sa vie, d’origine juive, lui qui sera un jour prix Nobel de chimie. Mais on a hâte de lire la suite et son implication dans les faits de guerre nazis. Je ne suis pas super fan du dessin mais il faut avouer qu’il y a une petite ambiance rétro sympathique avec des encarts de texte façon film muet. Cela cadre bien avec l’époque des faits relatés à savoir le début des représentations des frères Lumière. Bref la suite se fait attendre pour donner un avis plus éclairé. Mais je flaire une bonne suite.

14/02/2007 (modifier)
Par herve
Note: 5/5
L'avatar du posteur herve

Un petit ovni dans le monde de la BD que nous présente Delcourt dans sa collection prestigieuse Mirages. Certes, assez difficile d'accès de prime abord, cette bande dessinée se révèle être un pur chef d'oeuvre. Difficile, car le thème choisi, l'histoire d'un scientifique allemand Fritz Haber (1868-1934), tourmenté par deux questions, son nationalisme et son judaïsme, ne prête pas à rire. David Vandermeulen continue un étonant tour de piste d'auteur avec des styles très différents qui vont de l'étonnante Littérature pour tous au "cid , version 6.0" mais toujours avec un côté très littéraire voire élitiste. J'ai parlé d'ovni car vous ne trouverez aucun phylactère dans ce livre; les paroles étant retranscrites à la manière de sous titres - comme dans les films en VO - et les récitatifs sont présents sous forme d'encart - comme dans les films muets -. Le tout donne plus l'impression de voir un vieux film en noir et blanc plutôt que de lire une bd. En outre le dessin ressemble plus à de la peinture qu'à un dessin traditionnel de bd. Très beau témoignage sur la société allemande de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle. (à l'image de ce qu'a fait Proust pour la société française). Vous l'avez compris, j'ai adoré cette bd et ne passez pas à côté d'un tel chef d'oeuvre (prévu d'ailleurs en 3 volumes). Incontournable vous-dis-je !

04/01/2006 (modifier)