Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Péma Ling

Note: 3.13/5
(3.13/5 pour 8 avis)

La petite Péma Ling ne sait pas encore que l'attend un destin hors du commun. Elle ignore qu'elle rencontrera des êtres d'exception, qu'elle traversera le Tibet de long en large, qu'elle vivra dans les neiges et les glaces de l'Himalaya.


Collection Repérages Georges Bess Guerrières La Montagne Tibet

La petite Péma Ling ne sait pas encore que l'attend un destin hors du commun. Elle ignore qu'elle rencontrera des êtres d'exception, qu'elle traversera le Tibet de long en large, qu'elle vivra dans les neiges et les glaces de l'Himalaya. Elle ne se doute pas un instant qu'elle deviendra brigand, chef de bande, guerrière redoutable et redoutée. Oui, un jour, plus tard, Péma Ling deviendra "la lionne des neiges" ! Mais pour l'heure, profondément traumatisée par la mort de son père, commanditée par le gyalpo, le despote local, elle est recueillie au sein d'un monastère. Les cheveux coupés, habillée en garçon, refusant de parler, elle grandit avec la vengeance chevillée au coeur, et vit dans la haine du gyalpo et de son dégénéré de fils. Par le dessinateur du Lama Blanc- Un cahier graphique de 16 pages réservé à la première édition. Texte : Dupuis

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2005
Statut histoire Série abandonnée (abandon éditeur juste avant la fin) 5 tomes parus
Couverture de la série Péma Ling
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

12/09/2005 | ArzaK
Modifier


Par Pasukare
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pasukare

Après lecture des 5 premiers tomes parus à ce jour, moi je la trouve franchement bien cette série. Côté dessin et ambiance, j’ai eu le même genre d’émotions qu’avec un Derib dans « Buddy Longway » ou « Celui qui est né deux fois », avec une composition des planches un peu moins audacieuse cependant. Mais du point de vue du trait et des couleurs, c’est grandiose, j’ai tout de suite accroché. Contrairement aux autres aviseurs de la série, je ne connais pas les autres œuvres de l’auteur en tant que scénariste, donc je ne peux pas faire la comparaison. Le scénario mettant en scène cette jeune fille élevée à la dure et comme un garçon dans un monastère suite à la mort de ses parents, et qui se forge elle-même ses capacités de guerrière en observant l’entraînement des autres, est passionnante. Suivre comme cela, depuis l’enfance jusqu’à l’âge adulte, l’évolution du personnage, son désir de vengeance qui ne la quitte pas et voir comment elle prend le dessus sur ses adversaires, comment elle devient le guide de brigands sans scrupule mais en réussissant à détourner leurs actions au service des pauvres gens oppressés par les chinois et les lamas corrompus, c’est une véritable aventure humaine, doublée d’un parcours initiatique très enrichissant qui tient en haleine. Il y a parfois beaucoup à lire, mais je n’ai jamais trouvé ça lourd. J'attends la suite, qui malheureusement ne viendra jamais… si près du but, quelle misère quand même, je ne conseille donc pas l'achat, et heureusement que je ne l'ai qu'empruntée ! :((

13/06/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Pas mal, cette série mais j’ai tout de même le sentiment de lire un « Le Lama blanc » plus grand public et moins mystique. La surabondance de narratif m’a également un peu ennuyé. Georges Bess s’obstine à nous écrire ce que son dessin nous explique déjà. Cette façon de faire alourdit le récit et lui ôte une part du dynamisme que son excellent dessin voudrait apporter. De plus, au fil des tomes, le narratif est de plus en plus présent mais, paradoxalement, l'auteur semble avoir de moins en moins à dire. Le cadre et la trame du récit sont classiques des récits ayant pour cadre le Tibet mais l’auteur a réussi à créer un personnage attachant et une galerie de seconds rôles bien gratinée (on retrouve là son attirance pour les malformés (voir « Juan Solo » pour s’en convaincre)). Au point de vue graphique, j’adore le trait de l’artiste dans tous ses portraits. C’est un subtil équilibre entre détails et immédiateté. Ses décors, eux aussi, sont agréables à l’œil. Sa colorisation, par contre, n’est pas de celles que j’apprécie. Georges Bess a souvent recours à une gamme de teintes restreinte et « terreuse » pour coloriser ses cases. Tout est alors uniforme et efface quelque peu la beauté du trait, selon moi. Certainement à emprunter. Et pourquoi pas à acheter si ce genre d’univers vous branche. Attention toutefois à la narration très présente et à la colorisation en teintes monochromes.

23/08/2010 (modifier)

Péma Ling est l'histoire d'une petite Tibétaine dont la famille a été massacrée et qui va connaitre une destinée hors du commun. L'histoire permet ainsi à Georges Bess de raconter la vie des Tibétains sur fond de guerre entre Chinois et Tibétains et de corruption de certains Lamas. L'ensemble est plutôt agréable au départ mais devient laborieux au fil des tomes avec un ralentissement notable de l'histoire et l'omniprésence d'une voix off racontant les différents événements à la forme passive. Péma Ling manque ainsi cruellement de dialogues à mon sens. Au niveau du dessin, les visages sont vraiment magnifiques tout comme la colorisation mettant habilement en évidence la beauté des paysages enneigés du Tibet. Un bémol concernant le lettrage qui manque de soin et nuit à la qualité de l'ensemble. Une série agréable mais qui ne restera pas gravée dans les annales. SCENARIO (Originalité, Histoire, personnages) : 6/10 GRAPHISME (Dessin, colorisation) : 6/10 NOTE GLOBALE : 12/20

12/06/2010 (modifier)
Par Ulys31
Note: 3/5

L’histoire partait très bien dans un contexte historique très bien rendu, mais dans les deux derniers tomes je trouve qu’elle avance de plus en plus au ralenti. On a droit à 3 phrases de dialogues par ci par là, et pas beaucoup d’action. Où Bess pouvait se contenter de nous éblouir avec des planches muettes magnifiques il ajoute une couche de récitatif pas toujours utile, bref j’attendais plus d’imagination de la part de l’auteur de Leela et Krishna. Et j’espère que la suite me fera mentir. En attendant, pour qui voudrait commencer la série maintenant je conseille d’attendre que la machine se remette en marche. Le dessin est toujours aussi beau par contre. (avis concernant les 4 tomes parus)

29/05/2008 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

La lecture de ces trois tomes aura été à la fois un peu fastidieuse à cause d'une narration un peu pesante et d'une action très lente mais également et curieusement très enrichissante d'un point de vue "culture personnelle". En effet, le sujet de cette histoire traite sur le Tibet et de ses liens très contrastés avec la Chine impériale. Dans le contexte actuel à l'approche de l'ouverture des jeux olympiques de Pékin, nous découvrons un éclairage très intéressant sur l'histoire de ce pays aux confins de l'Himalaya à travers les yeux de cette petite Pema Ling travesti en garçon pour les besoins de la cause. Tout d'abord, on découvre un pays gangrené par la corruption de certains lamas avides de pouvoir. On est loin de la philosophie pacifiste prônée actuellement par la Daïla Lama. Ceci n'est point une critique de son action que je respecte humblement mais une façon d'indiquer que le gouvernement tibétain en place à cette époque de la fin du XIXème siècle n'était pas tout à fait rose. Les exactions chinoises commises par le général Ma sont également décrites de manière dramatique. Bref, il y a beaucoup d'objectivité historique concernant le cadre de cette banale histoire de vengeance. Le dessin contribue à rendre réaliste toutes les scènes: c'est appréciable même si on peut regretter le minois de certains visages apparemment déformés. Les paysages enneigés sont par contre saisissants de beauté. J'ai ressenti également comme un mélange de deux films emblématiques du cinéma: "7 ans au Tibet" et le fameux "Kill Bill". Pema Ling y tire des références: c'est incontestable. Au-delà de cette observation, c'est avec plaisir qu'on peut suivre l'évolution de ce personnage. La qualité est au rendez-vous. Il manque juste un parfum épique ou de véritables surprises dans le scénario...

06/05/2008 (MAJ le 06/05/2008) (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Pas mauvais du tout. Que du contraire !... Georges Bess fait ici montre d'un graphisme et d'un mode de récit très personnels. Il m'a narré l'histoire d'une pérégrination étonnante dans une Chine sans âge. Une jeune fille muette et un homme difforme composent le duo central de cette série. J'ai lu ici une vraie aventure humaine, forte, accompagnée d'un magnifique graphisme ; et ce pour un récit qui m'a emmené sur le toit du monde. Ici, les croyances ont la vie dure et les potentats locaux sont adeptes des vengeances terribles quand on tente de porter atteinte à leur pouvoir. J'ai bien aimé cette geste ; le tout concocté par un très bon auteur. Du bon travail, fait avec coeur... et pas mal d'idées.

16/02/2007 (modifier)

Fan de Georges Bess, de son travail sur ses autres séries, je fus enchanté de voir enfin sortir une nouvelle série. Hélas, après un premier tome, ma foi, pas mal et plein de promesse, j'eus l'impression à la lecture du second, de lire la suite du Lama Blanc. Un jeune héros (une fille en l'occurrence) avec un grand destin qui l'attend, mais qui d'abord va devoir en baver, et je parie qu'elle en bavera encore quand elle aura atteint son objectif. Mais bon, n'est pas Jodorowsky qui veut, et il manque ce je-ne-sais-quoi qui donne cette saveur particulière aux séries où ces deux auteurs ont collaboré. Les dessins sont égaux à eux-même, c'est à dire très bons, mais malheureusement, là où d'autres dessinateurs nous donnent l'impression de les redécouvrir à chaque album, monsieur Bess nous ressort encore son style beau et efficace, mais déjà vu... d'où peut-être ce sentiment de revoir une aventure de cet animal, qui quand il est fâché vous crache à la figure, à la couleur de neige. Bref, une série pas mal, mais pas vraiment indispensable pour les amoureux, comme moi, de cet auteur.

20/01/2007 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

J’aime beaucoup les œuvres de Georges Bess comme Escondida ou Leela et Krishna. Ce sont des albums hors normes et originaux, qui mettent en scène la création et le dessin de manière époustouflante. Ici, on le sent quelque peu bridé. L’intrigue, en tout cas, est beaucoup plus classique, presque académique en comparaison du reste de son œuvre en solo. Son dessin est toujours aussi superbe, les couleurs magnifiques, l’intrigue prenante, mais elle est quelque peu alourdie par des récitatifs et des dialogues trop verbeux. Malgré ces petites réticences, cela reste de la bd de qualité parfaitement recommandable.

12/09/2005 (modifier)