Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Jeremie dans les îles

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 6 avis)

Jeremie est un jeune mousaillon qui, suite à un naufrage, se retrouve confronté à l'aventure, emplie de sauvages indigènes, de pirates et de fille du gouverneur espagnol.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Pif Gadget Vieux gréements

Entre 1968 et 1973 paraissent dans Pif-Gadget 8 épisodes de "Jérémie dans les îles", des récits de Paul Gillon qui n’atteindront cependant pas les faveurs du public. Ces épisodes ont la particularité de ne comporter aucune bulle, les dialogues et les onomatopées sont retranscrits à coté des cases. Après avoir échoué sur une île qu’il croit déserte Jérémie se fait capturer par les indiens qui occupent l’île et qui pratiquent le sacrifice humain. Après de longues poursuites et une farouche résistance Jérémie réussit à s’enfuir, à la faveur de la nuit Capturé par un groupe de pirates dirigé par Geoffroy le Landais, Jérémie se retrouve au service de la capricieuse Dona Aurelia, un jeune otage entré dans les bonnes grâces du capitaine. Suite à une attaque du bateau par des Espagnols, Jérémie et Dona Aurelia s’enfuient sur le bateau ennemi... Mais ce dernier coule sous les assauts des pirates...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1973
Statut histoire Histoires courtes (2 histoires à suivre par album) 4 tomes parus
Couverture de la série Jeremie dans les îles

26/04/2005 | Ro
Modifier


Jérémie, un excellent souvenir de Bd d’enfance. Le magazine Pif avait imposé d’excellentes bandes dessinées, pas nécessairement pour enfants (Corto, Ragnar, Robin des bois, les Aristocrates (qui s’en souvient ?),…) Jérémie, reste, malgré le personnage, une Bd assez adulte et un chef-d'œuvre méconnu, l’un des plus grands de Gillon, la grâce du dessin, la finesse du trait, le dépouillement des vignettes, un dessin allant à l’essentiel que ne perturbe même pas l’absence des bulles, comme si Gillon voulait nous laisser apprécier pleinement les petits tableaux élégants qu’il peaufinait. Il est dommage que la série ait été colorisée… si vulgairement.

12/01/2011 (modifier)
Par Laurence
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Eh bien je suis certainement la plus âgée ici mais je dois dire que j'ai relu cette série, pourtant dédiée aux enfants, avec grand plaisir il y a quelques petites années. J'avais découvert Jérémie dans Pif, je devais avoir dix ans. Plus que Docteur Justice, Teddy Ted ou Rahan, il était mon héros favori, et pourtant ses aventures étaient loin d'être les préférées du lectorat de notre mythique hebdomadaire aujourd'hui définitivement disparu. Ce personnage et son histoire m'ont beaucoup marquée. Je n'ai jamais oublié Jérémie. Au point que j'ai choisi ce prénom pour mon fils, bien longtemps après ! Alors pour moi, tout est cohérent, le style, le rythme un peu lent, les intrigues, la personnalité des différents protagonistes qui sont bien campés dans leur caractère, le dessin etc. Ca fonctionne, c'est le principal, avec ses défauts et ses qualités, bref c'est sensible et ça vit. Les deux premiers albums sont les meilleurs à mon goût. Ce n'est pas une analyse, c'est un coup de coeur et des souvenirs qui ont marqué une vie que je donne.

30/01/2009 (modifier)