Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Feux (Tome - Hardy)

Note: 2.6/5
(2.6/5 pour 5 avis)

"Feux" serait-elle à l'origine de l'extinction des Dinosaures ?


Dinosaures

Les Dinosaures... Ils sont puissants. Ils sont craints. Ils règnent sur la Terre. Pourtant... et ce ne sera pas la moindre des surprises... Ils ont un LANGAGE, un DIEU et même une CIVILISATION ! C'est OGUNN, L'EMPIRE DES REPTILES. Mais, un matin, une étoile tombe du ciel annonçant son anéantissement. Cette étoile est une femme. Cette étoile s'appelle "FEUX". Voici son histoire... Texte : Dargaud

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2005
Statut histoire Série abandonnée 1 tome paru
Couverture de la série Feux (Tome - Hardy)

18/04/2005 | Pierig
Modifier


Par Superjé
Note: 3/5

Voici un premier tome d'une série préhistorico-heroïc fantasy (à priori, c'est pas trop mon style), plutôt pas mal. Pas exempt de problèmes (notez que je n'ai pas encore dit "défaut" mais bien problème). Le point positif et la grande surprise, c'est le dessin d'Hardy, bien plus soigné (et plus 'propre' ) que dans Pierre Tombal par exemple. On sent que l'auteur se fait plaisir en dessinant tous ces dinos (ce que je peux comprendre) et les planches, comme le découpage, sont vraiment bien travaillées. Pour ce qui est du scénario, ça avait l'air pas mal. Ce premier album (de 80 pages très peu denses, avec beaucoup de planches muettes) pose juste le décors : on aura le droit à rien d'autre, pas d'intrigue, rien, juste la description de l'univers (avec ses habitants, son roi, ses dieux, ses mœurs, etc...). Ce qui est vraiment dommage, car la série étant abandonnée, on ne peut pas trop se prononcer sur l'histoire en tant que telle. Oui, l'univers proposé était agréable, mais on ne saura jamais de quoi relevait l'intrigue. Je conseille donc juste l'emprunt de cet album aux super fans de dino... Dommage en somme !

09/05/2013 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Depuis sa sortie, cette BD m'avait intriguée. Mais ce n'est que maintenant que j'ai eu l'occasion d'en lire le premier tome. Premier point, je trouve le dessin très bon. Marc Hardy y a clairement soigné son style par rapport à ses autres oeuvres à l'aspect plus brouillons. Ici, ce sont de beaux décors, des dinosaures très réussis et de belles couleurs. Seul le faciès de Feux elle-même me parait parfois un peu moche. L'histoire aussi m'a bien plu même si j'ai eu du mal avec deux points. D'abord j'ai eu du mal à admettre la possibilité d'une civilisation de dinosaures. Hum... Et ils tricotent leurs pulls avec leurs petites papattes griffues ? Et ils le mettent comment leurs sacs à dos les tyrannosaures ? Avec la queue ? Bon, bref, il m'a fallu admettre le postulat de cette civilisation incongrue (que je trouve déjà grotesque dans une série comme Dinotopia) mais cela a fini par bien passer pour moi. Puis j'ai eu un peu de mal à trouver crédible le comportement de Feux, capable de grands discours et de supers prouesses alors que ce n'est qu'une gamine élevée par une grosse maman dinosaure gentille mais bon... Mais passés ces points, l'intrigue est assez prenante, la narration fluide et agréable, et arrivé en fin d'album, j'ai vraiment envie de savoir la suite. L'ennui, c'est que ce tome 1 restera orphelin, probablement faute de succès commercial comparé à une autre série de Marc Hardy telle que Pierre Tombal. Impossible donc d'en conseiller l'achat dans ces conditions.

13/06/2007 (MAJ le 08/06/2011) (modifier)
Par Pierig
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pierig

L’histoire de Feux, cette jeune enfant, reste fort conventionnelle. Il s’agit d’un tome introductif qui ne connaîtera pas de suite. Le récit, manichéen, se veut une transposition de notre société actuelle. Une civilisation "organisée" de sauriens est chamboulée par l’arrivée d’un bébé humain dans une capsule . . . Cette humaine sera à l'origine de l'extinction des dinos. Tout un programme . . . Ce premier opus de 80 pages est surtout l’occasion de découvrir, sous un nouvel angle, le travail de Marc Hardy. Les dialogues peu nombreux et la présence de pleines pages viennent renforcer l’impression que "Fille des reptiles" est avant tout destiné à exposer le talent graphique de cet auteur au trait sec et nerveux, cantonné jusqu’alors à Pierre Tombal et Lolo et Sucette. . . et c’est une réussite ! En l'état, cet album ne se suffit pas à lui même, ce qui me pousse à émettre les réserves d'usage quant à son achat éventuel.

18/04/2005 (MAJ le 27/10/2010) (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Le début de l'histoire laissait augurer quelque chose d'intéressant. Puis à mesure, on se rend compte que c'est vraiment stupide comme idée. Un peuple de dinosaures organisé en société recueille un bébé humain tombé du ciel dans une capsule spatiale. Rien que ça ! Bon, vous me direz que cela commence comme Thorgal à quelques détails près. :) Ces dinosaures se comportent d'ailleurs comme des humains. Ils veulent étendre un empire, croient à un dieu unique selon les peuplades, veulent asservir en esclavage d'autres sauriens. Cette transposition digne de Dinotopia a du mal à passer. Sincèrement ! Par ailleurs, la couverture ressemble au logo du film Jurassik Park. Même si le dessin est plus que correct, le scénario va être extrêmement manichéen et sans véritable surprise. On peut passer son chemin même si on aime les dinosaures.

12/09/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Cette histoire m'a plongé dans un monde peuplé de dinosaures... des reptiles qui vivent en société, avec une langue, une écriture, une histoire, un roi, un dieu... bref l'attirail complet de l'Humanité, car la violence n'est pas absente... Mais un jour débarque une enfant tombée de nulle part à bord de sa capsule. "Feux", c'est son nom, va grandir au sein de cette société pour laquelle elle est considérée comme un monstre... C'est vrai : si le fond de cette série n'est pas révolutionnaire, sur la forme c'est autre chose. Un album de 80 pages, c'est rare, mais... qui se lit très vite. Il y a en effet peu de dialogues car tout passe par le dessin. Perturbant parfois, à plus d'un égard, mais pourtant en phase avec notre époque. J'ai ainsi découvert une BD surprenante, déroutante, mais intéressante ; où le personnage central apporte une touche de sensibilité, de féminité et d'intelligence. Un peu de douceur dans un monde de brutes... Pas mal, vraiment. Une cote de 3,5/5.

20/01/2007 (modifier)