Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Tensui, l'eau céleste (Ten Mizu)

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Tensui - L'eau céleste - nous conte l'histoire d'une tendre amitié contre-nature : celle d'une fillette et d'un Kappa, petite créature aquatique à face de grenouille, issue du folklore nippon.


Diables et démons Folklore asiatique Kodansha Les Grenouilles Sakka, l'autre manga Seinen

Publié par épisodes dans le prestigieux mensuel Afternoon, Tensui - L'eau céleste - nous conte l'histoire d'une tendre amitié contre-nature : celle d'une fillette et d'un Kappa, petite créature aquatique à face de grenouille, issue du folklore nippon. Ensemble, ils s'initient aux mystères du monde animiste, viennent en aide à des créatures merveilleuses ou déjouent les pièges tendus par les démons qui peuplent leurs campagnes.ý

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2005
Statut histoire Histoires courtes (finie en 2 tomes) 2 tomes parus
Couverture de la série Tensui, l'eau céleste
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

28/03/2005 | ThePatrick
Modifier


Par Pasukare
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pasukare

"Tensui, l'eau Céleste" nous conte en deux tomes les aventures de Natsume, fillette d'environ 6-7 ans, et de son lutin d'eau pour retrouver dans un premier temps le grand maître des lutins d'eau, et par la suite la propre mère de Natsume. Une chose est sure, cette lecture ne peut laisser indifférent, rien qu'à cause du style graphique très particulier de Hanawa Kazuichi, avec des visages très expressifs, voire torturés, des scènes cauchemardesques à souhait, le tout dans des paysages ruraux ou sylvestres d'une quiétude qui pourrait être reposante s'il ne s'y tramait pas autant de choses bizarres. L'histoire non plus n'épargne pas nos sens et notre échelle de valeurs : les démons, femmes serpent, renards, esprits et autres humains sans pitié que rencontrent nos deux attachants petits personnages sont machiavéliques et cruels au possible, bien loin des camarades de jeux que l'on souhaiterait donner à des "enfants" de cet âge, et avec par dessus le marché des apparences souvent trompeuses. On se laisse souvent berner comme la petite Natsume : on fait confiance au démon souriant et on se méfie de l'esprit bienfaisant mais à l'allure inquiétante. Les chapitres du tome 2 qui se passent dans les enfers en sont presque dérangeants pour le coup. J'ai trouvé le duo formé par Natsume et son kappa et leur attachement réciproque très attendrissant, d'où mon coup de cœur malgré une note moyenne. Tensui, c'est "quelques grammes d'amitié et de courage dans un monde cruel". Sans être un grand chef d'œuvre, encore une fois et comme pour beaucoup d'autres mangas de ce genre, cette histoire me touche parce qu'elle m'enrichit et bouscule les habitudes. A lire.

06/07/2009 (modifier)
Par karibou
Note: 4/5

3,5/5. Très spécial. Pas de moralité, pas d'indication quant aux convictions de l'auteur, qui sait remettre constamment ses personnages à leur place, à la manière d'un Sisyphe, condamné à pousser un rocher pour l'éternité. Pourtant cette petit et ce kappa sont attendrissants, mérite-t-elle tous ces soucis (incluant une visite en enfer tout de même) ? L'image de couverture est faussement enfantin, on pénètre dans le fantastique pur: par exemple les démons sont des êtres à part entière, ont leur petite vie et ils tuent car c'est comme ça. Le ying et le yang cohabitent irrémédiablement, voilà le leitmotiv de ce dessinateur bien versé dans le bouddhisme qui nous avait déjà intrigué avec Dans la prison.

17/02/2009 (MAJ le 17/02/2009) (modifier)
Par cac
Note: 2/5

Tensui, l'eau céleste, se base sur l'histoire d'une jeune fille qui vit des aventures extraordinaires avec un kappa, une sorte de grenouille avec un trou sur le sommet du crâne qui contient de l'eau. Pour faire vider l'eau de sa tête et vaincre cette bestiole, il faut l'amener à s'excuser pour qu'il penche la tête en avant et perde son eau :). Je n'ai que modérément aimé cet ensemble d'histoires courtes. De même que j'aime très moyennement ce dessin, la tête de la gamine m'insupporte autant que ses expressions faciales. La série est néanmoins intéressante pour qui est attaché ou veut découvrir un peu mieux le folklore japonais avec tous ces êtres imaginaires comme les kappas, tengus et leurs copains. Ils sont souvent vus comme nuisibles pour les hommes, représentant les sentiments humains les plus vils. A lire à l'occasion, dispensable.

14/07/2008 (modifier)

Ecrit avant l'incarcération de l'auteur (laquelle donna naissance à Dans la prison, sa première oeuvre à être traduite en français), L'eau céleste surprend. Ces courtes histoires (entre 10 et 20 pages) racontent l'amitié et surtout les mésaventures d'une petite fille appelée Natsumé et de "son" lutin à tête d'amphibien, créature merveilleuse dotée de grands pouvoirs, et heureusement amicale, dont la tête trouée en son sommet renferme l'eau céleste. Au fil des histoires ils vont rencontrer tout le bestiaire démoniaque, toutes les créatures du folklore japonais. Inamicaux ou bienveillants, la plupart cherchent à atteindre un but qui leur est propre... bien souvent au détriment des humains... Totalement indépendantes pour la plupart, certaines histoires s'enchaînent néanmoins, comme lorsque Natsumé retrouve sa mère. Intéressant pour son dessin très personnel, pour l'impressionnant bestiaire qu'il fait découvrir et pour son aspect fantastique/merveilleux très prononcé, il faut tout de même avouer que cette lecture est aussi spéciale qu'inhabituelle. Pas de véritable récit, pas de but apparent pour l'instant (tout juste une progression, et encore !), personnages modérément attachants, chutes des histoires parfois brutales, récits parfois un peu simplets, voilà de quoi rendre difficile l'appréciation de cette lecture... d'autant plus que ce tome fait 300 pages et qu'il y en a un autre à venir. O_o Bref, bien que très atypique, j'ai plutôt aimé cette lecture, même si elle manque nettement de liant à mon goût.

28/03/2005 (modifier)