Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Elixirs

Note: 2.53/5
(2.53/5 pour 15 avis)

Le monde d'Amphel, au centre duquel flotte sur son île la cité libre d'Amporche, est un univers instable. La réalité y a tendance à se déliter.


Christophe Arleston Lanfeust Mag

Le monde d'Amphel, au centre duquel flotte sur son île la cité libre d'Amporche, est un univers instable. La réalité y a tendance à se déliter. Pour le fixer, des mages utilisent les Elixirs, qui doivent être pulvérisés pour que le monde retrouve sa substance. Et lorsqu'un dieu malintentionné décide d'effacer définitivement le monde, il trouve en face de lui un cancre de l'université de magie, une princesse capricieuse, et un étrange petit animal. Texte : Soleil

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2005
Statut histoire Série abandonnée 3 tomes parus
Couverture de la série Elixirs
Les notes (15)
Cliquez pour lire les avis

27/03/2005 | ArzaK
Modifier


L'avatar du posteur Guillaume.M

Voilà une série symptomatique des années 2000 chez Soleil, avec aux manettes leur plus grand champion, Christophe Arleston, pour le meilleur mais aussi pour le pire. Cette fois-ci, nous sommes invités à découvrir le monde d’Amphel, la cité d’Amproche et la magie des élixirs. Le récit est relativement divertissant, mais ultra classique, n’apportant strictement rien de neuf au genre. Pire, les fameux élixirs introduits et prometteurs dans le premier album ne sont pas suffisamment exploités et même relégués au second plan dès les tomes suivants. Quant aux personnages, ils sont caricaturaux dans les meilleurs des cas, carrément inutiles dans les pires. Que dire de Tolriq, notre « héros », dragueur à la lourdeur agaçante ? Comment supporter la petite peste superficielle de princesse Murmillia ? Seule lumière dans la nuit, Faude, garde du corps charismatique de la peste susnommée. Le dessin est inégal et change énormément d’une planche à l’autre. Les personnages semblent parfois bâclés. Et que dire des tenues et proportions irréalistes des protagonistes féminines ? Ajoutons à cela que la série a été abandonnée après trois albums, sans que l’histoire n’ait vraiment avancé… l’élixir est à l'évidence un peu amer. Vous l’aurez compris, cette série est largement dispensable. Que ce soit chez Soleil ou pas, avec Arleston ou pas, la fantasy a bien d’autres bijoux qui méritent davantage votre attention.

10/04/2007 (MAJ le 29/02/2020) (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Encore une histoire de fantasy pas sérieuse, où Arleston se répète un peu en repiquant ça et là des éléments vus dans d'autres séries de lui. Mais le côté pas sérieux n'est nullement péjoratif, c'est ce qui différencie ce genre de fantasy de la vraie fantasy "sword and sorcery" genre Conan, ou dark fantasy genre Arawn. C'est donc de la fantasy joyeuse, typée jeu de rôle, très colorée, dans le style de Lanfeust, et où s'installent l'humour et la légèreté. C'est en même temps très plaisant à lire ; certes, Arleston n'a pas peur de verser dans les clichés les plus rebattus de ce genre d'aventure, surtout au niveau des personnages, où l'on trouve le beau gosse charmeur, la guerrière inflexible, la princesse tête à claques, le petit animal rigolo, le vieux sage talentueux, le vieux sorcier roué, les monstres bourrins et affamés... Mais tout ceci n'est pas gênant, on se laisse emporter par le rythme soutenu et cette ambiance finalement bien élaborée, et par cet univers auquel Varanda donne un visuel plutôt imaginatif avec quelques belles images (les vues sur Amporche sont très réussies), même s'il a modifié un peu son style par rapport au tome 1 de La Geste des Chevaliers Dragons. Son trait est ici plus souple et moins réaliste, mais ses silhouettes féminines sont toujours aussi sexy. Au final, je partais avec la moue du lecteur blasé et résigné en attaquant cette série, et en fin de compte, je ne regrette pas ma lecture qui s'est avérée très divertissante.

25/11/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Une série d'Arleston qui donne l'impression de déjà vu : c'est de l'héroic-fantasy avec de l'humour et cela ne se prend pas au sérieux, le personnage principal est coureur de jupons, les filles sont sexy avec de la poitrine, il y a une créature fantastique qui sert de copain au héros....Bref, Arleston ne se renouvelle pas trop. Pourtant, j'ai lu ces deux albums avec un certain plaisir. Dans le genre divertissant grand public, je trouve qu'Arleston est parmi les meilleurs et il le prouve encore une fois ici. Même si je trouvais le tout horriblement cliché, je n'ai eu aucun problème à lire ses deux albums et j'ai même souri à quelques reprises. Le seul problème c'est que la suite se fait attendre et j'ai un peu l'impression que le troisième tome ne verra jamais le jour.

03/02/2013 (modifier)
Par Kikid
Note: 3/5

Les précédents avis ayant été postés avant la parution du tome 2, je comprends que la note moyenne soit aussi basse. J’avais moi aussi attendu avec impatience la sortie du tome 1 de cette série d’Heroic-Fantasy qui s’annonçait prometteuse en raison des noms de ses auteurs: Arleston et Varanda. Le tome 1 a été une grosse déception. Comme d’autres l’ont dit plus bas, Arleston y fait du pur Arleston, sans grande originalité. L’histoire se lit cependant sans problème. Mais la grosse déception venait surtout des dessins de Varanda. J’avais énormément apprécié son trait dans les premiers tomes de « Paradis Perdu » et de « La Geste des Chevaliers Dragons ». Ici, il change radicalement de style, ce qui n’est pas un mal en soi. Le problème est que j’ai ressenti un certain manque d’application de sa part. Les personnages en particulier sont quelque fois indignes d’un tel dessinateur. J’ai malgré tout acheté la suite, et bien m’en a pris ! Pour le tome 2, on sent que les auteurs ont pris compte de la critique afin d’améliorer leur série. Le dessin de Varanda en particulier est bien plus beau. Certaines planches sont superbes et remplies de détails. L’auteur avait peut-être besoin d’un petit temps d’adaptation pour s’habituer à ce nouvel univers ? Quoi qu’il en soit on retrouve ici un graphisme digne de Varanda. L’histoire d’Arleston n’est toujours pas révolutionnaire, le schéma narratif est assez similaire à ce qu’il fait d’habitude, mais tout ça se suit avec plaisir, malgré quelques passages assez lourds. Bref, je ne regrette pas d’avoir continué cette série, qui reprend du poil de la bête avec le tome 2. La suite nous réserve peut-être de belles surprises, c’est tout ce que j’espère. En tout cas, je serai au rendez-vous. 3/5 en attendant.

28/02/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai passé un agréable moment de lecture même si ceci n'est pas un chef d'oeuvre de la littérature et de la culture en général. C'est du pur "Arleston" dans toute sa tradition. Un monde enchanté (ah encore de la magie) et des personnages principaux attachants (même si stéréotypés). Les dessins plutôt réussis sont dans la lignée de ceux de Tarquin. Un premier tome assez convenable même s'il ne va pas jusqu'au bout des thèmes exploités (la réalité, les mondes parallèles...). Ce qui me dérange, c'est l'impression qu'Arleston ne se renouvelle pas ce qui donne un côté répétitif par rapport à l'ensemble de son catalogue. Cependant, cette histoire est rythmée et l'humour est présent à dose convenable sans être lourdingue. Album pour les fans d'Arleston? C'est à se poser la question. Je pense que cette série n'a pas rencontré son public dans un contexte de profusion de récit de même type proposé par Arleston. Dès lors, on ne pourra pas conseillé l'achat d'autant que la série a rejoint la longue liste des séries abandonnées en cours de route.

18/06/2007 (MAJ le 10/11/2008) (modifier)
Par fonch001
Note: 3/5

Une œuvre particulièrement légère et pas prise de tête. C'est joliment dessiné, très bien mis en page et les couleurs chatoyantes sont plaisantes. En revanche le scénario est maigre, aussi léger que notre héros à la libido débordante. On retrouve pas mal de poncifs du genre qui font que, si l'on lit agréablement cette BD, on en a rapidement oublié la substantifique moelle dès la dernière page tournée. Une œuvre légère, sympathique et bien réalisée, mais sans prétention et qui ne révolutionnera pas le genre.

12/09/2007 (MAJ le 19/10/2008) (modifier)
Par pewi
Note: 2/5

Les couleurs sont sans surprises, sympathiques, un peu pastelles. Au niveau du dessin je trouve les hominidés vraiment bien fait en général par contre je trouve que les "monstres" sont mal traités, sans inventivité, sans esthétisme. Je n'est pas accroché à l'histoire à cause des thématiques abordées (les risques du métier de Don Juan, le rôle de la segmentation sociale et raciale pour le coup...), du ton potache du héros, du scénario dans l'ensemble sans inventivité. J'ai bien aimé le traitement de la petite fille gâtée, j'espère que Arleston va faire un effort pour l'évolution de ce personnage (pas le traitement convenu de la métamorphose au contact du héros, je lui en supplie). La dernière planche est très bien faite, c'est la seule page qui ma donné envie de lire la suite : quels bon commerciaux chez soleil !

24/05/2008 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Encore une série signée Arleston, avec un scénario Arleston, et un dessin comme dans toutes les BD Arleston..... Autant dire tout simplement du déjà vu !!! Personnellement je me suis lassé de ses productions. Il faudrait penser à se renouveler. Maintenant, il a des fans qui en redemandent, tant mieux, pour les autres il y a ce qu'il faut sur le marché.

11/10/2007 (modifier)
Par Don Lope
Note: 2/5

Je ne saurais mieux exprimer mon avis qu'Hespéride. J'ai été carrément déçu par "Elixirs", j'attendais beaucoup mieux de Varanda au dessin, c'est clair. Niveau scénar, il y a un je ne sais quoi qui manque par rapport aux Naufragés d'Ythaq ou au Conquérants de Troy: ça ne m'a pas du tout intéressé alors que je suis très client d'Arleston en général. Ici, je n'ai retrouvé que le clacissisme des scénars d'HF d'Arleston sans le brin de fantaisie (appelez ça comme vous voulez) qui me plait dans d'autres séries du bonhomme. C'est pas totalement soporifique mais ça fait pour le coup vraiment "déjà vu" (enfin encore plus que d'habitude quoi).

29/08/2005 (modifier)
Par Perle
Note: 2/5

Après la bonne surprise de Les Naufragés d'Ythaq, j'avais décidé de me pencher un peu sur les dernières parutions Arlestoniennes... J'aurais du rester sur une bonne impression. Elixirs, c'est une série de ficelles plus grosses les unes que les autres, des péripéties dignes des premiers blockbusters en technicolor genre le Capitan, Cadet Roussel ou Surcouf le tigre des 7 mers... Avec le second degré en moins. Les personnages sont ô combien originaux : la princesse enfant gâtée, le jeune séducteur benet, la guerrière au sale caractère, le tout traité avec une lourdeur démesurée. Les influences sont une nouvelle fois très marquée... C'est moi ou la grosse bestiole de la fin est une copie conforme (en moins fin) du Néant, de l'Histoire sans fin ? Je peux me tromper mais Arleston nous a tellement habitués à ces petits pompages pas toujours très assumés que j'en deviens un peu parano... Je comptais sur les dessins de Varanda pour relever le niveau mais non, franchement, il ne s'est quand même pas diablement foulé sur ce coup. Bon ça reste sympa hein, c'est Varanda... Mais quand on voit de quoi il est capable quand il se remue un peu plus... Après, effectivement, cette série n'a rien de catastrophique... Ca se lit sans trop d'ennui quand on n'a rien d'autre à faire... Mais personnellemnt, j'ai justement autre chose à faire.

29/08/2005 (modifier)