Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Chansons pour les yeux (Jean-Jacques Goldman)

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Des chansons de Jean-Jacques Goldman adaptées en bd. Avec la participation de Zep, Ted Benoit, Cosey, Dethan, Gotting, Jouvray, Manu Larcenet, Léturgie, Lisa Mandel, Mazan, Fred Simon, Vatine, Yoann, Buche et François Avril.


Auteurs suisses Chansons en BD Collectif Cosey École européenne supérieure de l'image Hommages collectifs La BD au féminin Larcenet Musique


Mais qui est véritablement Jean-Jacques Goldman ?, par Zep La vie par procuration, par Mazan Je commence demain, par Jérôme, Anne-Claire et Olivier Jouvray Tu manques, par Cosey Filles faciles, par Manu Larcenet The Quo’s in town tonite, par Olivier Vatine Rouge, par Ted Benoît C’est ta chance, par Fred Simon Tourne les violons, par Yoann Sache que je, par Jean-Claude Götting Là-bas, par Simon Léturgie Elle attend, par Lisa Mandel Tout était dit, par Isabelle Dethan Bio-graphique : La vie en Gold par Buche Cahier de chansons : texte intégral illustré par François Avril

Scénaristes
Auteur oeuvre originale
Dessinateurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2004
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Chansons pour les yeux (Jean-Jacques Goldman)

24/10/2004 | ThePatrick
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Je ne suis pas fan de ces bandes dessinées qui illustrent les paroles de chansons. J’estime, en effet, que la structure littéraire d’une chanson (ou d’un poème, le problème est identique) n’a rien avoir avec celle de la bande dessinée. De plus, rares sont les chansons (ou les poèmes) qui racontent réellement une histoire, la plupart se contentant de véhiculer des idées souvent très narcissiques. Par conséquent, ce genre de texte ne convient pas pour une retranscription mot à mot au sein d’une bande dessinée. Je pensais donc retrouver ce même problème au sein de cet album, jusqu’à ce que je l’ouvre et découvre l’introduction de Zep. Celui-ci, grand amateur de musique (il suffit de lire « L'enfer des concerts » pour s’en convaincre) profite de son espace pour non pas illustrer une chanson mais bien raconter sa rencontre à J.-J. Goldman. Ces quelques planches dégoulinent d’humour et m’ont donné l’envie d’aller voir plus loin. Et je l’en remercie, car si certains auteurs tombent dans le travers évoqué ci-dessus, la plupart d’entre eux évitent le piège en illustrant l’idée plutôt que le texte. Mazan va même plus loin, en nous proposant une histoire sans paroles. C’est le contre-pied parfait à la chanson, par essence paroles sans images ! Et c’est incroyablement bien réussi, à un tel point que beaucoup de lecteurs connaissant un minimum de l’œuvre de Goldman reconnaitront la chanson. L’histoire de Ted Benoit m’a également bien plu, l’artiste se nourrit du texte, s’en inspire pour nous le rendre une version illustrée très fidèle à l’esprit et moins au texte. La qualité moyenne, grâce notamment aux trois artistes susmentionnés, est donc d’un niveau agréablement surprenant (pour moi). La vision de Mazan m’a même tellement plu que je serais curieux de voir un album consacré à des textes de chansons entièrement illustré dans ce style sans paroles. Une bonne surprise dans un concept auquel je n’adhère pas vraiment. Mais, sous cette version, je la trouve bien plus acceptable.

03/03/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Jean-Jacques Goldman fait partie de mes chanteurs préférés. C'était la grande star des années 80. Il a lancé sur nos ondes une grande chanteuse québécoise dans les années 90 qui est devenu depuis une véritable star planétaire. Lui a toujours voulu rester un peu dans l'ombre. J'aime beaucoup ce côté humble du personnage. Depuis, il ne fait plus trop parler de lui. Sa musique est marquée par les sonorités des fameuses années 80. Ce sont des chansons qu'on ne peut oublier : ''Là-bas'' ou encore "La vie par procuration" ... Comme il l'indique dans la préface, son rapport avec la bande dessinée était inexistant. Après avoir composé des chansons pour nos pieds, il intitule l'album chanson pour nos yeux en guise de clins d'oeil. La plupart de ses grands standards sont repris par des artistes de renom : Zep, Cosey, Larcenet, Vatine, Dethan... Les Editions petit avait fait de ce marché une espèce de monopole. Delcourt voit les choses plus grand. Le format est beaucoup plus classe et met véritablement les dessins en valeur. Comme dans tout collectif, il y a du bon et du mauvais. L'ensemble reste assez satisfaisant. J'ai été pour une fois un peu déçu par la prestation de Larcenet qui nous avait habitués à plus d'inventivité. Je trouve que c'est un bel hommage qui est rendu à ce chanteur hors du commun.

01/01/2010 (modifier)
L'avatar du posteur ThePatrick

Sceptique au départ, la lecture de cet album m'a vite convaincu. L'intro par Zep qui raconte le quotidien de Goldman de façon peut-être pas super originale mais joliment décalée et franchement marrante donne déjà un bon a priori. Viennent ensuite les "adaptations", ou "transpositions" ou "histoires inspirées" des chansons de Goldman. Et là il y a plusieurs cas de figure : depuis celles qui reprennent très exactement le texte, en l'illustrant de façon proche de l'esprit d'origine, celles qui reprennent le texte en proposant une illustration plus décalée, celles qui s'inspirent du texte pour proposer une histoire gardant le même esprit, jusqu'à une quasi parodie... Les graphismes varient forcément beaucoup, mais on ne peut qu'apprécier la qualité de l'ensemble. D'autant plus que tous conservent et/ou parviennent à faire ressortir le concentré de poésie propre à Goldman (c'est très subjectif, évidemment, si vous n'aimez pas les chansons de Goldman, vous n'aimerez pas cet album...). Mention particulière pour Larcenet qui avec une extrême sobriété donne une grande force à Filles faciles. Bref, un très joli album pour qui apprécie Goldman.

24/10/2004 (modifier)