Assassine

Note: 2.4/5
(2.4/5 pour 5 avis)

Les tourments d'un homme confronté à d'étranges phénomènes ...


Maudite statuette !

Simon Davenport rentre chez lui après une semaine d’absence. À la une du quotidien régional, il découvre une photo où l’on aperçoit sa maison. À la fenêtre du premier étage, il distingue une silhouette qui ressemble à son épouse Sylvia... morte depuis deux mois ! Bien vite, d’autres signes troublants apparaissent. Des inscriptions étranges sur les murs de la cave. Des objets brisés. L’atmosphère s’alourdit de menaces autour de Simon. Le vieux Casper, patron de l’hôtel local, prétend avoir entretenu une relation secrète avec Sylvia. Il est persuadé que la jeune morte cherche à transmettre un message à son mari ... Texte : Casterman

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2004
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Assassine
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

03/09/2004 | Pierig
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Très sensible au trait d’André Taymans, je me suis laissé tenter par cette prometteuse « Assassine ». En effet, aux dires de la présentation de cet album, l’artiste s’essayait dans un genre plus sombre, plus adulte, bien aidé par un scénariste maitrisant le polar noir. Le moins que je puisse écrire est que j’en ressors déçu. Pourtant André Taymans est toujours aussi talentueux. Son style de ligne claire résolument moderne, incroyablement lisible (Caroline Baldwin, Les Filles d'Aphrodite) est, une fois de plus impeccable et d'une efficacité redoutable. De plus, le noir et blanc lui sied ici à merveille, et les ambiances sont bien rendues. Par conséquent, ma déception ne peut venir que du scénario. En effet, celui-ci multiplie les maladresses du genre. Les fausses pistes sont trop évidentes pour qu’on les suive, certains passages qui se veulent angoissant frisent le ridicule (les explications philosophiques d’un des principaux suspects, par exemple (ainsi parlait Zaratoustra …)), et la fin était visible dès le premier tiers du récit. Dommage … Un échec d’autant plus regrettable qu’André Taymans, lui, s’était montré convaincant dans ce genre pourtant éloigné de ses sentiers habituels (par moment, il me fait même penser à Chabouté, c’est pour dire !). 4/5 pour le dessin, mais un petit 2/5 sur le scénario. Et comme, à mes yeux, le scénario est prédominant dans ce genre littéraire …

13/07/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Ce polar dispose d’un dessin en noir et blanc tout à fait sympathique. C’est donc avec un bon à-priori que je l’ai entamée. Cependant, très vite, la narration confuse m’a un peu refroidi. Les auteurs jouent sciemment là-dessus je suppose pour accentuer l’effet de trouble que ressent le personnage principal qui est un peu perdu et ne sait plus ce qui est vrai ou non. Mais quoiqu’il en soit, certains passages particulièrement flous ne sont tout simplement pas agréables à lire. Et dans la même veine de la confusion, je n’aime pas les polars qui jouent cette carte comme facilité scénaristique : le personnage qui perd pied et les gens qui ont tous des comportements bizarres autour de lui, le rendant d’autant plus paranoïaque, ça m’a toujours énervé comme trame scénaristique. Et puis ensuite, l’intrigue prend véritablement forme et je n’accroche toujours pas. Les discours misogynes et rétrogrades qui le parsèment m’ont notamment bien agacé même si c’est sensé faire partie de la clé du récit. Jusqu’à la conclusion qui m’a tout simplement agacé par son aspect convenu et facile. Vraiment pas le genre de polar qui me plait tant au niveau de la narration que du contenu et du dénouement. Dommage car le dessin était sympathique.

12/07/2007 (modifier)

C'est une curiosité cette BD. Surtout par le déroulement du scénario. Cette façon de raconter des scènes en flash-back et de les intégrer au présent. J'ai trouvé ça assez réussi. Sinon l'histoire est, au final, relativement classique dans le genre thriller même si j'admets avoir été pris par l'intrigue. Côté dessin en N&B, malgré sa sobriété, il n'est pas désagréable et se laisse voir. Donc à lire.

29/05/2006 (modifier)
Par elveen
Note: 3/5

J’ai trouvé cet album intéressant, mais il souffre de graves défauts. Les dessins sont trop figés à mon goût. C’est fort statique. De plus, le personnage de la femme ressemble énormément à Caroline Baldwin, héroïne bien connue du dessinateur. L’histoire est quant à elle trop décousue. On passe sans transition d’un endroit à un autre, de personnages à d’autres, et même de moments à d’autres (le récit est constitué par de nombreux flash-back), sans bien savoir quoi. Bien souvent, on ne sait pas où ni quand on est. Ca contribue au mystère, me direz-vous. Oui. Mais c’est embêtant quand même. J’ajouterai que c’est un peu farfelu, avec une histoire d’esprits, des personnages un peu dérangés... Ca manque peut-être un peu de crédibilité. Une lecture pas désagréable, mais pas inoubliable.

12/10/2004 (modifier)
Par Pierig
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pierig

Pour tout dire, j’en attendais plus de cette bd. Pourtant l’idée de départ est intéressante, voir même plutôt alléchante : un homme se retrouve confronté à la vision de sa femme pourtant décédée dans d’étranges circonstances. Mais l’originalité du récit est exploitée maladroitement. Un découpage plus adéquat aurait en effet été préférable car la transition entre les séquences manque de clarté. En fin de compte, les pistes proposées par le scénariste pour entretenir l’intrigue se montrent bien vite peu crédibles. La fin est aussi inattendue qu’incompréhensible. Quant au dessin proposé, il convient bien au noir et blanc mais reste toutefois bien insipide face à un Chabouté ... Un album lu sans réel plaisir et dont la fin, bien que décevante, indiffère.

03/09/2004 (modifier)