La Secrétaire

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 6 avis)

Du cul.


Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre

Après son poste dans l'album "Le Directeur", Karine trouve un nouveau poste de secrétaire. Mais dès le premier jour d'embauche, deux employées qui briguaient sa place la mettent au pas. Elles lui administrent une fessée cuisante et l'obligent à les lècher. Au terme de ce bizutage, son supérieur la surprend affalée sur un bureau, avec un vibro dans le derrière, et dès lors son sort est scellé: elle servira avec plaisir de défouloir sexuel à toute l'entreprise.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2004
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Secrétaire
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

30/08/2004 | Don Lope
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Bof donc, pour cet album pas franchement original. Côté scénario (encore que là, j'emploie sans doute un gros mot et suis à côté de la plaque ?), ça doit tenir sur le fil d'un string ! Une secrétaire visite ses nouveaux bureaux (ou plutôt est visitée par ses collègues et supérieurs de bureau), dans une vision exacerbée de la promotion canapé. Encore que là, fantasmes obligent, c'est plutôt sur le bureau, la machine à écrire... Pas de vrai scénario donc, et une succession ininterrompue de scènes de sexe, tendance fétichiste. Cela remplit peut-être le cahier des charges et satisfait sans doute certains lecteurs (ou plutôt voyeur, étant donné la pauvreté du texte). Il faut dire que le dessin n'est pas mauvais (disons qu'il est honnête), et nous donne à voir de jolies pépés très délurées. C'est un album qui ne se place pas parmi les plus intéressants du genre. Première expérience peu concluante avec Bruno Coq.

26/01/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

J'ai découvert Coq dans les pages de Bédé X vers 1997, époque où il dessine les sexploits de Karine, la secrétaire très spéciale d'un dirlo peu commun. C'est ce qui est proposé dans cet album dont j'avais complètement oublié l'existence. A cette époque, Coq donnait dans le trip bureautique, et adorait attacher des filles à lunettes au milieu des machines à écrire ou autre fax (ce genre d'objets n'existent plus maintenant). Cet album qui est publié après Le Directeur, se veut un peu plus réussi au niveau cul , mais totalement dénué d'originalité en matière de scénario, c'est de l'ultra basique, prétexte à des exercices copulatoires souvent très excitants. Il n'y a donc aucune tromperie sur la marchandise, c'est du cul en veux-tu en voila, avec des scènes très explicites et très hard. De ce côté-là au moins, la Bd remplit parfaitement son rôle, et l'on peut louer le talent graphique de Coq qui s'inspire d'un combiné de différents styles hésitant entre Jacobsen, Paula Meadows et Arcor.

10/09/2014 (modifier)
Par cac
Note: 2/5

Question scénario : une nouvelle embauchée passe une drôle de première journée allant de bureau en bureau pour assouvir les délires sexuels de ses collègues et supérieurs hiérarchiques. Bref c'est très léger. Il s'ensuit une série de fantasmes variés, illustrés par Coq. J'avoue que j'ai trouvé le dessin assez moche au départ, pas très soigné, visages anguleux et proportions anatomiques laissant à désirer. Puis au final les scènes de cul s'enchaînant on finit par ne plus y faire attention et les 46 planches de l'album sont écoulées sans qu'on s'en rende compte. Pas très imaginatif sur le scénario, c'est service minimum, et un dessin moyen m'invite à conclure que ce n'est pas le meilleur du genre mais il remplit néanmoins son but.

28/05/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Comme je m'en doutais le scénario est inexistant, je me contenterai de juger le dessin. Il est globalement très bon sauf bizarrement dans certaines cases où les proportions sont plus qu'approximatives. Le noir et blanc permet de faire un peu moins boucherie... Je me demandais ce que pouvait apporter une BD dans ce genre. Pas grand chose, si ce n'est la très grande liberté pour que l'auteur exprime ses fantasmes, il lui suffit de savoir dessiner. Pour le reste, c'est d'une tristesse absolue mais j'imagine que cette BD a des atouts pour une clientèle adaptée. L'expérience est faite, heureusement qu'il y a beaucoup d'autres genres dans la BD :)

15/03/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cette BD ne se pose pas de question : c'est du porno, c'est du porno, point. Ca commence direct dès la première page, sans ressentir aucun besoin de présenter plus les personnages ou la situation. Ce n'est pas original mais ça passe quand même. Le dessin est plutôt bon, notamment sur les aspects spécifiquement pornos justement. Et les scènes, ultra-classiques pour une histoire de porno que ce soit en film ou en BD, sont bien construites et bien émoustillantes pour un lectorat mâle même si on se lasse assez vite de ces rapports de domination-soumission à répétition, et même si la tenue sexy du patron texan en chapeau de cow-boy est plus que ridicule. Bref, c'est une BD qui atteint son but avoué et ne va pas chercher plus loin que ça.

16/05/2006 (modifier)
Par Don Lope
Note: 3/5

Pas beaucoup plus original que Le Directeur, "La secrétaire" montre une femme finalement prête à tout pour prendre un peu de galon, surtout quand elle peut joindre l'utile à l'agréable. L'idéologie (arf, j'utilise de ces mots dans mes critiques de cul) est plutôt douteuse mais c'est finalement assez peu important dans des BD à ce point stéréotypées. Le dessin est toujours aussi réussi et les différentes scènes plutôt chaudes : reste une séquence finale complètement ratée où deux Texans font du "rodéo" avec l'héroïne : si c'était de l'humour, ça m'a un peu échappé, j'ai trouvé ça ridicule.

30/08/2004 (modifier)