Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Muchacho

Note: 3.74/5
(3.74/5 pour 31 avis)

1976. Nicaragua. Pays d'Amérique Centrale sous le joug de la dictature. Gabriel, jeune séminariste et peintre doué, découvre tout à la fois la répression militaire et l'emprise écrasante de sa sensualité.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Amérique centrale Dictatures et répression Gays et lesbiennes Les Meilleurs Diptyques Peinture et tableaux en bande dessinée

Nicaragua, 1976. Secondé par la sinistre Guardia, "Tachito" Somoza règne en maître sur ce petit pays d'Amérique centrale. Jeune séminariste, fils d'une grande famille de Managua, la capitale, Gabriel peint. Le Christ, la Passion, les saints. Il est doué pour ça. C'est la raison pour laquelle on l'envoie exercer son art auprès de Ruben, le prêtre de San Juan, un petit village niché dans la montagne. Peu apprécié des villageois, parce qu'il est le fils de son père, Gabriel devra apprendre à les connaître et à les aimer, encouragé par un Ruben l'exhortant à les peindre tels qu'ils sont, hommes et femmes de chair et de sang. Ainsi, en "soulevant la peau des choses", Gabriel découvrira la répression militaire contre les paysans, et contre lui-même le joug écrasant de sa sensualité. Pour lui comme pour les villageois, les temps sont à la révolte qui gronde et à la révolution qui couve...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2004
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Muchacho

06/05/2004 | Kael
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

"Pas mal" mais surtout en raison du dessin d'E. Lepage, toujours aussi bon que ce soit dans les paysages polaires ou ici dans les jungles sud-américaines. De ce côté, il n'y a rien à dire. Mais encore une fois, un excellent dessinateur n'est pas forcément un bon scénariste. Non pas que l'on s'ennuie à la lecture de ce diptyque, mais le tome 1 se traîne un peu, défaut qui s'accentue au tome suivant qui oscille entre courses-poursuites dans la jungle et les premières prémices de la découverte de son homosexualité par le jeune héros. Non pas que ce dernier point me gêne, mais à trop vouloir aborder des thèmes aussi différents E. Lepage finit malheureusement par trop brouiller les pistes et perdre son lecteur. Personnellement je n'ai que bien peu vibré face aux affres et tourments de Gabriel. J'aurais préféré un recentrage sur l'un ou l'autre sujet, finalement cette guérilla aurait mérité un traitement plus approfondi, E. Lepage en est capable après ce qu'il nous a montré sur les terres australes. Comme le note Noir Désir dans son avis le thème de l’homosexualité dans ces conditions de guerre est plutôt curieux. Les deux tomes se laissent lire, mais rien d'impérissable.

10/12/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Avant de réaliser les superbes albums documentaires de ces dernières années, à Tchernobyl ou dans les milieux polaires, Lepage avait beaucoup utilisé comme décor la jungle latino-américaine (je l’avais découvert je crois avec La Terre sans mal). Le talent de dessinateur est déjà bien présent, c’est clair. Celui de scénariste est un peu moindre, même si ce diptyque n’est pas sans intérêt. Ces albums mêlent plusieurs thèmes. La guérilla sandiniste contre le pouvoir de Somoza, et les dissensions au sein même de l’Eglise, à propos de l’engagement auprès des péons indiens, contre la dictature proche des grands propriétaires et des Etats-Unis d’une partie du clergé, alors que l’élite ecclésiastique condamnait cette accointance avec les « rouges ». Au milieu de ce bourbier, un jeune séminariste, peintre au demeurant et fils d’un puissant, qui se retrouve dans un village au cœur des oppositions évoquées plus haut. La partie aventure – sans être trop originale, est plutôt bien rendue, avec une traversée de la forêt éprouvante pour les guérilleros ! La sensualité qui domine rapidement autour de Gabriel, le personnage principal, est assez surprenante dans le contexte, comme l’est l’aventure homosexuelle. Improbable, mais pourquoi pas ? Deux albums qui se laissent lire…

04/01/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Malgré le dessin somptueux de Lepage, avec notamment des images de jungle superbes, je ne me suis pas intéressé à ce récit, le contexte ne m'attirait pas au départ, mais je voulais voir le développement car une amie m'avait vanté ce diptyque. Je suis donc resté hermétique à cette histoire à tel point que la lecture du tome 1 m'a amplement suffi, je n'ai lu le tome 2 que de façon partielle, en survolant des passages ; ce tome 2 ressemble d'ailleurs à une sorte de survival dans la jungle du Nicaragua pas très passionnant. Le rythme est lent, le récit traine un peu en longueur, il n'y a que quelques fulgurances avec les soldats de la junte militaire lorsqu'ils malmènent des villageois, c'est bien peu... Bref, en dehors du dessin, l'éveil à la sensualité de ce jeune séminariste m'a laissé indifférent ; le coup du jeune curé tenu par ses voeux encore pas prononcés et soumis au pêché avec la découverte de son homosexualité, j'ai l'impression d'avoir déjà vu ce genre de situation dans plusieurs films, ça n'a donc rien d'original et rien d'émotionnel pour m'intéresser.

23/09/2016 (modifier)
Par Thobias
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Une histoire simple pour ne pas dire banale magnifiée par un dessin qui est d'une perfection rarement atteinte en bande dessinée. Sur le papier ça n'a pas l'air bien folichon et original : un gosse de riche qui prend parti pour les démunis et rejoint la révolution. Et pourtant ça prend, on est réellement ému par le destin de ce séminariste et on suit avec beaucoup d'intérêt son évolution idéologique, artistique et sexuelle. Les discussions sur l'art sont passionnantes. Les dessins de la jungle dans le tome 2 sont absolument époustouflants. Je crois que c'est la bd la plus belle que j'ai jamais lue.

22/05/2014 (modifier)
Par fab11
Note: 4/5

Je viens enfin de lire ce diptyque qui en règle générale a obtenu de bonnes notes sur le site, d'ailleurs je vais rester dans la moyenne car cette série m'a beaucoup plu. J'ai autant apprécié le dessin que le scénario qui est loin d'être inintéressant, bien au contraire. L'histoire de ce jeune séminariste et peintre de surcroît m'a fait passer un très bon moment. J'ai par contre préféré la partie récit qui se déroule au milieu des rebelles en pleine jungle, j'ai trouvé celle-ci passionnante. L'histoire "d'amour" entre deux rebelles ( notre héros et un beau révolutionnaire ) ne m'a pas dérangé , je l'ai trouvé originale et même plausible. Tous les personnages de ce diptyque me sont apparus réalistes et attachants. Pour en venir au dessin , il est tout simplement superbe, les couleurs sont magnifiques. Les scènes dans la jungle sont d'un réalisme effrayant. Les décors naturels sont tellement bien faits que j'ai passé de nombreuses minutes sur certaines cases pour contempler le travail d'Emmanuel Lepage. D'ailleurs je compte bien me lancer dans ses autres œuvres comme Un printemps à Tchernobyl par exemple. Alors si vous aimez le dépaysement n'hésitez pas à vous plonger dans ce très beau diptyque.

05/01/2014 (modifier)
Par dut
Note: 3/5

Suite à la lecture des 2 tomes (et oui j'ai du retard dans mes lectures...), je mets à jour mon avis et ma note. J'ai longuement hésité entre 3/5 et 4/5... J'ai finalement opté pour le 3/5 car même si j'ai apprécié "Muchacho", il y a un "je ne sais quoi" qui me laisse perplexe. Après la lecture du 1er tome, je n'avais pas été entièrement convaincu, le tome 2 n'a pas fait évoluer mon avis. On sent bien que Lepage a effectué un travail monstre sur ce tome, je ne suis pas spécialiste de l'Amérique du Sud, mais il est facile de voir que Lepage nous sort un scénario cohérent ! Un travail de passionné assurément ! J'ai aimé l'évolution de Gabriel dans ces 2 tomes. On part d'un jeune homme fragile et timide dans le tome 1 et on termine avec un homme fort et affirmé à la fin de l'histoire. Avant de lire le tome 2, j'avais pas trop compris l’intérêt de la couverture représentant à nouveau Gabriel, dans la même posture. Ces 2 couvertures montrent l'évolution du personnage ! J'adore le dessin de Lepage, que ce soit dans Névé ou plus récemment dans Un printemps à Tchernobyl. Les couleurs sont fantastiques, c'est un boulot énorme ! Ça rend carrément bien, ça donne un relief, une profondeur au dessin, c'est vraiment réussi graphiquement ! Assurément, Muchacho est une bonne BD, extrêmement bien réalisée, mais elle ne m'a pas complètement touché...

03/07/2004 (MAJ le 29/05/2013) (modifier)
Par Chéreau
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

J'attendais depuis longtemps de découvrir cette histoire d'un jeune et beau séminariste de bonne famille, surdoué de la peinture, qui se retrouve dans un petit village perdu du Nicaragua, pour réaliser dans l'église paroissiale une fresque de la Passion du Christ. La simple mission artistique va devenir expérience initiatique, sous la houlette d'un prêtre adepte de la théologie de la Libération. Gabriel, qui ne connaissait que les milieux favorisés de Managua, découvre tout à la fois la vraie vie de ses compatriotes, l'engagement politique et l'amour. J'ai dévoré les deux tomes en savourant à la fois la construction parfaite de l'histoire et les dessins magnifiques de Lepage, qui fait de la forêt un personnage à part entière. J'hésite entre 4 et 5. Je n'exclus pas de monter la note au maximum si ce double album continue de me laisser la même impression avec le temps.

06/08/2011 (modifier)
Par pewi
Note: 2/5

Voici une histoire sans originalité autour des aventures picaresques d'un jeune en Amérique du sud sur fond de révolution. C'est du "archi-déjà-vu" avec un final sur le thème de la romance homosexuelle d'une mièvrerie quasi rédhibitoire. Par contre cette bd vaut le détour pour le travail réalisé sur les couleurs absolument magnifique.

11/04/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Bon, ben là, pour le coup, j’ai dû passer à côté. En effet, et malgré sa belle qualité graphique, j’ai trouvé ce diptyque très quelconque. L’émotion ne m’a jamais étreint. L’aspect historique me semble très passe-partout (un pays d’Amérique du Sud ou centrale, un dictateur, de pauvres opprimés et un fils de riche qui vient se mêler aux pauvres en guise de héros. Que du déjà-vu à mes yeux). Le parcours initiatique, tout comme l’histoire d’amour me semblent peu crédibles. La fin est inutilement à rallonge. En fait, seule la partie centrale du récit, et l’aspect artistique du travail du héros m’aura un peu accroché. Reste finalement le dessin, de très bonne facture. Mais lorsque je n’accroche pas du tout à une histoire, le dessin est insuffisant à sauver mon appréciation d’ensemble. Bof, donc…

17/02/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

'Muchacho' est un récit plein d'humanisme qui nous montre très bien la situation du Nicaragua à une certaine époque. J'ai dévoré l'histoire du début à la fin tellement le scénario est captivant. Le dessin de Lepage est lui aussi très bon. Il est tout simplement magnifique et grâce à lui j'ai réussi à 'sentir' se qui se passait. Pour ce qui est du héros, je trouve qu'il manque un peu de personnalité, mais le voir évoluer au fils de ses rencontres est très intéressant. J'aurais bien aimé voir la réaction de la plupart des autres face à son homosexualité. Est-ce qu'ils auraient été méchants avec lui ?

18/03/2009 (modifier)