Dispersion (Kakusan)

Note: 2.83/5
(2.83/5 pour 6 avis)

Katchan n'est pas un petit garçon comme les autres. Il peut se disperser dans l'espace, et devenir invisible comme l'air. Un jour, il disparaît à la suite, d'une de ses expériences... "Reviens, Katchan, reviens, Azami ne peut vivre sans toi" !


Kodansha Manga : 1996/97, l'explosion Sakka, l'autre manga Seinen Super-pouvoirs

La jeune adolescente Azami revient habiter dans la ville qu'elle a quittée avec ses parents cinq ans auparavant. Là, elle retrouve son meilleur ami Katsuhiko qui a beaucoup souffert de leur séparation. Katsuhiko n'est pas un garçon comme les autres. D'abord, il ne va pas à l'école, il souffre d'une longue et étrange maladie. Il passe ses journées au bord de la rivière et possède le pouvoir de se disperser dans la nature et de se transporter à travers l'espace. Son pouvoir est si considérable que, "transporté" au coeur de l'Afrique, les villageois vont le prendre pour un dieu. Une histoire d'amitié, de pureté de sentiments, de contemplation, dans un monde où tout va trop vite.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1996
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Dispersion
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

18/04/2004 | ThePatrick
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Le début de l'histoire est pas mal. Le personnage de Katchan est intéressant car on ne sait pas trop comment il a eu son pouvoir et s'il le maîtrise ou en est victime. Malheureusement, j'ai commencé à trouver le scénario moins passionnant vers le milieu du tome 1. J'ai eu l'impression que l'amie de Katchan ne faisait que répéter les mêmes choses encore et encore et cela m'a vite saoulé. Puis quand arrive le genre de voyage initiatique de Katchan j'ai vite décroché. Le coté spirituel ne m'a pas du tout intéressé et je me suis même emmerdé. J'ai fini par feuilleter le tome 2 après une centaine de pages. Je n'ai donc compris que partiellement la fin, mais je m'en fiche de toute façon. Le dessin n'est pas mauvais, mais je ne le trouve pas très attirant.

12/06/2015 (modifier)
Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette histoire est bien étrange et absolument imprévisible. En fin de compte, il est très difficile de savoir ce qui tient du rêve ou de la réalité, du conscient ou de l'inconscient. Katchan se disperse au sens propre du mot (volontairement ou pas) pour ne pas affronter les difficultés qu'il rencontre, abandonnant sur place des jeunes filles marquées à vie par cette rencontre pour le moins surprenante : tout cela constitue une espère de parcours initiatique au cours duquel différentes rencontres lui apporteront peut-être des éléments pour tenter d'expliquer ce phénomène bizarre, ses origines ou au moins pour tenter de le maîtriser. Le voyage de Katchan aux 4 coins du monde est surprenant. J'ai bien aimé me plonger dans ce récit en territoire complètement inconnu, portée cette insolite imagination asiatique. Le dessin d'Hideji Oda y est aussi pour beaucoup : il est presque parfait, meilleur encore je trouve que dans La Forêt de Miyori ou Le Terrain vague, que ce soit sur le phénomène de dispersion lui-même ou encore pour les regards ou les corps (plus ou moins vêtus, notamment dans le tome 2) dont j'ai trouvé le dessin très sensuel tout en restant simple et pas du tout racoleur. Les quelques planches en couleurs du T2 sont très réussies également. Pourquoi seulement 3/5 alors ? La fin du deuxième tome avec ses phénomènes hallucinatoires bizarres et inexpliqués et sa chute en queue de poisson m'ont laissée un peu sur ma faim, j'ai vogué pendant 1 tome ¾ au gré d'une imagination insolite et j'aurais aimé finir sur quelque chose de plus solide pour m'y raccrocher. De plus, mais je ne sais pas si c'est dû à la traduction, il y a beaucoup de phrases qui ne se terminent pas vraiment, ce qui nuit à la fluidité de la lecture par moments. Certains changements restent inexpliqués comme les yeux de Katchan qui étaient sombres et deviennent clairs en cette fin de T2, mais peut-être était-ce sans raison. A lire pour qui aime le dépaysement et l'insolite, mais ne vous attendez pas à trouver une explication digne de ce nom à la fin ! (Ou alors c'était trop subtil pour moi…). Un peu frustrant mais très plaisant tout de même.

21/12/2009 (modifier)
Par cac
Note: 4/5

Dispersion est un manga de premier abord bien étrange. On fait la connaissance d'un jeune homme nommé Katsuhiko. Il se comporte de manière spéciale, il paraît un peu autiste, il est rêveur et comme dans un monde à part. N'ayant pas trop de contacts humains, il est même plutôt rejeté par les autres de son âge sauf la jeune Azami. Celle-ci semble amoureuse de lui mais leur relation repose sur peu de mots, beaucoup de compréhension implicite et par le regard. Ils se promettent de grandir ensemble. Celui qu'elle surnomme affectueusement Katchan avoue qu'il se disperse, étant à la fois ici en toute chose et nulle part. Est-ce une maladie ? Pourquoi cela lui arrive ? Est-ce un alien, un mutant ? En tout cas il n'a pas l'air de savoir contrôler cette propriété physique de son corps et se retrouve "en dispersion" laissant Azami derrière lui à son grand désespoir. J'ai eu un peu de mal à rentrer dans le premier tome, l'ambiance est vraiment particulière et on dispose de peu de réponses. Le personnage de Katchan n'est pas spécialement empathique et sa "maladie" n'a pas vraiment d'explication. On ne comprend pas vraiment non plus les sentiments d'Azami à son égard. Mon intérêt est bien remonté dans le deuxième tome. Katchan se disperse et "atterrit" en Afrique où la population locale l'assimile à une divinité. Il grandit et évolue alors dans des paysages de savane magnifiques vivant au contact d'un village et d'une jeune fille qui l'aime, et où au passage il se fait faire de jolis tatouages. Face à un conflit avec les autres villageois, elle l'aide et Katchan se téléporte alors dans un autre lieu que j'ai perçu comme étant une bourgade de la campagne aux Etats-Unis. Un indien excentrique portant constamment une peau d'ours lui vient en aide. Je ne vais pas raconter toute l'histoire ni sa fin ; on en apprend plus dans ce deuxième tome sur Katchan, son passé et les souffrances qu'il a pu endurer plus jeune à travers toutes les rencontres qu'il fait. Sa dispersion serait en quelque sorte à interpréter selon moi comme une fuite en avant pour ne pas affronter la vie. Ou alors une métaphore de la prise de conscience d'un adolescent et d'une certaine peur du passage à l'âge adulte, de prise de responsabilités, thématique de la jeunesse japonaise souvent abordée dans les mangas. Il parvient à se disperser pour ne pas faire face aux problèmes. Cette dispersion n'est pas perçue comme un super pouvoir, elle est non maîtrisée et se déclenche en cas de fort choc émotionnel. L'auteur n'exploite pas ce talent dans un simple but fantastique ou comme une supériorité sur les hommes ni comme avantage pouvant générer un profit mais plutôt en tant que nouveau défi pour Katsuhiko. Quant au dessin, pour ma part je suis fan du trait d'Oda que j'avais déjà pu apprécier dans Le Terrain vague paru postérieurement dans la collection Ecritures de Casterman, tout son aspect crayonné est incroyable de précision. On peut voir des scènes un peu plus fantastiques de dispersion du corps du jeune Katchan s'éparpillant en poussière ou des instants où il semble rêver debout sur des colonnes ioniennes dont je n'ai pas compris forcément la signification dans une sorte de monde parallèle. On a même le droit à quelques pages en couleurs dans cette édition de Casterman reprise dans la collection Sakka. En conclusion, un manga, que je pourrai rapprocher de Gogo monster de Matsumoto, pas très facile d'accès selon moi et soumis à l'interprétation et la sensibilité inhérente à chaque lecteur mais 2 tomes qui valent en fin de compte le coup d'oeil.

05/12/2009 (modifier)

Pfff ! Je suis restée totalement insensible à cette histoire de dispersion d’un jeune garçon dont on ne sait trop, en fin de compte, s’il maîtrise le phénomène ou si celui-ci se produit à son corps défendant. On pense à un délire de psychotique, une angoisse de morcellement, ou bien à un pouvoir particulier, on serait alors dans un contexte de fantastique, et puis finalement on s’en fiche, parce que l’auteur nous donne si peu d’indices, s’ingénie si bien à délayer l’histoire dans les jérémiades de son amie d’enfance qui le supplie à longueur de pages de revenir, de ne pas la laisser toute seule, qu’on finit par refermer le bouquin d’un coup sec ! Le dessin ne m’a pas davantage plu, je trouve les visages des personnages figés et assez disgracieux.

24/05/2005 (modifier)

Ce manga est enfin réédité par Casterman dans la collection Sakka et j'espère que cette fois on aura droit à la suite de la série... Cette BD est étrange, la quête du héros nous est inconnue, on ne sais pas non plus pourquoi il se "disperse", peut-être parce qu'il n'a pas sa place en tant qu'être dans ce monde? Son mal-être est-il si profond que son esprit ne tolère pas de vivre dans l'enveloppe étriquée qu'est un corps d'adolescent? A la lecture on peut se poser bien des questions et les réponses ne sont pas données dans ce tome. En tout cas Katchan (le héros) a l'air étranger aux préoccupations des gens "normaux". Ce dont je suis sûr c'est que Dispersion est une histoire qui commence de façon assez inattendue et qui peut être interprétée de diverses façons. Katchan croise des personnages intéressants qui ont aussi un côté marginal, des gens qui comme lui ont une autre vision du monde. Dans cet album c'est de deux filles dont il s'agit, chacune fuit la société à sa manière et Katchan est une bouffée d'oxygène pour elles. C'est ce qui rend cette lecture passionnante, car même si sa destinée lui échappe (et au lecteur aussi), il est un facteur d'espoir pour ces filles; c'est montré par l'auteur de façon très subtile. Les dessins sont beaux et travaillés, les visages sont expressifs et il y a beaucoup de plans en pleine page réussis et originaux. Il y a un parfum de rêve dans ces dessins, c'est fort agréable. J'ai été emballé par cette lecture, j'en conseille donc l'achat surtout si vous voulez lire un manga atypique. A noter: selon les dires de l'éditeur cette nouvelle version a été entièrement revue et corrigée. Dispersion est aujourd'hui publié en sens de lecture original.

25/01/2005 (modifier)

Très étrange, cet album. On ne sait tout simplement pas ce qui se passe, et on ne comprend pas si Katchan souffre d'une maladie, s'il a un pouvoir, ou s'il disparaît tout simplement en partant. Et l'ambigüité persiste tout au long de ce tome 1, sans qu'on puisse réellement se décider pour une option ou une autre, ce qui entretient un climat d'incertitude sur lequel l'auteur joue à plein. On ne saura malheureusement pas le fin mot de l'histoire, puisque Casterman n'a jamais traduit le second tome, celui-ci datant tout de même de 1996... :( Si l'on se contente de ce tome, donc, l'histoire est étrange, très empreinte de rêverie et d'une espèce de nostalgie, de réflexion triste sur le monde et la vie, largement teintée d'une certaine forme de mal-être qui n'en est pas tout à fait un. On sent une forme de folie planer, et pourtant on comprend... quelque chose. C'est assez indéfinissable comme sentiment. Le dessin d'Oda n'est peut-être pas "beau" à proprement parler, mais il est certainement personnel, et le fait qu'il soit tout à la plume y est pour beaucoup. Certaines cases sont vraiment bien mises en scène, comme la double page, pages 68-69, qui laisse une impression d'égarement, de malaise, de folie, et est assez étonnante pour un manga. Un album spécial, donc, à mon avis difficile, mais qui dégage un petit charme étrange. Note de la modération : le T2 a finalement été publié en 2005

18/04/2004 (modifier)