Amours Volatiles

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

Un fou de vaisselle, une coquille d'oeuf, quelques messieurs et quelques dames, un engin surprenant, une mitraillette, une motocyclette... Voilà la recette de cet album de Ptiluc, un cocktail d'humour et d'amour dont le héros est un vilain petit canard.


Les canards

Les tribulations d'un bébé jars, Donald, orphelin, qui cherche son identité et fait l'apprentissage de la vie. A peine sorti de l'oeuf, Donald rencontre une jeune fille qui lui apportera affection et tendresse. Il en tombera d'une certaine manière amoureux mais voilà que surgit le monde des hommes, tellement humains dans leur empressement et leur violence. La jeune amie de Donald se fera même enlevée. Mais que peut un pauvre jars contre le monde des hommes et sa folie ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1987
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Amours Volatiles
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

10/03/2004 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà sûrement l’œuvre la moins connue de Ptiluc, si j’en crois le peu d’avis qu’elle a suscités. Et j'ai rapidement compris pourquoi ! En effet, j’avoue m’être fait gravement ch… en lisant cet album, que j’ai découvert récemment, par hasard. J’ai en effet trouvés très lourdingues les questionnements existentiels de cette oie, avec des textes souvent en voix off d’un intérêt assez limité. Ce n’est jamais drôle (était-ce le but ?), ni même intéressant. Les humains qui la côtoient manquent eux aussi d’intérêt, dialogues et personnalités étant plus que fadasses. Si Ptiluc semble apprécier de faire philosopher des animaux (des rats, des cochons généralement dans d’autres séries), il ne réussit pas ici à captiver le lecteur, c’est le moins que je puisse dire. Voilà clairement un gros ratage, et un album plus que dispensable. Surtout que le dessin n’est lui non plus pas extraordinaire. Idem pour la colorisation, terne, délavée et somme toute bâclée. Bref, voilà un album qui je pense va retomber dans l’oubli, sans que l’on puisse vraiment le regretter.

22/02/2017 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

J'avais été attiré par la couverture de l'album et le fait que de manière générale, j'aime bien les BDs de Ptiluc. Mais je dois avouer ne pas avoir été réceptif à cet album là. Le dessin déjà n'est pas exceptionnel (je préfère quand Ptiluc dessine ses rats). En outre, je trouve la colorisation terne et mièvre, presque un boulot d'amateur loin des belles planches grises en aquarelles de Pacush Blues ou de La geste de Gilles de Chin et du dragon de Mons. Ensuite l'histoire aurait pu être pas mal. Enfin disons qu'elle commençait bien. Une discussion entre un jars et une jeune fille, ça peut toujours être intéressant. Mais Ptiluc tombe dans ses travers que personnellement je n'aime pas trop : trop de réflexion, de prise de tête, de lamentation sur la vie et son absurdité, et surtout aucun rythme dans la narration et l'histoire. C'est bien simple : je n'ai pas du tout été intéressé par l'histoire dès les premières pages passées. Ah, et puis le côté humour m'est complètement passé à côté. Dommage... Heureusement, Ptiluc a fait mieux depuis.

10/03/2004 (modifier)