Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Oscar & Monsieur O

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 6 avis)

Comme tous les artistes, Oscar Plume serait un homme bien ordinaire s'il n'était que lui-même. Il le sait bien. A titre personnel, il n'a aucun talent. Juste une saine obstination.


Carrément BD Format carré

Comme tous les artistes, Oscar Plume serait un homme bien ordinaire s'il n'était que lui-même. Il le sait bien. A titre personnel, il n'a aucun talent. Juste une saine obstination. Et une confiance illimitée en Monsieur O. Monsieur O, lui, est fuyant, instable, imprévisible, capricieux, soupe au lait, ultra-susceptible, caractériel. Mais surtout Monsieur O est fichtrement doué. C'en est même dégoûtant comme tout lui est facile. Bref, Monsieur O est "L'Artiste" et Oscar l'exécutant. Et ce n'est pas toujours drôle pour Oscar. Vous l'avez sûrement remarqué, Oscar Plume n'est pas très doué pour la vie. Mais que faire quand la meilleure partie de soi-même refuse de s'impliquer dans les actes élémentaires de l'existence? Le double d'Oscar est la partie de génie qui est en lui et qui le pousse à créer. Mais malheureusement pour lui, ce Monsieur O ne l'aide pas du tout lorsque il s'agit de demander une augmentation à son éditeur ou de séduire la belle Gladys, dont il est éperdument amoureux. Dans ce cas-là, le pauvre Oscar doit se débrouiller tout seul.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Janvier 2002
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Oscar & Monsieur O
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

21/11/2003 | ThePatrick
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

La seule qualité que je trouve à ce one-shot c'est son dessin que je trouve excellent. J'adore surtout le look du personnage au chapeau melon. Malheureusement, j'ai trouvé le scénario mauvais. Je ne me suis pas du tout attaché au personnage principal (je me souviens même pas si son nom c'est Oscar ou Monsieur O) et ses interrogations face à son art m'ont ennuyé dès les premières pages. J'ai arrêté ma lecture en cours de route car elle ne m'a procuré aucun plaisir. Le Dessin : 4/5 Le Scénario : 1/5

17/11/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Etonnant le fond de l'histoire, est ce qu'il ne s'agit pas d'un ressenti de l'auteur ou plutôt ses craintes quant au rendu de son travail et le moyen qu'il représente pour gagner sa vie ? Le dessin est en fait une sorte d'aquarelle, c'est agréable mais relativement imprécis pour être vraiment remarquable. Je n'ai pas pris de plaisir avec cette lecture, ce qui se traduit par ma note. Cette BD reste à découvrir pour son originalité.

03/02/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Voici une bd qui s'affranchit de certains codes. Nous n'avons plus de bordures blanches qui délimitent les cases. C'est presque comme un photomontage composées d'aquarelles aux couleurs variées. C'est assez impressionnant pour les yeux! Cette innovation technique peut retenir l'attention. Par ailleurs, le personnage principal est un vrai schizophrène. Il s'agit d'un dessinateur sans ambition et hésitant qui se crée un personnage imaginaire : Monsieur O. Ce dernier représente un peu son génie créatif. Le processus est assez intéressant car notre héros Oscar Plume est incapable de s'affirmer vis à vis de son éditeur ou même des femmes. Il a besoin d'une espèce d'ange gardien qui va le conduire à se rebeller. Ce conte allégorique nous indique que très souvent, nos doutes et nos questions nous empêchent d'avancer dans la vie et qu'il suffit simplement d'un rien pour sortir de ce carcan. Le bonheur est très souvent sur le palier. Une réflexion psychologique intéressante pour un moment de lecture agréable...

27/01/2008 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Un format inhabituel, des audaces graphiques et narratives. Un dessin qui me surprend. J'ai -forcément- mon attention attirée !.. L'histoire est joliette, et pas piquée des vers non plus.... Elle me conte les aléas de la vie d'un dessinateur, en 1900, à Paris. Oscar galère pour vendre ses illustrations et caricatures. Il doit son inspiration à "Monsieur O", un curieux personnage qu'il est seul à voir et à entendre. Mais "O" n'est pas toujours présent. En réalité, Oscar et "O" sont les deux facettes d'un même individu. Autant Oscar est timide et réservé ; autant "O" est audacieux et très doué. Et ce double imprévisible va même exhorter Oscar à sortir de sa vie de misère car exploité par le directeur du journal auquel il collabore. Attachant, vraiment. Un récit plein de sensibilité et de charme. Moynot n'a travaillé qu'au pinceau ; un style qui m'a surpris mais que j'ai de suite apprécié. Il a supprimé les espaces entre les cases -(faut oser !)- et jongle avec les juxtapositions de couleurs. Seuls les phylactères -ces fameux ballons- relient le lecteur au monde "normal" de la BD. Déconcertant au premier abord. Mais à découvrir !...

04/01/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Deuxième BD de Moynot que je lis dans cette collection (après Monsieur Khol) et même décor de la France de la fin 19e siècle, même scénario entre le conte social et le fantastique, même dessin/peinture lumineux et plaisant, et même lecture agréable et fluide. J'ai trouvé les personnages très bien dessinés, mais les décors un peu plus plats, un peu plus factices. Ceci dit, ça reste bien joli. Quant à l'histoire, elle se base sur la quête de maturité et de soi d'un jeune dessinateur timide dont la personnalité artistique prend la forme à part entière d'un homme déterminé avec lequel il discute et se dispute comme un vrai schizophrène. Et bien sûr, ensemble, ils vont s'entendre, faire des projets, se séparer, et le jeune héros passera finalement un cap initiatique. Un récit plaisant et joli même s'il ne marquera pas plus que ça son lecteur.

06/07/2006 (modifier)

Cet album est très agréable à lire, du fait de son dessin particulier mais aussi et surtout de par son ton : à la limite de la naïveté, le héros se fait chahuter de part et d'autre, il découvre la vie. Ses petites misères ne donnent pas l'impression d'être bien graves ni de le mettre en danger, et le sourire de sa voisine est absolument charmant. Seulement, si j'ai passé un bon moment, sitôt l'album refermé je l'ai oublié. A lire, donc, mais de là à l'acheter...

21/11/2003 (modifier)