Immondys

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 4 avis)

Une lumière ignorante- capture l'apparence sur mon effroi- Je suinte d'un agglomérat de chairs grises et bouffies- Mais qui est "je" ? "Je est un autre" répondrait l'ami Rimbaud à cette question liminaire et fondamentale du nouvel ouvrage de Daniel Hulet. Immondys se présente sous la forme d'un cauchemar éveillé, mêlant éléments autobiographiques et fantasmagories macabres. L'histoire d'un homme qui cherche son identité, qui traque le réel parmi le fantasme.


Carrément BD Format carré Rêves

Une lumière ignorante- capture l'apparence sur mon effroi- Je suinte d'un agglomérat de chairs grises et bouffies- Mais qui est "je" ? "Je est un autre" répondrait l'ami Rimbaud à cette question liminaire et fondamentale du nouvel ouvrage de Daniel Hulet. Immondys se présente sous la forme d'un cauchemar éveillé, mêlant éléments autobiographiques et fantasmagories macabres. L'histoire d'un homme qui cherche son identité, qui traque le réel parmi le fantasme. L'ombre ne peut exister sans la lumière." Ange. Zita. Un casse-tête. Un livret mystérieux qui donnerait le chemin d'accès vers un monde parallèle où nos pires cauchemars deviennent réalité. Ange. Zita. Rencontre fantomatique. Entrelacement de corps déchirés. Entrelacements d'angoisses partagées. Ces images font souffrir. "Mais ces dessins sont une lente délivrance." Déchiffrant le livret, ils pénètrent dans la zone AA à la recherche du côté lunaire, obscur et invisible, entre péniche abandonnée, usine désaffectée et silence de mort. "Ce silence est une invitation. Et si ce n'est pas l'Enfer, ça y ressemble fortement. "Fuyez ces lieux... s'il n'est pas trop tard..." "Mais? Ce bouquin est vide ! Rien que des pages blanches". "Bienvenue à Immondys" ! Deuxième tome d'Immondys, triptyque qui se présente sous la forme d'un cauchemar éveillé, mêlant éléments autobiographiques et fantasmagories macabres. "Sommes-nous morts ou morts-vivants ?" Ange est dans le bateau, celui qui le ramène à ses origines. Là, il doit rejouer sa vie sous forme d'une pièce de théâtre: "La Vie tragi-comique d'Ange Goeman". "La vie n'est vraiment pas grand-chose !" Qu'est-ce que Ange fout dans cette saloperie de farandole ? " C'est une danse macabre ? Effectivement, et c'est très entraînant !" "Tout ce petit jardin morbide que vous cultivez avec tant d'assiduité m'attire irrésistiblement". "Tout commence ici ! Je pourrais dire, tout se reconstruit ici, dans les méandres obscurs de son esprit ! Une descente aux enfers de l'ego ! Le côté lunaire ! Immondys ! Retour en arrière, avant même l'état fotal. Retour au sexe maternel. "Des simulacres. Rien que des représentations égarées de votre conscience !" Retour vers la mort, vous savez, celle qui était là avant la vie. "Nous sommes arrivés aux confins de votre conscience comateuse. En quelque sorte, un voyage à rebours". Tu es toujours vivant, Ange ? Ou est-ce que tu es mort ? Immondys, troisième tome. Epileptique. Fantasmagorique. Autobiographique ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2000
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Immondys
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

09/10/2003 | ThePatrick
Modifier


Par L'Ymagier
Note: 2/5

Cette série m’a emmené dans un monde où la même question est toujours posée : « Sommes-nous morts… où sommes-nous des morts-vivants » ?… J’ai pas trouvé de réponse. J’ai assisté à une sorte de longue danse macabre dans une histoire tragi-comique ; une histoire dont Hulet tire ses références dans les grands noms de la littérature fantastique. Une trilogie qui, personnellement, ne m’a pas interpellé. J’ai apprécié ces sortes de fantaisies graphiques, ce dans un format carré qui en permet toutes latitudes ; mais ce genre de fable existentielle –dont je reconnais les mérites narratif et graphique- s’est heurtée à mon esprit formé « vieille école franco-belge » et n’y a pas su prendre place. Beau et bon travail général quand même.

13/01/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Graphiquement, c'est une série qui est très jolie. Enfin elle est très esthétique en tous cas, malgré quelques dessins un peu cauchemardesques qui ne sont pas trop à mon goût. En outre, l'édition toute particulière de ces albums en fait trois beaux objets. L'ennui, c'est que c'est tout ce que j'aime dans cette BD. Pour le reste, c'est de l'onirique, un mélange constant de rêve et de réalité, des délires psychanalytiques ou cauchemardesques, avec un scénario très dur à suivre, voire incompréhensible. Et je n'aime pas du tout ce genre de BD qui partent dans tous les sens, plus comme une tentative artistique que comme une véritable histoire.

10/05/2004 (modifier)

Effectivement, cette BD est très spéciale. Format spécial, délire un peu spécial (même si on est habitué à pire) mais surtout narration spéciale. Les personnages ne sont pas très attachants, on ne s'y attache pas vraiment mais s'imaginer à leur place rend mal à l'aise. L'univers rempli de fantasmes, de divagations et de symboles n'est pas sans rappeler la série "Twin Peaks" de Lynch, "le festin nu" de Burroughs (adapté au ciné par Cronenberg) ou les toiles surréalistes de Dali. Les trouvailles scénaristiques et picturales sont souvent originales et justifiées, donnent quelquefois l'impression d'un leitmotiv auquel s'agrippe l'auteur (le truc s'essoufle), mais déstabilisent chaque fois plus le lecteur (à la limite de la nausée). J'ai également été un peu déçu par la fin mais je ne m'attendais en fait pas à beaucoup plus émoustillant. En conclusion, c'est une série à lire au calme, le soir ou en pleine nuit. Certains seront envoûtés par le style (les dessins soutiennent très bien l'atmosphère glauque et l'aspect perturbé des protagonistes), d'autres piqueront du nez au bout d'une dizaine de pages, et la majorité (je pense) sera trop déboussolée par cette BD trop décalée pour eux. C'est pourquoi je conseille l'achat du premier tome, à mon avis si vous ne l'appréciez pas, vous n'aimerez pas plus les autres. Je ne l'ai lu qu'une fois et d'après moi elle mérite une deuxième tentative. En tout cas, elle nécessite une relecture pour être un peu comprise.

07/05/2004 (modifier)

Ceci n'est pas une B.D. cartésienne. Elle capte le mental et les tripes du lecteur en visant les ressources de son inconscient. Pour que la magie de cette lecture puisse s'opérer pleinement, il est conseillé de la faire dans un climat propice à une récéptivité maximale : calme, solitude, de préférence le soir, idéalement la nuit... Le lecteur peut éventuellement s'entourer d'un cercle d'objets métalliques l'isolant de perturbations métapsychiques extérieures. [...] Bon trip et... pas de panique, les choses s'éclairciront en temps voulu. Ainsi commence le tome 1. Ce petit message de l'auteur donne bien le ton de cette série, probablement la plus étrange qu'il m'ait été donné de lire jusque'à présent. Ce tome 1 à lui seul donne le malaise. Déjà au début le personnage principal est un artiste qui fait dans le fantastico-morbide (très morbide), et vit au milieu de ses oeuvres... Complètement glauque, déprimant, c'est limite si ça ne fout pas la trouille à imaginer. Ensuite il y a les deux fils narratifs parallèle dans chaque image : image + "action principale" (classique), mais aussi un texte qui illustre une autre action, à laquelle on ne comprend rien au début. Et puis il y surtout la transformation du réel, le passage à l'imaginaire, avec ces métamorphoses hideuses, ces cauchemars éveillés de fou, ces cases à l'endroit, à l'envers sur une même page, ces pages entières à l'endroit, à l'envers, qui font retourner l'album dans tous les sens, qu'à un moment on se dit "ah bin oui, sens normal = réel, sens inverse = imaginaire", mais que quand on vérifie, non, on est à l'envers... Bref, complètement hallucinatoire, abscon au possible, et assez horrible visuellement (attention, le dessin est très soigné, c'est ce qu'il représente qui est immonde !). Le tome 2 pourrait paraître plus sage. Les deux personnages principaux se mettent en effet à la recherche des gens qui semblent les manipuler, ça fait plus policier, les hallucinations semblent maîtrisées... Sauf que non, tout repart, là ce sont les textes qui sont à l'envers (avec en plus des caractères différents, il faut du temps pour déchiffrer), et la fin de l'album renoue avec l'horrible. Le tome 3 enfin, m'a semblé nettement plus compréhensible et facilement interprétable, mais je peux difficilement en dire plus sans lever un peu le voile sur le mystère... A ce propos justement, c'est la fin qui m'a déçu... Finalement tout ce mystère (absolument incroyable), ces complexités, ces subtilités, ces intrications, ces interpétations, se résument à ça. Alors si vous pouvez lire ces albums au calme, idéalement la nuit, faites-le. Ca prend effectivement aux tripes quand on rentre dedans. Maintenant moi personnellement je n'ai aimé que modérément. Il faut dire que je ne l'ai lu qu'une fois, et cette série demande forcément une ou plusieurs relectures.

09/10/2003 (modifier)