Racines (Delcourt)

Note: 4/5
(4/5 pour 3 avis)

Après Goupil ou face et Comme un oiseau dans un bocal, Lou Lubie explore un nouveau sujet de société : le cheveu afro / métissé. Entre récit de vie et enquête, une BD sur l'identité et l'acceptation de ses origines !


Documentaires La BD au féminin Les coups de coeur des internautes Nouveautés BD, comics et manga

On n'est jamais content de ses cheveux : Rose, qui a les cheveux crépus, rêve de les avoir lisses. Pour se conformer aux normes sociales, elle sera prête à tout, quitte à gommer son identité métissée. Entre enquête de société et récit de vie, une BD riche et touchante qui parle de sexisme, de racisme, d'héritage et d'acceptation de soi.

Scénario
Dessin
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Mai 2024
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Racines (Delcourt) © Delcourt 2024
Les notes
Note: 4/5
(4/5 pour 3 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

18/05/2024 | PAco
Modifier


Par gruizzli
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
L'avatar du posteur gruizzli

J'ai l'impression de faire de la redit d'autres avis, mais que voulez-vous, quand c'est bon, c'est bon ! Le nouveau Lou Lubie est arrivé, et je l'attends plus que le Beaujolais nouveau. En même temps, dire que j'apprécie sa production est au mieux un euphémisme. Ce nouvel ouvrage avait en plus la promesse de me parler d'un sujet que je ne connaissais pas du tout et sur lequel je n'avais aucun apriori. Du moins le pensais-je. Et puis je le lis le soir dans mon lit (mauvaise idée) et je finis la BD énervé. En même temps, il y a de quoi lorsqu'on fini par voir l'accumulation des petits détails qui énervent. En soi, la BD parle surtout des cheveux et de la façon dont ceux-ci sont acceptés ou non socialement. Le tout autour d'une créole fraichement débarqué de la Réunion. Mais pour moi, la BD est surtout une excellente démonstration de ce qu'on appelle un racisme systémique que beaucoup refusent de voir (ça va, on est plus raciste !). En effet, sous couvert de remarques, de médias, d'objets culturels, on valorise et on dévalorise fortement. Sauf que là, l'exemple des cheveux est parlant : personne ne choisit ses cheveux à la naissance mais les aura toutes sa vie, comme un fardeau pour beaucoup. C'est énervant de voir la différence de traitement, dans les coiffeurs (quand il y en a), les produits, les remarques ... Là où la BD fait fort, c'est que des remarques comme ça, j'en ai probablement fait moi aussi. Pas forcément à voix haute, mais nourrit par un imaginaire qui reste bien ancré dans des fondements racistes, j'ai surement pensé des choses qui m'ont énervés lorsque je l'ai vu dans la BD. Bref, sous couvert d'une simple histoire de cheveux, la BD démontre parfaitement les restes de racismes sociétaux qui gangrènent notre société et peuvent amener des nombreuses personnes à mal vivre leur propre corps. Ou alors à subir des choses que je n'ai pas envie de faire vivre à d'autres : gaspillage de temps et d'argent, la souffrance physique ou mentale, le stress ... Tout ça pour des cheveux, nom d'un chien ! Pour le reste, Lou Lubie à son style de dessin et sait toujours aussi bien s'y prendre pour transmettre toutes les informations en peu de temps, rester lisible, entrainer dans l'histoire et bombarder de chiffres et d'infos quand il le faut. Elle a trouvé son style, s'y plait et continue. Moi, j'adore ça !

09/06/2024 (modifier)
L'avatar du posteur Tomdelapampa

Bon bah encore un très bon album de la part de Lou Lubie, je suis ravi d’être blasé ;) On retrouve sa patte fluide, drôle et didactique. J’aime sa façon de s’emparer de sujets divers et variés, à chaque fois je trouve son traitement complet et original. Ici l’objet de l’album peut paraître « futile » mais se révèle passionnant à suivre (et c’est un mec qui n’a plus grand chose sur le caillou qui vous le dit). J’ai appris de nombreuses choses sur un univers que je ne soupçonnais pas, la narration de l’auteure est toujours aussi agréable. L’héroïne est attachante et son parcours soulève bien d’autres questions sur la société ou sur l’identité. C’est toujours aussi fin et intelligent. Chapeau. Un chouette album très bien réalisé, j’encourage sa lecture. Petit bonus, la couverture est très classe avec son effet relief. Petit coup de coeur perso, ça m’a ouvert les yeux sur le temps « Salle de bain » de mes nièces, deux ados métisses adorables. Un album qui va faire le tour de la famille.

04/06/2024 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur PAco

Premier album de Lou Lubie que je lis (oui je sais j'arrive un peu après la bataille :P ) et c'est une très bonne surprise pour moi ! Tout d'abord, félicitation au maquettiste, la couverture est de toute beauté, tant visuellement qu'au touché. en effet, un petit effet de volume sensible au doigt sur le volume des cheveux est du plus bel effet ! Dans cet album, Lou Lubie nous propose de découvrir le parcours du combattant des jeunes filles métisses lié à la nature de leur cheveux. Dit comme ça, on se dit que c'est vraiment un sujet de niche qui ne doit pas concerner grand monde... Erreur ! Et j'en sais quelque chose pour avoir une jeune ado métisse de 12 ans à la maison : la gestion des cheveux, t'as intérêt à lui laisser la part belle dans le planning quotidien si tu veux tout caser dans ta journée ! Et mine de rien, ça concerne un paquet de monde et c'est même devenu un business très lucratif. C'est la force de cet album qui en partant d'une chose apparemment anecdotique, lie le pratique, l'informatif, le sensible et l'intelligent. Car au delà de ces complications capillaires, c'est toute ces perspectives sur le colonialisme, le métissage, le racisme, le féminisme, l'acceptation de soi qui découlent de ce récit de façon pertinente. Le titre Racines prend ici tout son sens. Notre jeune protagoniste réunionnaise, Rose, va en effet nous embarquer dans son quotidien, digne d'un véritable parcours du combattant. De son enfance, en passant par l'adolescence jusqu'à son âge de jeune adulte. Être une fille métisse, c'est découvrir un autre monde, ou plutôt une autre façon de vivre où ces cheveux impliquent soins, argent et temps, comme nulle autre pareil. Rose aborde les sujets frontalement, sans concession, mais toujours avec une petite touche d'humour bien sentie et une bonne dose d'autodérision. Voilà donc un très bel album, fin, intelligent, avec la dose d'humour nécessaire pour partager un point de vue et un quotidien qu'on n'imagine pas forcément. Clairement, je ne regarde plus mon ados et le temps qu'elle passe à gérer ses cheveux de la même manière !

18/05/2024 (modifier)