Terre ferme

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Et si c'était la révolution qu'on n'espérait plus ?


Agriculture et élevage Documentaires Environnement et écologie La BD au féminin Oh, la vache !

Xavier et sa sœur Emmanuelle, enfants et petits-enfants d'éleveurs laitiers racontent l'aventure du passage en bio de leur ferme. Mais comment garder la mesure dans un monde qui pousse à la démesure ?

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Juin 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Terre ferme © Marabout 2021
Les notes
Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

04/02/2024 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Dans ce documentaire, les autrices nous proposent de suivre un frère et une sœur à un moment charnière de l’exploitation bovine familiale. En effet, suite au décès de leur frère et alors que les dettes s’accumulent, il et elle se posent des questions sur la pertinence et même la possibilité financière de continuer l’exploitation. L’un a déjà des projets en Afrique, l’autre est usée par des années de galère au sein de la ferme. La solution viendra d’un banquier qui leur parlera d’une éventuelle reconversion en bio. Au niveau du dessin, Aurélie Castex propose un style proche du carnet de voyage (ce qui convient parfaitement à la structure du récit). Les grandes illustrations sont nombreuses, le trait n'est pas très précis mais offre beaucoup de spontanéité, la colorisation est agréable à l'œil (douce et nuancée). Clairement, ce n'est pas pour la qualité du dessin que je lis ce genre de livre mais, dans le cas présent, j'ai trouvé ce dessin agréable et en accord avec l'esprit du récit. Le récit en lui-même est agréable à lire mais je trouve que ce documentaire ne creuse pas beaucoup le sujet. Si je m’intéresse à celui-ci, je suis loin d’être un spécialiste. Pourtant, je n’ai rien appris à la lecture : les limites du système traditionnel (obligation d’utiliser des engrais chimiques et de la nourriture spécifique, paradoxe entre les hauts rendements obtenus et la chute des prix qui en découle, etc…), les avantages du bio (investissements moindres, travail moindre, aide financière qui compense les rendements moindres, etc…), les tentations et questionnements, tout cela je le savais déjà (soit grâce à d’autres lectures, soit du simple fait que je vis à la campagne). Cela ne signifie pas que ce récit est sans intérêt mais bien qu’il devrait surtout être destiné à des lecteurs qui ne connaissent en rien les problématiques liées à l’exploitation bovine. Car, à titre personnel, je regrette que les autrices ne se soient pas penchées sur certains sujets plus polémiques à une époque où l’exploitation animale est autant remise en question (depuis le sort réservé aux veaux lorsqu’il y a trop de naissances jusqu’à l’intérêt pour la biodiversité de conserver de nombreuses pâtures (selon de nombreuses études, la biodiversité est bien plus grande dans une prairie qui nourrit du bétail que dans un champs cultivé) en passant par l’intérêt hydrique (une pâture, c’est autant d’hectares qui vont permettre à l’eau d’entrer dans les sols et ainsi réapprovisionner les nappes phréatiques)), ni sur le parcours du combattant que doit mener une exploitation auprès des administrations pour obtenir cette certification bio (ici, ça a l’air d’être d’une facilité enfantine). De ce point de vue, cette bande dessinée est frustrante. Par contre, elle dresse un beau profil de deux jeunes exploitants tiraillés entre l’envie de continuer à vivre de leur passion et la nécessité de s’assurer un certain confort financier, entre l’envie de relâcher la pression et la tentation d’augmenter les rendements (et donc les recettes et les possibilités d’investissement). Surtout, elle montre l'attachement des deux exploitants à leur bétail, leur amour pour leurs vaches et les différences de caractère de celles-ci (non, une vache n'est pas l'autre et ne peut être réduite à un simple numéro). Au final, si je ne regrette pas ma lecture, je la trouve trop légère. Mais elle constitue une bonne première approche pour ceux qui ne connaissent en rien cette thématique. A réserver donc de préférence à de jeunes lecteurs ou à des citadins (à condition d’approfondir le sujet par ailleurs car ici trop de sujets sont simplifiés voire pas du tout abordés). Pas mal... mais j'espérais plus.

04/02/2024 (modifier)