Le Canonnier de la Tour Eiffel

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Il l’avait sculptée sans la connaître. Au moment où il la rencontre enfin, il risque de la perdre pour toujours.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Paris Sculpture

1905 – Cela fait cinq ans que, chaque jour, au sommet de la tour Eiffel, midi est annoncé par un coup de canon. Quand le canonnier fait un malaise, il faut en urgence lui trouver un remplaçant. Camille a promis d’être celui-là. Mais l’ancien artilleur et sculpteur de marionnettes est face à un dilemme. Il a en effet son premier rendez vous à midi pile avec Valentine, la belle dont il a sculpté les traits avant même de la rencontrer. Midi, l’heure où il s’est engagé à tirer le canon. Que faire ? Honorer sa parole de canonnier ou le rendez-vous avec l’amour de sa vie ? L’heure tourne et, bientôt, il sera trop tard…

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Mai 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Le Canonnier de la Tour Eiffel © Bamboo 2021
Les notes
Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

23/01/2023 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je ne sais pas trop quel est le créneau visé par les auteurs de cet album, qui me semble viser large, mais s’adresser quand même en priorité à un lectorat plutôt jeune. C’est l’aspect un peu sucré, un peu naïf (trop à mon goût) de l’ensemble qui me le fait penser, en particulier la romance entre Camille et Valentine. En effet, j’arrondis aux trois étoiles en ayant cette idée en tête, mon ressenti personnel allant plus vers les deux étoiles. J’ai trouvé que l’intrigue manquait de coffre, mais aussi qu’elle était souvent trop « gentille », trop convenue. Quelques petites pointes d’humour, quelques touches poétiques relèvent un peu une sauce que j’ai quand même trouvée un peu fade. Le dessin de Ratte – et la colorisation – passent bien. Même si, là aussi, un goût de trop peu prédomine. Peu de décor ou alors pas trop travaillés, le Paris du début du XXème siècle n’est pas trop mis en avant – encore est-il lui aussi un peu trop « propre sur lui ». Bref, un album qui m’a laissé sur ma faim, mais qui peut trouver un public, je ne sais pas, ça se laisse lire quand même. Mais ce n'est pas forcément mon truc en tout cas. A noter que les mêmes auteurs ont dans la foulée remis le couvert, publiant un autre one-shot dans le même univers (La Petite Voleuse de la Tour Eiffel). Note réelle 2,5/5.

23/01/2023 (modifier)