40 hommes et 12 fusils - Indochine 1954

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Après Une si jolie petite guerre et Give peace a chance, Marcelino Truong délaisse la guerre du Viêt-Nam pour celle de l’Indochine.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Indochine Les Guerres d'Indochine et du Vietnam

Sur les pas de Minh, le jeune peintre qui rêve depuis Hà Nôi de Saint-Germain-des-Prés et de Juliette Gréco, enrôlé malgré lui dans le Viêt-Minh de l’Oncle Hô, un regard inédit sur le conflit qui conduisit à l’humiliante défaite des Français à Diên Biên Phù…

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Octobre 2022
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série 40 hommes et 12 fusils - Indochine 1954 © Denoël 2022
Les notes
Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

22/01/2023 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

C'est en lisant cette BD que j'ai réalisé à quel point je connaissais mal la Guerre d'Indochine. Je n'en avais qu'une vision tronquée et superficielle provenant de mes cours d'Histoire au lycée, faite de dates et de noms qui me parlaient peu, et de quelques autres BD que j'avais lues qui m'en donnaient des aperçus toujours du côté des Occidentaux. A l'inverse, cet album de Marcelino Truong nous plonge dans la vision des vietnamiens eux-mêmes, du côté des Viet-Minh. Le héros, pourtant, n'a rien d'un militant communiste ou partisan du Viet-Minh : c'est par un malheureux concours de circonstances que ce jeune artiste-peintre amoureux de jazz et de Saint-Germain-des-Près se retrouvera engagé dans l'armée révolutionnaire pour sauver sa vie. Ses talents de dessinateur lui attireront quelques menus ennuis mais aussi la chance de pouvoir intégrer une section de propagande dessinée qu'il rejoindra en traversant le Nord Vietnam en guerre avant de finalement se retrouver sur le front lors de la fameuse bataille de Diên Biên Phu qui solda la pire défaite de l'armée française. Marcelino Truong raconte cela avec brio au long d'un album de près de 300 pages. Son dessin et sa mise en scène sont clairs, soignés et agréables. Le narrateur est le personnage principal lui-même et à travers son esprit instruit, il nous permet d'avoir un avis impartial sur ce qu'il découvre. Etant vietnamien, ni du côté des patriotes pro-français, ni des révolutionnaires pro-chinois, ni-même combattant du tout, ses opinions tranchent avec le fanatisme des uns et des autres et il peut avoir des conversations franches et souvent insolentes avec les autres combattants. C'est au fil de ses discussions avec les autres engagés, les cadres et les paysans locaux rencontrés au cours de son périple, qu'on se rend compte de la complexité de cette guerre civile. L'absence de manichéisme dans le récit fait sa force. Parmi les personnes rencontrées par le héros, on trouve de tout : des combattants poussés à la haine aveugle par des années de ressentiment et par la propagande révolutionnaire, de braves soldats détestant les violences imposées par les commissaires politiques du parti, un français ayant retourné sa veste et plus fanatiquement communiste que les Viet-Minh eux-mêmes, des villageois de minorités subissant l'opression paradoxale des armées sensées venir les libérer de l'opresseur, ou encore des artistes engagés pour la cause révolutionnaire mais rebutés par les mensonges et les discours formatés qu'on les oblige à produire. La lecture est plaisante et surtout très instructive. Je ne me suis pas ennuyé un instant malgré la longueur de l'album et j'ai l'impression d'en être sorti en ayant bien mieux compris les enjeux du conflit à l'époque et le gâchis qu'ont pu au final représenter les guerres d'Indochine et du Vietnam déchirant et tuant une population locale tiraillée entre colons et puissances étrangères l'utilisant comme champ de bataille pour leurs idéologies déshumanisées.

22/01/2023 (modifier)