Le Dormeur (Santullo/Aón)

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Un huis-clos oppressant à la croisée du polar et de la SF.


Après l'apocalypse... Cannibalisme

Un homme se réveille seul dans son caisson de cryogénisation. Il aurait dû se réveiller sur l'une des nouvelles planètes que les Terriens ont colonisés pour échapper à leur planète totalement détruite par la crise écologique, économique, sociale... Pourtant, il a été roulé et c'est bien sur Terre qu'il s'éveille, dans un immeuble qui fait figure de bastion de résistance et de mini société face aux attaques des Mad Max, les cannibales qui sévissent dans le no man land. Problème : le corps de l'un des habitants de l'immeuble a été retrouvé un poignard planté dans le dos. Le seul à pouvoir enquêter sans préjugé, sans intérêt caché, c'est lui : le Dormeur.   Rodolfo Santullo et Carlos Aón revisitent le huis-clos avec cette intrigue policière qui s'installe au sein d'un monde post-apocalyptique dont le lecteur découvre petit à petit les codes et le fonctionnement. Un récit policier qui a tout d'une fable écologique/économique qui résonne étrangement avec l'actualité récente...

Scénario
Dessin
Traduction
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Mars 2022
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Le Dormeur (Santullo/Aón) © Editions iLatina 2022
Les notes
Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

14/01/2023 | Blue boy
Modifier


Par Blue boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue boy

C’est une belle découverte que nous proposent les Editions iLatina, démontrant par là même la qualité de la bande dessinée sud-américaine. Le Festival d’Angoulême ne s’y est pas trompé en intégrant cette année « Le Dormeur » à la sélection officielle, dans la catégorie « polar ». Avec à son actif plusieurs ouvrages publiés depuis une petite dizaine d’années, notamment chez Glénat et les Humanoïdes associés, le scénariste Rodolfo Santullo signe ici une œuvre à mi-chemin entre l’enquête policière et le récit d’anticipation. « Le Dormeur », c’est un peu la rencontre de « Dix Petits Nègres » et de Walking Dead, ou peut-être plutôt « La Route » de Cormac McCarthy, les cannibales ayant ici remplacé les zombies. Mais l’ambiance de ce huis-clos post-apo, singulièrement oppressante, rappelle par bien des aspects la célèbre série de Charlie Adlard et Robert Kirkman. Seul le personnage principal, le fameux « dormeur » en question, apporte un peu de légèreté par son côté anti-héros, sa dégaine mal assurée et son costume incongru. Comme dans tout bon roman policier, les protagonistes sont bien campés et apparaissent tous potentiellement coupables du meurtre de Luis jusqu’au dénouement, difficile à deviner. L’intrigue nous captive dès les premières pages et la narration est de très bonne tenue. Le dessin semi-réaliste de Carlos Aón est en phase avec le propos, rappelant un peu le Gipi de La Terre des fils, autre récit post-apocalyptique, en moins esquissé. Le tout est parfaitement exécuté, la mise en page et le cadrage participant à la fluidité du récit. De même, la palette de couleurs est d’équerre dans ses sombres tonalités gris-beige visant à renforcer le contexte oppressant, virant au rouge quand la violence est palpable. « Le Dormeur » nous offre un bon moment de lecture, grâce à une collaboration efficace et concluante entre les deux auteurs. Le seul regret résiderait peut-être dans le format finalement assez court pour un univers qui aurait mérité d’être creusé, même si celui-ci ne sert que de toile de fond à cette enquête policière, qui, elle, est plutôt réussie.

14/01/2023 (modifier)