Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi Cultura ?

La Stratégie Ender (Ender's game)

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

L'adaptation du roman de Orson Scott Card.


Adaptations de romans en BD Marvel Romans de science-fiction adaptés en BD

Andrew « Ender » Wiggin n’est pas un garçon comme les autres. Dans ce futur lointain qui ne permet que deux enfants par famille, il est le troisième, l’exception autorisée pour le salut de l’humanité. Son frère Peter est trop cruel et sa sœur Valentine trop douce, mais lui sera parfait. À seulement six ans, il est d’ailleurs approché par l’armée pour rejoindre l’École de Guerre, créée dans le but d’éradiquer la menace doryphore, une espèce extra-terrestre hostile qui risque d'exterminer le genre humain.

Scénario
Oeuvre originale
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Août 2013
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus

Couverture de la série La Stratégie Ender © Panini Comics 2013
Les notes
Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

08/11/2022 | Alix
Modifier


Par Alix
Note: 2/5
L'avatar du posteur Alix

« La Stratégie Ender » est un de mes romans préférés (tous genres confondus), et la lecture de ce dernier m’a beaucoup marqué. J’ai aussi vu le film de 2013, qui avait fait de son mieux pour capturer en moins de 2 heures la richesse et la tension de l’original. Je découvre enfin le comics, et je ressors sur une impression vraiment mitigée. Mon principal reproche s’adresse à la narration, que j’ai trouvée confuse au possible. Tout s’enchaine trop vite, le passage du temps n’est pas très clair, et les batailles d’entrainement (gros morceau du roman, quand même) sont incompréhensibles. Franchement, je me demande s’il est possible de suivre l’histoire sans avoir lu le roman ! Je note aussi que, comme dans le film, on ne ressent pas la lente montée de la tension, la perfide manipulation dont est victime Ender. Encore une fois, c’est selon moi un élément primordial du roman. Je trouve que le deuxième tome redresse un peu la barre : il est plus clair, et la fin est toujours aussi puissante. Par contre il manque la toute-fin, quand Ender converse avec un survivant extraterrestre. Encore une fois, une sacrée omission je trouve. Reste le dessin, qui ne risque pas d’enthousiasmer les foules. Le design des personnages est bizarre, et surtout il est difficile de différencier ces derniers. Les couleurs informatiques flashy ne seront pas du goût de tout le monde (regardez donc la couverture du tome 1). Bref, je ne conseille ce diptyque qu’aux gros amateurs du roman, qui souhaitent découvrir cette histoire sous toutes ses formes. A noter que l’éditeur US, Marvel, avait continué sur sa lancée, avec l’adaptation d’autres romans du cycle d’Ender, dont « Ender's Shadow » et « Speaker for the Dead », mais ces dernières ne sont jamais parues en français.

08/11/2022 (modifier)