La Dame, le Cygne et l'Ombre

Note: 3/5
(3/5 pour 6 avis)

Trois plongées dans l'onde trouble d'Hollywood.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Cinéma Collection Repérages Consensus sur une BD Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc, Bruxelles Los Angeles Mexique et mexicains

Dans une ambiance proche des films hollywoodiens des années 50 , Trois récits policiers sont développés , ici. 1)La dame d'épées 2)Le cygne chantait faux 3)L'ombre de la mort Trois ambiances torrides où les sentiments s'exacerbent pour conduire des stars de l'écran à d'étonnantes descentes aux enfers.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1989
Statut histoire Histoires courtes (3 récits) 1 tome paru
Couverture de la série La Dame, le Cygne et l'Ombre
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

27/05/2003 | okilebo
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Faire tenir trois histoires dans un classique 48 pages est un pari rarement gagnant. En effet, bien souvent, la manque de temps ou de place (pour peu que ces histoires soient bâties sur de bonnes idées) corsette l’intrigue et crée de la frustration chez le lecteur. Il y a un peu de ça ici. Les trois histoires sont censées être reliées entre elles par un thème général, Hollywood. Ce lien est un peu tiré par les cheveux concernant la première, se déroulant au Mexique. Cette histoire – la plus longue – n’est pas inintéressante, mais aurait clairement mérité d’être remaniée et densifiée, certains aspects à la marge du fantastique auraient pu être davantage exploités. La deuxième histoire est relativement courte, beaucoup plus « légère » en matière scénaristique. Mais c’est celle que j’ai préférée. Les différents retournements de situation, et la pirouette finale, très ironique, amène une touche d’humour noir. Le ton, et la fin, m’ont fait penser à certaines histoires narrées par Hitchcock dans sa série de courts métrages « Alfred Hitchcock présente ». Pour le coup, le format court ne nuit pas à la construction de l’ensemble, bien au contraire. La dernière histoire est sans doute la plus faible. Plus une affaire d’ambiance que d’intrigue à suivre. Vite lue et vite oubliée je trouve. La narration des trois histoires voit dominer le style indirect, avec commentaires en voix off, sur un ton souvent désabusé (assez polar noir), un rythme nonchalant. Le dessin de Berthet est un très classique ligne claire. Distrayant, mais un emprunt peut suffire.

23/09/2017 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Berthet est une figure de la ligne claire franco-belge, et se replonger dans ses œuvres de jeunesse, ou en tous les cas de la première partie de sa carrière n'est pas inintéressant. Ainsi ces trois histoires ont pour cadre Hollywood et son univers impitoyable. Mais surtout des histoires dramatiques, plus ou moins bien gérées par l'auteur. La première m'a plu par son ambiance, si particulière à la Fête des Morts ; la seconde m'a semblé trop classique dans son déroulement, elle aurait peut-être mérité une narration différente. Quant à la dernière, au-delà de sa portée symbolique -la fin du muet-, je l'ai trouvée assez pauvre. Le trait de Berthet reste très agréable et clair, même si dans sa troisième histoire il se rapproche d'un Foerster. À réserver aux fans, même si la lecture est plaisante.

19/10/2013 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

J’apprécie le trait soigné de Berthet. De plus, il sied bien au côté rétro des récits qu’il illustre. Ici, l’auteur nous sert trois histoires dont le dénominateur commun est la mort (accidentelle ou meurtre). L’ambiance distillée, propre à chaque récit, constitue certainement un point fort du recueil qui permet l'immersion totale du lecteur. Toutefois, le premier, le plus long des trois se passant à Mexico, est celui qui m’a le moins intéressé. Le second est assez bien vu dans sa chute (très jouissive) et j’ai apprécié le ton désabusé et le final inéluctable du troisième. Ce dernier m’a d’ailleurs évoqué une réminiscence d’une ancienne lecture. Souvenirs, souvenirs … Sans doute pas indispensable à l’achat mais une lecture conseillée.

02/10/2013 (modifier)
Par klod
Note: 3/5

3 nouvelles de Berthet qui semblent préfigurer Le Privé d'Hollywood. J'apprécie énormément le trait de Berthet, une belle ligne claire réhaussée de couleurs bien maîtrisées. Qui plus est, il est capable de donner vie à des personnages, hommes et femmes, aux visages tous très différents les uns des autres. C'est appréciable lorsqu'on voit le nombre d'auteurs qui semblent batailler pour essayer de différencier l'apparence des leurs. Les histoires sont bonnes. Les 2 premières notamment auraient put être développées en histoires longues du "Privé d'Hollywood" par exemple. Je conseille l'achat dans l'optique de constituer la collection des albums "Berthet" de chez Dupuis. Parce qu'isolément, celui-ci serait dispensable.

07/05/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Berthet avait déjà choisi le décor de l'âge d'or d'Hollywood dans sa série Le Privé d'Hollywood. Il l'utilise à nouveau ici pour ces trois nouvelles dans le style polar noir. La première nouvelle emmène un metteur en scène sur les traces d'un scénariste disparu au Mexique dans le cadre de la Fête des Morts. La seconde nouvelle met en scène un complot meurtrier entre un acteur et sa doublure pour les cascades. Et la dernière nouvelle voit la déchéance d'un acteur de films muets suite à un accident tragique. Le dessin net et classique de Berthet fonctionne très bien avec cette ambiance et ces décors. Par contre, j'ai un peu plus de mal avec les couleurs qui auraient pu à mon sens être bien meilleure au niveau de leur choix et de leur harmonie visuelle. Ces récits se lisent très bien même s'ils manquent d'originalité. Ce sont des petits polars noirs tout en ambiance, sympathiques mais pas inoubliables.

05/01/2006 (modifier)
Par okilebo
Note: 3/5

Avant-dernier album paru dans la collection Berthet, cette bd regroupe trois mini-récits. Ceux-ci ayant le meurtre comme fil conducteur. Le scénario est plaisant, bien écrit, avec des ambiances aux saveurs hollywoodiennes. De qualités égales, ces récits sont ingénieusement mis en scène. Les personnages ont du relief et les intrigues sont interessantes et bien menées. On nage dans le polar made in USA et c'est bien agréable . Le dessin de Berthet est très beau, dans la lignée des autres albums de cette collection. En résumé, si vous aimez les atmosphères rétro, vous aurez droit à du bon polar sans prétention. A signaler : Cet album fût le premier à inaugurer la collection Repérages ( Dupuis ).

27/05/2003 (modifier)