Mémoires courtes

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Thiriet raconte de manière très anecdotique et mélangée quelques-uns de ses souvenirs, depuis 1964 où il vit la télé pour la première fois (Thierry la Fronde, rhaaa, le bon vieux temps…), jusqu’à 2001 où il essaya de faire soigner son eczéma (charmant) par une rebouteuse.


Mimolette

Thiriet raconte de manière très anecdotique et mélangée quelques-uns de ses souvenirs, depuis 1964 où il vit la télé pour la première fois (Thierry la Fronde, rhaaa, le bon vieux temps…), jusqu’à 2001 où il essaya de faire soigner son eczéma (charmant) par une rebouteuse. Les souvenirs en question traitent de son enfance, de scoutisme, de lycée, de flirts, de petits boulots, de solex, de flipper, de rasage de pieds de porc, le tout sur un ton naïvement nostalgique et gentiment drôle.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2003
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Mémoires courtes
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

28/04/2003 | ThePatrick
Modifier


Par Ems
Note: 3/5

Encore une bd originale dans la collection mimolette. L'auteur nous offre une BD à tiroirs dans lesquels il y place pèle mêle ses souvenirs. L'organisation apparait anarchique au niveau des pages, mais il n'en est rien, les mini scenarii se suivent sans amalgames possibles. J'ai bien aimé ces petites tranches de vie livrées avec sincérité. L'auteur a beaucoup d'autodérision et un bon humour. La lecture fut plaisante et aimée. Le dessin est correct et classique pour ce genre de BD. J'ai bien aimé l'ensemble même si il ne révolutionne pas le monde de la BD ;)

22/05/2009 (modifier)

Ce petit album dépeint de façon très fragmentaire et chronologiquement désordonnée quelques souvenirs de Thiriet. La mise en page est très vivante, libre de cadres, un peu bordélique aussi, comme pour un carnet d’esquisses (un peu façon «Carnets de Bord»), c’est franchement plaisant. Le dessin, assez simple et schématique, exprime très bien ce qui doit l’être, fait passer l’humour et le dérisoire sans aucun problème… A ce titre, la première page sur les huit chats est exemplaire, et malgré sa fin tristement tragique, elle m’a fait beaucoup rire. Qu’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas ici d’une «vraie» autobiographie ! Les souvenirs décrits sont très partiels, un peu comme des choses qui nous ont marquées nous personnellement, qui ont été importantes, mais pour nous. Le ton général est faussement nostalgique, empreint d’un humour et d’une ironie qui transparaissent à chaque page, car Thiriet porte sur ce qu’il décrit un regard très lucide. Alors voilà, sans être aucunement mort de rire, j’ai trouvé «Mémoires courtes» d’une grande fraîcheur, d’une lucidité intéressante et d’un comique certes léger mais néanmoins très agréable. :)

28/04/2003 (modifier)