Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Fashion Week

Note: 1/5
(1/5 pour 1 avis)

Un polar made in Sfar.


La Mode Sfar Voleurs et cambrioleurs

Jacques Merenda, alias le Niçois, passe une soirée aussi peu tranquille que d'habitude avec son amoureuse, Loulou Crystal. Un coup de fil, et les voilà en route au débotté pour la capitale – ils étaient à Nice, évidemment, où d'autre ? But du déplacement en terre hostile : un gros coup. Un très gros coup. Une vedette à détrousser, au sens figuré, cette fois. Des bijoux. En pleine Fashion Week, on peut être sûrs que les flics seront occupés à mater beaucoup plus bas qu'il ne faudrait pour surveiller les colliers, bagues, et autres colifichets de la vedette. Ça va être facile, dans deux jours, ils sont de retour sur la Côte... Texte : L'éditeur

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Mars 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Fashion Week

14/11/2021 | Gaston
Modifier


Par Gaston
Note: 1/5
L'avatar du posteur Gaston

Il y a quelqu'un qui se souvient quand Sfar était un grand auteur ? Je peux pas paraitre trop méchant, mais depuis une bonne décennie je trouve que la qualité de son œuvre a grandement baissé. Entre ses propres séries où la plupart du temps j'ai l'impression qu'il est son seul lecteur et des collaborations parfois intéressantes qui ne dépasse pratiquement jamais le tome 1, je trouve qu'il déconne un peu trop. Pourtant, de temps en temps je lis une de ses dernières œuvres lorsque le sujet semble intéressant. Ici, c'est un polar inspiré d'un fait divers que je ne connaissais. Sfar qui fait pour une fois un polar au lieu d'un roman graphique, je voulais voir ce que cela donnait. Et ben au vu de ma note, je pense que vous avez compris que je n'ai pas du tout accroché. On retrouve les travers de Sfar: le dessin est pas trop lisible par moment et les personnages parlent encore une fois des mêmes sujets qui le passionne grandement (le sexe et la judaïté). Bon peut-être qu'ils parlent d'autre choses, j'avoue que l'histoire m'ennuyait tellement que dès que je lisais le dialogue dans une case, je l'oubliais aussitôt que je lisais celui de la case suivante. C'est vraiment indigeste, les personnages parlent plus que dans Achille Talon et ça serait pas un problème si au moins les dialogues étaient savoureux ou au moins intéressant, mais c'est juste chiant à lire. J'ai arrêté à la page 50 juste pour pouvoir dire que j'en avais lu assez pour mettre un avis, mais franchement j'aurais écrit la même chose après avoir juste lu 10 pages. Sérieux, j'ai eu l'impression, comme avec d'autres production de Sfar, que j'avais lu le premier jet ou le brouillon et… (lire plus)

14/11/2021 (modifier)