Les Révoltes vigneronnes

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Cultiver, c’est se battre.


Bouffe et boisson Corbeyran Le Vin Occitanie

Languedoc, 1907. Gaston, douze ans, aide son père dans la vigne familiale. Le travail est pénible, le père est taciturne. Il effectue le boulot de la taille sans prononcer le moindre mot. Pour cause : voilà plusieurs années que, compte tenu de la concurrence déloyale des fraudeurs et des lois scélérates qui ne protègent pas assez les producteurs, les vignerons français se portent au plus mal. Un changement est nécessaire. Aussi une manifestation est prévue dans les prochains jours à Narbonne. Mais celle-ci sera réprimée dans le sang. Un drame qui va marquer Gaston pour le reste de sa vie...

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 30 Octobre 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Les Révoltes vigneronnes © Glénat 2019
Les notes
Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

14/11/2021 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Voila un album instructif de cette collection Vinifera qui éclaire un pan d'Histoire mal connu. En effet, j'ignorais tout de cette révolte de 1907 à Narbonne qui a mis le feu aux poudres et dont découlera la mise en place des Appellations d'Origine Contrôlée (ou AOC). En fait, il y avait un incroyable trafic de vin grâce à des gens peu scrupuleux qui produisaient une immonde vinasse et que des lois scélérates trop permissives leur permettaient d'écouler dans toute la France, en étranglant les petits producteurs. Les auteurs mettent en parallèle le destin de Gaston et de sa famille, un garçon du Languedoc qui va avancer péniblement dans cette industrie frelatée, avec le mouvement des vignerons et de ses conséquences pendant les 30 années qui suivront la révolte de 1907. Les ressorts narratifs sont assez bien gérés, même si la partie fictionnelle autour de Gaston prend le pas sur les aléas d'une société en pleine mutation (politique gouvernementale à propos du vin, Première guerre mondiale et ses retombées, premières lois applicables etc...) ; Corbeyran semble être à l'aise avec cette réalité historique au travers des différentes lois qui ont protégé la qualité des vins, avec les différentes répercussions que ça implique, non seulement dans le Languedoc, mais aussi dans les autres vignobles français. Le chemin sera long mais ça en vaut la peine. Ce que montre la partie fictionnelle n'est pas non plus négligeable, car des mauvais patrons abusant de leurs employées, ou les tenant à leur botte sous peine de se retrouver à la rue, il y en a eu aussi, ça montre la condition déplorable des ouvriers agricoles dans ces années 20 et 30, faut pas s'étonner qu'il y ait eu des révoltes ou des révolutions. Rollin s'en sort bien au niveau graphique, comme dans 1855 - Le Classement des vins de Bordeaux, son dessin est classique et sans génie, mais il retranscrit bien les décors urbains et les paysages de vignes. En résumé, cet album explique avec justesse les conséquences des événements de 1907 qui ont conduit à la mise en place de mesures et de réglementations strictes dans le monde viticole. Tout ceci est d'ailleurs plus clairement relaté dans le dossier très instructif de fin d'album.

23/09/2022 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Ce tome de la collection Vinifera revient sur les révoltes vigneronnes qui ont marqué l’année 1907 mais s’étale en vérité de 1900 à 1935, histoire de comprendre l’origine de ces révoltes et leurs répercussions à long terme. Bon ! De prime abord, les motivations qui ont mené à la création et à la mise en place des AOP et autres AOC m’intéressaient et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai eu envie de lire cet album mais force est de reconnaître que cet aspect est finalement peu clairement mis en lumière au travers de ces pages et que la dimension fictive de l’album l’emporte sur son caractère documentaire. Et là, pas de bol, le destin des différents personnages ne m’a pas spécialement touché tant il m’a semblé artificiel, d’un pathos insistant et finalement conçu bien plus pour pouvoir illustrer ces révoltes vigneronnes que pour proposer un vrai récit dramatique. Et à force de swinguer entre son caractère historique et sa dimension dramatique fictive, l’album n’aboutit nulle part. Les explications historiques me sont apparues peu claires et souvent superficielles tandis que, comme dit précédemment, l’aspect fictionnel est juste digne d’un téléfilm français (ce qui n’est pas vraiment un compliment de ma part). Au niveau du dessin, le trait de Lucien Rollin est lisible et efficace. Pas le genre de trait qui marque une lecture mais un style qui convient à ce genre de concept, réaliste, sobre et très lisible. Malheureusement, je me suis tellement ennuyé durant ma lecture que je n’ai même pas eu le courage de lire le dossier de fin d’album (qui, pour le coup, m’en aurait très certainement plus appris sur cette période en 10 pages que la bd). Cet album n’a donc pas atteint l’objectif qu’il s’était fixé et je ne peux donc dire que bof…

14/11/2021 (modifier)