Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Tananarive

Note: 4.22/5
(4.22/5 pour 9 avis)

Il n'est jamais trop tard pour vivre une grande aventure.


Futurs immanquables Glénat One-shots, le best-of Road movie Troisième âge

Au soir d’une vie rangée et précautionneuse, un notaire en retraite va partir à l’aventure pour la première fois de son existence. Petite aventure, mais véritable odyssée pour lui. Lancé aussi vite que ses vieux os le lui permettent sur les traces d’un hypothétique héritier, au volant d’un coupé qui n’avait jamais quitté le garage et accompagné d’un curieux passager, il va découvrir qu’il n’est jamais trop tard pour en apprendre sur les autres... ... et sur soi-même.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 08 Septembre 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Tananarive

09/10/2021 | Yann135
Modifier


Par Cacal69
Note: 4/5
L'avatar du posteur Cacal69

Tananarive, capitale de Madagascar, et bien cet album ne nous y emmène pas, nous allons vadrouiller dans ma chère et belle région des Hauts de France avec une petite incursion en Belgique. Un titre trompeur ? Pas tout à fait. Mark Eacersall a concocté un road movie qui nous fait voyager physiquement dans le nord de la France et en Flandres Occidentale mais aussi par les souvenirs de Joseph à travers le monde. Amédée notaire à la retraite et Joseph ancien légionnaire sont voisins, ils se voient régulièrement jusqu'au décès brutal de Jo. De-là, Amédée n'aura de cesse de rechercher le fils de son ami. Notre papy va se transformer en détective privé. Une enquête qui fera "naître" un Amédée tenace, débrouillard et vivant, ce qu'il n'était pas. Cette introspection va lui ouvrir les yeux et révéler quelques mensonges. Une narration faite d'échanges entre notre papy et le fantôme de Joseph qui donnent du rythme et un ton tantôt léger, tantôt colérique. Quelques raccourcis comme la scène dans le bar des légionnaires mais qui n'ont pas altérés ma lecture. Je me suis laissé embarquer dans cette aventure toute en nuances. Le dessin de Sylvain Vallée est lisible, tout en clarté et fouillé. Une mise en page intelligente et des jolies couleurs participent au plaisir visuel. A découvrir.

26/12/2021 (modifier)
Par Benjie
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Benjie

Avant d’ouvrir l’album, je m’attendais à lire une histoire de « vieux fourneaux » tout en espérant que les auteurs allaient réinventer le concept. Eh bien franchement, c’est réussi. Le scénario est à la fois simple et surprenant. A peine commencée, l’histoire prend un virage inattendu qui emmène le lecteur sans doute moins loin qu’il l’imaginait mais très loin dans une quête personnelle pleine de tendresse et d’humanité. Deux héros qui n’auront pas été au bout de leurs rêves s’embarquent pour une enquête chaotique en forme de road movie. Ce sursaut d’énergie au seuil de la vieillesse est touchant. C’est drôle… quand Amédée se confronte au monde très clos de la Légion ou quand il s’épuise dans le labyrinthe de la fonction public et de ses agents zélés. C’est beau, comme l’est le dessin, comme le sont les couleurs. Les personnages ont de vraies gueules qui expriment toute la gamme des sentiments : la curiosité, la colère, la tristesse, la volonté… et les cadrages très réussis créent une grande intimité avec les personnages. Une très belle lecture.

12/12/2021 (modifier)
Par Ju
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Ju

A la lecture du titre, et au vu de la couverture, je m'attendais a lire une bd où un mec âgé, qui a toujours rêvé d'aventure, part à travers le monde pour découvrir la vérité sur son meilleur ami. De fait, on a bien droit à un mec âgé qui a toujours rêvé d'aventure et qui part de chez lui pour découvrir la vérité sur son meilleur ami, mais dans un périmètre un peu plus limité que "le monde entier". Le nord de la France avec un crochet par la Belgique, quoi. Et au final, cette deception qui pourrait aussi bien toucher le lecteur qu'elle touche le héros est la grande force du récit. Des bds où un mec plus ou moins âgé se rend compte que sa vie est plus ou moins ratée après un évènement dramatique ou/et surnaturel, il y en a un bon paquet. Mais celle-ci, dans le paquet, s'en extrait plutôt remarquablement. Le fait que le héros ne s'accomplisse pas vraiment mais aille de désillusion en désillusion apporte plus que si il laissait vraiment tout tomber pour partir je ne sais où ou commencer je ne sais quelle vie. Là, Amédée reste conscient de son état, de sa vie, mais se pousse quand même à se dépasser. C'est plutôt sympa car on se dit que sa vie ne sera pas radicalement différente après cette expérience, ce à quoi je pouvais m'attendre personnellement (il faut dire que je suis dans le thème en ce moment avec Quelqu'un à qui parler et Les Deux Vies de Baudouin), mais que cette aventure avec un petit a va lui servir et rendre sa vie plus agréable. J'ai vraiment pris plaisir à découvrir cette histoire, qui se lit rapidement, peut être un peu trop : j'aurais bien aimé rester un peu plus dedans. Autre petite chose qui a pu me déranger, le fantôme de Jo qui n'a pas, j'ai trouvé, une utilité démesurée et dont il aurait peut être été possible de se passer. Mais il maintient aussi une sorte de rêve qui garde notre héros un peu à flot et lui permet de garder la tête hors de l'eau. C'est le seul truc un peu "facile" que j'ai trouvé dans le récit, et il ne prend pas non plus une importance démesurée. Au niveau du dessin, je ne peux pas dire que je sois un énorme fan, graphiquement, du style de Vallée, mais je lui reconnais une foule de qualités. Déjà, il est unique et hyper reconnaissable. J'aime bien, je l'avoue, pouvoir identifier immédiatement une oeuvre et la rattacher à un dessinateur. Ce n'est pas le seul mais mine de rien ce n'est pas non plus le cas pour tous. Ensuite, si la forme des visages est ce qui peut me déranger le plus esthétiquement parlant (et les oreilles qui ont toutes l'air d'être celles de premières ou deuxièmes lignes de rugby), ils sont hyper expressifs. Les personnages ne se ressemblent pas du tout et ont un truc particulier, chacun, dans le regard. Le dessin arrive à les rendre tous uniques, même les plus secondaires. Pour avoir lu d'autres bds de Vallée, (j'ai d'ailleurs bien aimé le clin d'oeil à Katanga dans une des aventures de Pinpin), j'ai l'impression qu'il est au sommet de son style graphique. Bref, le dessin, s'il n'est pas du style que je préfère, est top et l'histoire, si elle part d'un postulat ultra classique, est parfaitement maîtrisée et s'en détache. Foncez.

11/12/2021 (modifier)
L'avatar du posteur bamiléké

Je trouve cet album irrésistible sur plusieurs plans. De présenter des "héros" vieillissants est un peu tendance en ce moment. Ici quel régal. Est-ce parce que j'ai un fils Carolomacérien ? Un autre fils métis ? Un tonton para en Indochine démobilisé comme Max ? Ou alors cette bonne ville de Lille que j'aime beaucoup et cette chaleur des Nordistes ? Toujours est-il que cette série m'a fait vibrer. Je viens de divulguer une partie du scénario qui est à la fois original, drôle, tendre et plein de sens. Ce type de récit me fait penser au "Choucas" avec un enquêteur improbable sur une recherche biscornue. J'adore. Les dessins et couleurs sont au niveau, excellents. Des "gueules" de type caricatures qui expriment tous les sentiments possibles. Ces paysages du Nord si bien représentés. Faire d'un notaire un personnage aussi sympathique que notre Amédée est déjà une prouesse. Il y a des passages tellement drôles (le coup de fil aux archives) et d'autres tellement émouvants (la rencontre avec Jo) que j'applaudis à tous ces dosages de registres. Oui ! Amédée vivre ! Vivre encore une fois, au soir de sa vie, une vraie aventure. Une aventure qui vous fait sentir la morsure du soleil, le regard des belles filles, celle qui vous confronte à vos limites ou à vos peurs ? Celle que vous n'avez jamais osé entreprendre depuis votre pavillon cossu Marnais. Pour apporter un sourire dans cette chienne de vie. C'est bien cela qui restera au bout de la route.

02/12/2021 (modifier)
Par Blue boy
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Blue boy

L’aventure, genre très apprécié dans la production littéraire à travers les siècles, existe-t-elle dans la réalité ? C’est à partir de ce questionnement que le scénario de « Tananarive » a été échafaudé, un questionnement incarné par ce flamboyant papy qu’est Joseph Seigneur, ex-légionnaire aux milles vies irradiant les grands espaces et les jungles luxuriantes d’une époque révolue. Coulant une retraite paisible dans un petit village marnais, le vieux célibataire aime à relater ses récits de voyages lointains à son voisin Amédée, qui lui voue une admiration sans bornes. Lorsque ce dernier traverse la rue pour aller écouter son ami aventurier des heures durant, il en oublierait presque de regagner le foyer conjugal, au grand dam de son épouse Françoise. Pour Amédée, notaire en retraite « avec un problème de dos », conscient que son âge avancé ne lui permettra plus de franchir les frontières de son département, les souvenirs de Joseph sont un fantastique moyen d’évasion vers des horizons désormais inaccessibles. La mort brutale de ce dernier va fournir à Amédée le prétexte parfait pour vivre à son tour une expérience qu’il n’avait jamais osé tenter. De nouveau rallumé, notre vieux fourneau va ainsi partir à la recherche des héritiers de son ami Joseph au volant de son antique Triumph qu’il avait remisée au fond de son garage, dans un road trip échevelé qui va le mener à travers le nord de la France et la Belgique. Contrairement à ce que suggère le titre de l’album, on ne verra les contrées exotiques de Madagascar que grâce à l’imagination fertile du vieil homme qui fera également revivre Joseph pour lui servir à la fois de copilote… et de mentor… Inspiré par une simple réplique d’Amédée, « Tananarive » joue à fond sur les contrastes, tant des lieux que des personnages. La banlieue grisâtre de Maubeuge ou la cité HLM déglinguée de Calais n’ont assurément rien pour faire rêver, et les chutes du Zambèze évoquées par ce vieux baroudeur de Joseph ne font que se fracasser piteusement sur le balai de l’employé municipal évacuant les détritus vers les égouts de la ville. Quant aux deux protagonistes, ils n’ont guère de choses en commun si ce n’est leur âge. Joseph, tout refroidi qu’il est, porte beau et respire la santé, tandis qu’Amédée se traîne, voûté sous le poids d’une vie terne et insipide. Mark Eecersall a su produire un scénario enlevé, où humour et tendresse forment un parfait équilibre. Les personnages sont très bien campés et les dialogues ciselés font mouche, s’accordant à merveille avec le dessin vif et expressif de Sylvain Vallée, dont le talent s’était révélé avec la saga « Il était une fois en France ». Dans ce récit initiatique plein de finesse, Amédée apprendra, à travers les personnages qui l’ont fréquenté, que Joseph, un brin mythomane, n’était pas tout à fait celui qu’il prétendait être. Parallèlement, le vieil homme va révéler le meilleur de lui-même au crépuscule de sa vie, prouvant peut-être qu’il n’y a pas d’âge pour être le « héros » de sa propre existence, sans qu’il soit pour autant nécessaire d’écumer le monde. Malgré son côté parodique, l’histoire s’avère un hommage respectueux à la BD d’aventure franco-belge — non seulement à travers le contexte géographique, mais aussi le clin d’œil à Tintin. Sous ses airs de comédie déjantée, « Tananarive » soulève des tonnes de questions, notamment sur la destinée humaine et les choix qui la forgent — bien souvent, nos propres choix —, mais également sur la transmission. Non sans causticité, les auteurs démystifient les « faux aventuriers » tout en étrillant les hypocrites mesquins uniquement préoccupés par l’appât du gain et leur statut social. En somme, si l’aventure épique n’existe que dans la fiction, ne serait-elle pas plutôt une source d’inspiration métaphorique visant à conduire dignement nos existences « ordinaires » ?

17/11/2021 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Encouragé par les avis très positifs des autres lecteurs et par la presse, je me suis procuré « Tananarive » sans hésitation d’autant plus que j’avais adoré le travail de Sylvain Vallée sur « Il était une fois en France ». Pour la petite histoire, Tananarive est l’ancien nom de la capitale (appelée maintenant « Antananarivo ») de Madagascar. « Tananarive » nous raconte les péripéties d’Amédée, un notaire à la retraite, pour retrouver un héritier à son ami Jo qui vient juste de décéder. Voici pour le résumé très court de cet album, c’est donc un road trip que nous présentent Sylvain Vallée et Mark Eacersall (scénariste). Amédée en est le personnage principal mais les auteurs ont eu la bonne idée d’intégrer Jo, tel un fantôme toujours aux cotés de notre notaire retraité, en train de lui balancer des énigmes pour qu’il progresse dans sa recherche et de lui commémorer les bons (et mauvais) moments passés ensemble. Cela donne des scènes et des dialogues assez cocasses d’autant plus que Jo se révèle un sacré beau-parleur (et menteur !) au fil de la lecture… Le tout nous offre un récit très agréable à lire et touchant. Les auteurs nous offrent une histoire qui nous fait réfléchir sur le sens de la vie, sur la question de profiter à bloc de notre existence… Bref, sous des allures de récit comique et sympa, les péripéties d’Amédée se révèlent au final assez tristes… Mais voilà, une fois ma lecture terminée je suis quand même resté sur ma faim car de nombreuses situations me sont apparues peu probables, je n’ai pas envie de vous les citer de peur de vous gâcher les surprises qui apparaissent dans la lecture de cette bande dessinée. J’ai eu le sentiment de me retrouver face à un récit qui accentue les effets tragiques. Les enchainements semblent être « téléphonés » afin d’amener le lecteur vers la finalité de cette bd. J’espère me faire comprendre… Graphiquement, Sylvain Vallée a vraiment fait un très bon boulot, ceci n’est pas une surprise pour moi car j’avais hautement apprécié son coup de patte sur « Il était une fois en France » : narration impeccable, personnages facilement identifiables au premier coup d’œil et expressifs, mise en page et découpage « cinématographique », belle mise en couleurs (album préféré au noir et blanc car la couleur apporte -à mon avis- un vrai plus à cette bd). Petite remarque : Connaissant très bien la ville de Calais, non, monsieur Vallée, il n’y a pas ce type d’oiseaux en bord de plage là-bas ! Sacré blagueur va ! Au final, ce duo d’auteurs nous présente un album très plaisant à lire, assez touchant et graphiquement très réussi. Mais voilà, après lecture, je suis resté quand même soupçonneux à la vue des scènes et des réactions qui me sont apparus téléphonés, comme si des évènements ont été mis de force pour nous amener inévitablement vers ce final. Note finale : 3,5/5

21/10/2021 (modifier)
Par Polette
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Polette

Après des années de silence, je reprends la plume, euh enfin le clavier, pour vous dire à quel point ce récit m'a touchée. Un road trip du troisième âge c'est du déjà vu, me direz vous. Pourtant dans la lignée des romans graphiques sur les vieux, celui ci se distingue particulièrement. J'ai d'abord été attirée par la graphisme qui est tout ce que j'aime : trait précis, visages expressifs, de belles couleurs. J'ai trouvé dans l'épopée d'Amédée, le notaire retraité, une belle ode à la vie. En partant à la recherche de l'héritier de son ami, ce bonhomme sympathique va vivre des aventures cocasses aux quatre coins du monde des hauts de France. Il rencontre des personnages hauts en couleur qui lui en apprendront beaucoup sur son ami, mais il en apprendra encore plus, sans le savoir, sur lui même. Car au delà de ce coté amusant du scénario, j'ai particulièrement apprécié la réflexion que celui-ci apporte sur le temps qui passe, le coté éphémère de la vie, la nécessité de profiter de chaque instant. Le message de fond "ne passe pas à coté de ta vie" résonne encore dans ma tête après avoir refermé l'album.

11/10/2021 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

Avec tout le bien que j'en entend ici ou là, j'en serais presque déçu de ne trouver cette BD "que" franchement bien. Mais je ne boude pas mon plaisir tant cette lecture est plaisante. Déjà graphiquement c'est un régal. Les dessins sont vraiment excellents. Que ce soit les personnages ou les décors, c'est une réussite totale. Et pour ne rien gâcher, le découpage et les cadrages sont juste parfaits. Lisible, dynamique, esthétique... un sans faute. Tout ça donne un album qui procure un vrai plaisir visuel, une vraie invitation à dévorer les planches et à profiter du récit. Et justement le scénario est à la hauteur. On trouve ce qu'il faut d'originalité pour qu'on ait envie de plonger dans l'histoire : en 3 pages à peine on est déjà dedans. On trouve ensuite ce qu'il faut de piments pour qu'on n'ait pas envie de reposer l'album avant de connaitre le dénouement. Si des histoires mettant en scène des personnes âgées ont connues pas mal de succès ces derniers temps, Tananarive tire son épingle du jeu tranquillement mais surement. Suivre Amédée, notaire retraité, qui remonte le fil du temps à la recherche de l'héritier de son ami fraichement décédé, est une aventure amusante et attendrissante à la fois. Je ne peux pas dire que j'ai trouvé ça drôle ou émouvant, je ne peux pas dire qu'il y a un suspens à couper le souffle autour du passé de l'ami qu'on arrive assez vite à cerner, mais voilà il y a une vraie alchimie qui opère. Cette BD donne le sourire et c'est bien là le principal.

11/10/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Yann135

Je ne sais pas vous, mais quand j’étais gosse, il y avait un truc que j’adorais… faire un tour de manège et surtout décrocher la queue du Mickey ! Quelle fierté ! Que du bonheur de savourer cette prise qui semblait inaccessible. Avec cet album, j’ai de nouveau ressenti cette jubilation d’antan. Que c’est bon, que c’est délicieux d’être emmené en quelques planches loin de tout. J’étais pourtant un peu sur la retenue avant de me procurer Tananarive. Le battage médiatique autour de la sortie de cet album ne m’encourageait pas. J’ai pourtant craqué dès que j’ai feuilleté celui-ci. Mais que c’est beau visuellement. Un petit bijou graphique. Le dessin de Sylvain Vallée est juste terrible avec un découpage cinématographique. Les gros plans sont formidables et les personnages expressifs. Quant à l’histoire, je suis tombé à la renverse. Magnifique. Ce duo improbable, Amédée le notaire à la retraite et Jo l’aventurier bourlingueur, va vous entrainer dans leur sillage. Vous ouvrez l’album et vous ne pourrez pas le fermer avant de connaitre la fin. Hummmm c est exquis. Le scénario est maitrisé de A à Z. Pas une minute de temps mort. L’expédition du notaire en quête de l’héritier de son ami, va vous charcuter jusqu’en dans vos entrailles. C’est bouleversant. C’est que j’en reprendrais bien un peu de Tananarive. Oyé oyé chers lecteurs de BDthèque, précipitez vous dans votre librairie pour vous procurer cette pépite. Ce road trip sénior, c’est votre rayon de soleil assuré. Coup de cœur évidemment et un 5 étoiles ! Je ne peux pas mettre moins tellement j’ai aimé.

09/10/2021 (modifier)