Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

L'Arbre à came

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Polar SF improbable.


Les années Métal Hurlant

Tiger et son amie Lucrecia cherchent à comprendre ce qui se passe après l'assassinat d'un dealer. Les soupçons se portent sur les fous furieux d'une secte, mais finalement, l'explication est bien plus étrange et inquiétante...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 1981
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Arbre à came

03/07/2021 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Voila, ben moi qui voulait poster cet album, j'aurais dû me décider plus tôt, j'en parlais même l'an dernier dans mon avis sur Parodies (Voss), mais on m'a devancé, ça m'apprendra à être devenu fainéant. J'aime beaucoup ce que fait Alain Voss, même si c'est complètement perché et très space la plupart du temps ; j'ai toujours lu avec amusement ses mini récits dans Métal Hurlant comme "Nep Simo", "Kar War", "Adrénaline" (seul album où il utilise la couleur) ou Heilman et cet "Arbre à came" qui est aussi barré que les autres et qui fut pré-publié dans Métal Hurlant entre la fin des années 70 et le tout début des années 80. J'aime surtout son dessin au noir & blanc encré épais mais élégant, aux lignes pures et souples qui donnent de belles formes à ses héroïnes parfois peu vêtues. Les récits de Voss rassemblés dans des albums parus tous aux Humanos, sont fondés sur des scénarios qui n'ont souvent aucun sens et qui partent dans plein de directions ; c'est exactement ce qu'on trouve dans "l'Arbre à came" qui est un mélange de délire foutraque, de SF et d'érotisme sage dans un ton totalement décalé et loufoque. Les situations sont comico-délirantes, et l'insolite le dispute à un humour très spécial qui peut ne pas faire sourire, j'en suis conscient, je crois qu'il n'y a que moi que ça amuse... On retrouve dans ce récit des personnages que Voss balade dans ses autres albums, à savoir Tiger le Hell's Angel beau gosse, Lucrécia la punkette moulée de la tête aux pieds dans une combi qui semble être son unique vêtement ; parfois, ils sont rejoints par Max le loulou aux grosses lunettes noires, et tous cavalent sur de grosses motos. C'est donc un album qui pourra surprendre le lecteur moyen, il s'inscrit dans un courant de BD rock qui sévissait à l'époque chez Métal Hurlant et qu'on retrouvait dans Lucien de Margerin, il n'y a pas grand chose à comprendre, il faut accepter de se laisser porter par les turpitudes des personnages et les situations absurdes, en tout cas c'est vraiment inclassable, Noirdésir a bien fait de ranger la bande dans cette catégorie, et moi je garde pour cette bande une certaine affection, sans trop savoir pourquoi.

10/07/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Étrange album que celui-ci, finalement bien dans l’air du temps où il a été publié (et très raccord avec certaines influences qui jouaient aux Humanos à l’époque). En effet, on est dans une ambiance très rock (et un peu punk), pas mal foutraque aussi. C’est une sorte de thriller dans lequel la SF – et un peu de fantastique – jouent un rôle assez fort, dans des décors urbains assez froids, avec des personnages de banlieusards (mécanique et esthétique font penser aux années 1960) auxquels se mêlent une improbable nana, Lucrecia, motarde maquillée avec un costume moulant intégrale type super héros, et des membres d’une secte déjantée, portant des casques à mi-chemin de casques vikings et de casques militaire allemands. Vous ajoutez à tout ça une sorte d’invasion venue de je ne sais où, une sorte d’arbre à came (je pensais au départ au côté mécanique, eu égard aux motards qui peuplent cet album, mais c’est bien un arbre à canabis !). L’intrigue est improbable et pas assez construite je trouve, c’est un gros délire (je vous ai passé quelques aspects de celle-ci) et, si je reconnais à Voss une bonne imagination, je suis resté sur ma faim. Note réelle 2,5/5.

03/07/2021 (modifier)