Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Ed Brubaker présente Catwoman

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Brubaker revisite le personnage de Catwoman antihéroïne cambrioleuse/voleuse de l’univers Batman dans un rôle de justicière.


Batman Catwoman DC Comics Univers des super-héros DC Comics

Disparue depuis des semaines, Selina Kyle, dite Catwoman, est elle arrivée au terme de ses neuf vies ? C'est ce que le détective Slam Bradley tente de découvrir, mais la pègre de Gotham, ainsi que sa haute société ne semblent pas enclins à répondre à ces questions.

Scénaristes
Dessinateurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Juillet 2012
Statut histoire Série terminée (Histoire complète, je ne sais pas s'il y aura d'autres tomes) 4 tomes parus
Couverture de la série Ed Brubaker présente Catwoman

27/05/2021 | Ubrald
Modifier


Par Ubrald
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ubrald

Après lecture des 4 tomes. J’ai bien aimé, ce n’est pas un comics déconnant et superficiel avec des super héros, des super pouvoirs dans tous les sens, non ce sont des dialogues, des enquêtes, du polar noir à la Brubaker, auteur que j’apprécie. J’ai hésité à mettre 4, mais c’est plutôt un bon 3.5. Au fil des 4 tomes si le scénariste Brubaker ne change pas, c’est en revanche le cas du dessinateur et j’avoue avoir une préférence pour Darwyn Cooke (tome 1) dont le style met en valeur la félinité de Catwoman et dont les couleurs sombres siéent mieux à l’ambiance polar de l’intrigue. Les couleurs plus vives des 3 tomes suivants sont à mon sens moins appropriées pour du policier/thriller (excepté pour quelques scènes sanguinolentes avec Black Mask). J’ai apprécié le personnage du détective privé Slam Bradley, sorte d’hybride entre Philippe Marlowe et gros barbouze. Le contraste entre la personnalité très manichéenne de Batman et celle plus nuancée de Catwoman est sympathiquement mise en évidence à plusieurs reprises. Le récit se passe principalement dans le East End de Gotham City où la pègre sévit, c’est similaire au Hell’s Kitchen de Daredevil mais sans son côté parfois mélancolique dépressif (même si j’adore Daredevil hein surtout celui de Miller ! ;-))

27/05/2021 (modifier)