Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Blood Song

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 5 avis)

"A Silent Ballad"


BD muette Carte à gratter Comix Dark Horse Comics

Un village, perdu dans la jungle. Des habitants, vivant de la pêche, de la culture, de la récolte, dans des maisons de bois et de paille. Notre héroïne part chercher de l’eau à la rivière. A son retour, son existence bascule. Le village est attaqué, la fuite est inévitable. Son échappée l’emmène par delà les champs et la jungle, au travers les montagnes et les océans, pour aboutir à la Civilisation avec un grand C. Immeuble, foule, pollution, violence… notre jeune sauvage va découvrir notre monde de tous les jours… consternation, stupeur… et finalement amour ? Au travers cette aventure purement constituée d’image (pas de texte du tout), laissez vous porter, voyagez, rêvez … et posez vous une fois de plus la question existentielle : « Serions nous vraiment moins heureux sans cette civilisation et ce progrès qui nous tiennent tellement à cœur ? ».

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Novembre 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Blood Song

11/03/2003 | Alix
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Décidément, les éditions Tanibis ne cessent de me surprendre ! En effet, on a une nouvelle fois un travail original, qui sort des sentiers battus – et de ce que je connaissais de leur catalogue. Je découvre aussi cet auteur, artiste engagé si j’en crois la longue préface de Joe Sacco. L’aspect graphique est beau et surprenant. En effet, Drooker travaille à la carte à gratter, et a rehaussé le tout à l’aquarelle. Si de petites touches de couleur (quelques rares flammes, un papillon ou un oiseau) font quelques apparitions, c’est une bichromie dans laquelle un bleu nuit domine qui habille l’histoire. Histoire qui se lit très vite (c’est le principal reproche que l’on peut faire à cet album). Le démarrage est très lent, contemplatif (j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, craignant de découvrir une mièvrerie), mais ce décor naturaliste posé prend tout son sens lorsque la violence s’installe. Le contraste entre cette « nature » et ceux qui vivent en harmonie avec elle (en l’occurrence une jeune femme avec son chien/loup) et les soldats qui viennent tout détruire est violent (on pense évidemment à la guerre du Vietnam, au massacre de Mai Lai). La jeune femme fuit, avec toujours autour d’elle une violence latente (les requins par exemple), jusqu’à arriver à la ville (qui ressemble à New-York, même si aucun lieu n’est clairement identifiable dans cette histoire). Et cette ville/civilisation se révèle elle aussi violente, même si la femme y rencontre l’amour. Le malheur la poursuit, mais la vie – et donc l’espoir – semble prendre le dessus vers la fin. Si j’en crois la présentation de l’auteur par Sacco, il faut sans doute lire cette histoire comme une métaphore, Drooker cherchant à dénoncer la société moderne, et à défendre la liberté, l’amour, comme refuge ultime de la vie. Lecture agréable donc, visuellement originale. Mais il manque de la consistance à l’histoire pour lui faire dépasser le stade récréatif, et lui donner plus de force.

24/12/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Les bd muettes sont généralement un exercice plutôt difficile car il faut absolument que les images parlent d'elles-mêmes afin de comprendre le sens de l'histoire. Je me fourvoie assez souvent avec ce type de bande dessinée. Cependant, en l'occurrence, j'ai été plutôt assez charmé par la puissance de ces dessins à l'aquarelle. J'ai par ailleurs compris que le thème principal est celle d'une réfugiée obligée de fuir son île pour atterrir dans une mégalopole où les musiciens ne sont pas très bien vus. Elle va tomber amoureuse. Oui, c'est pas mal pour une fable muette. Il se dégage en tout cas une grande puissance évocatrice.

14/03/2019 (modifier)
Par gruizzli
Note: 3/5
L'avatar du posteur gruizzli

C'est beau, indéniablement. C'est bien dessiné, ça donne envie de lire et de se plonger dans la suite du récit. Le côté muet de l'album apporte une touche supplémentaire pas désagréable, et c'est immersif, avec ces pages noires et ces dessins en grand format. C'est également une BD à l'histoire très sympathique, entre la guerre du Vietnam et le New-York bien différent de l'image jolie qu'on peut en avoir. C'est surtout la vie d'une fille seule, dans un monde violent et où elle n'est pas née dans le bon camp. Mais cela n'empêche pas que la BD est un peu vite lue quand même, et qu'on se retrouve avec un album qui se relit très vite également. Je retiens le dessin, qui est vraiment beau, et une histoire sympa, mais rien qui ne m'a particulièrement marqué. Dans le genre BD muette, j'avais trouvé que Un océan d'amour se relisait bien mieux. Ca reste bon, très bon même, mais pas non plus dans la catégorie des indispensables.

24/10/2017 (modifier)
Par Jérem
Note: 4/5

Très bel album que ce Blood Song. On y suit l’odyssée moderne et muette d’une jeune fille fuyant la violence de son pays. C’est extrêmement touchant et immersif notamment grâce au talent graphique de Drooker. Non content de proposer un dessin de haut niveau, il excelle dans le cadrage et le mouvement des personnages. L’histoire est muette mais d’une très grande clarté pour le lecteur. Voici une BD originale et envoutante à découvrir absolument.

07/02/2012 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Qu’est ce qui m’a poussé à acheter cette BD, je ne sais pas. Les œuvres qui sortent des sentiers battus, c’est pourtant pas mon truc d’habitude. Alors une BD de 300 pages sans texte ! Et pourtant à peine ouverte, j’ai su que c’était celle-ci que j’allais acheter. C’est beau. Les dessins sont majestueux, et parfaitement mis en valeur par des belles couleurs à l’aquarelle. Les paysages sont magnifiques, le dépaysement est garanti. Définitivement LA raison qui m’a poussé à investir (24 euros quand même). L’histoire elle même est assez classique, et n’apporte rien de neuf dans le genre « réflexion sur notre civilisation ». Mais l’absence de texte rend l’œuvre fascinante. Pas de texte pré-écrit, tout se raconte dans notre esprit, les mots, les sons, les cris… Un livre rempli de poésie qui vous intéressera sans doute si vous aimez tout ce qui sort de l’ordinaire. PS : L’auteur est apparemment très connu aux USA pour son album Flood!, autre histoire sans texte également disponible chez Tanabis.

11/03/2003 (MAJ le 15/09/2010) (modifier)