Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Yojimbot

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Avec "Yojimbot", Sylvain Repos signe une première oeuvre au rythme effréné où le fracas des sabres s'entrechoquant au gré de combats dantesques se mêle avec maestria à un récit post-apocalyptique des plus aboutis !


Après l'apocalypse... Nouveautés BD, comics et manga Robots

Japon, 2241. Suite à la « 3e crise de l'homme », la surface de la Terre est devenue inhabitable pour l'être humain. Parmi les ruines, ne restent que des robots. Mais l'un d'eux (un Yojimbot, robot samouraï) tombe inopinément sur Hiro, un jeune garçon, et son père qui cherchent à échapper à une troupe armée. Le Yojimbot se défait de l'escouade et sauve l'enfant. Il va vite comprendre que, de la survie d'Hiro, dépend le sort de l'humanité....

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Janvier 2021
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Yojimbot
Les notes (1)
Logo BDfugue Achetez sur BDfugue !

05/02/2021 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Voici ce que j’appelle un excellent choix pour des lecteurs entre 13 et 15 ans ! Malgré sa forte pagination, ce récit se lit facilement et rapidement. Les deux raisons principales sont, d’une part des personnages de robots dépourvus de parole et, d’autre part, de nombreux combats bien mis en scène. Du coup, durant les passages plus calmes, les dialogues se résument à peu de texte et lorsque l’action est au rendez-vous, les pages défilent au même rythme que les cascades. Et franchement, c’est très agréable car lecture rapide ne veut pas dire ici lecture vide. Tout d’abord, l’auteur a brillamment humanisé ses « Yojimbot » (contraction entre Yojimbo, soit un garde du corps dans le Japon médiéval, et un robot). Ceux-ci deviennent touchants, amusants et laissent paraître des émotions alors même qu’ils ne font qu’obéir aux lois de la robotique chères à Isaac Asimov. Et là intervient un des coups de génie de l’auteur : avoir créé une corrélation entre un samouraï du Japon médiéval et un robot obsolète du futur. Même dextérité, même sens de l’honneur, même opposition entre ces personnages respectueux de règles et leurs ennemis, souvent bien moins vertueux. Et du coup, ces Yojimbot sont magnifiquement cohérents… et d’autant plus attachants. Ensuite, l’histoire, même si elle est assez simple, garde suffisamment de parts d’ombres pour nous tenir en haleine. A la fin du premier tome, nous ne connaissons pas encore tous les enjeux de cette traque, ni l’identité du mystérieux protecteur de Hiro, un enfant dont le père a été tué alors qu’il cherchait à échapper à ses poursuivants. Et puis, il y a ce dessin et cette mise en page. Du travail soigné, des scènes d’action assez bien maîtrisées, des scènes plus intimistes qui dégagent une réelle émotion, une mise en page qui cherche à se renouveler, un emploi judicieux de la double page. Franchement, avec cet album Sylvain Repos marque directement les esprits. Maintenant, soyons clairs : la simplicité du synopsis et le caractère caricatural du méchant de service destinent cette série vers un public de jeunes adolescents. Mais avec une telle accumulation de points positifs, et surtout avec ce réemploi intelligent des lois de la robotique, je ne vois pas de raisons de me priver d’un tel plaisir. C’est du pop-corn, oui… mais du pop-corn, y a pas d’âge pour en manger !

05/02/2021 (modifier)