Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Carbone & Silicium

Note: 3.86/5
(3.86/5 pour 14 avis)

Nouvelle fresque SF de Mathieu Bablet, Carbon & Silicium est l'histoire de deux IA en quête de sens dans un monde dégradé par l'humanité.


Ankama Anticipation Les coups de coeur des internautes Les intelligences artificielles (I.A.) Les prix lecteurs BDTheque 2020 One-shots, le best-of Robots Science-Fiction, le best-of

Carbone et Silicium sont les derniers-nés des laboratoires Tomorrow Foundation. Noriko, scientifique chargée du projet, leur explique pourquoi ils ont été créés : ils sont les prototypes d’une nouvelle génération de robots destinée à prendre soin de la population humaine vieillissante. Issus d’une même entité, scindée en deux individus distincts, ils sont les premiers représentants d’une gamme d’androïdes aux capacités décuplées par les progrès de la recherche en intelligence artificielle. Élevés dans le cocon protecteur du laboratoire qui les a conçus, avides de découvrir le monde extérieur, c’est lors d’une tentative d’évasion qu’ils seront séparés. Ils mèneront alors chacun leurs propres expériences, devenant, pendant près de trois siècles, les observateurs plus ou moins distanciés d’une humanité à bout de souffle, incapable de faire face aux désastres écologiques, politiques, économiques et sociaux qu’elle a elle-même engendrés. Face à ce monde sur le déclin, Carbone et Silicium vont-ils parvenir à trouver leur place ?

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Août 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Carbone & Silicium

31/08/2020 | Guillaume.M
Modifier


Par Seube
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
L'avatar du posteur Seube

Je ne suis pas facilement adepte du genre science-fiction, alors j'ajoute un coup de cœur à Carbone & Silicium pour avoir réussi à me transporter du début à la fin. On démarre en 2045 (an 0 pour l'ère humanoïde), année où l'être humain met en route ses premiers robots à l'intelligence artificielle surdéveloppée. Leur fonction cérébrale est aussi dotée d'un "esprit" aussi complexe et contradictoire que celui de leur créateur, dans laquelle les émotions individuelles et les désirs primaires font face à la culture, la raison et l'éthique. Deux humanoïdes identiques, une femme (Carbone) et un homme (Silicium), prennent vie dans les labos de la Tomorrow Foundation, entreprise où l'ambition des scientifiques entre en conflit avec la perspective des investisseurs capitalistes, eux-mêmes menacés par le concurrent chinois Mekatronic. Puis, on découvre non sans horreur l'évolution de la civilisation sur près de 300 ans et à travers le regard de ces 2 personnages, interconnectés et non dénués de sentiment entre eux. Ce que j'apprécie particulièrement, c'est la facilité à laquelle on peut avancer d'une époque à une autre et d'un lieu à un autre (préparez vous à faire le tour du monde) sans jamais nous donner une impression de précipitation. Bien au contraire, la notion d'intemporalité est bigrement présente. Cela se traduit par le mutisme des scènes, la contemplation de l'environnement, la réflexion et le fait bien sûr d'avoir deux personnages capables de traverser les âges. Possédant le savoir de l'Humanité et aptes à ressentir les mêmes émotions que nous, ils portent un regard extérieur sur cette anthropocène tout en cherchant à comprendre les motivations de leur propre existence. C'est une dystopie où les 2 héros cherchent espoir, beauté et idéal au milieu de ce chaos. En soi, l'avenir présenté n'est pas beau à voir du tout. Mais malgré tout, on… (lire plus)

21/11/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Comme dans Shangri-La, Bablet use de la SF pour développer certaines critiques, voire une critique de nos sociétés. Je trouve que c’est ici mieux équilibré, j’ai trouvé la narration plus fluide et en tout cas plus captivante sur la longueur – et heureusement, car c’est un pavé quand même ! Au départ les questionnements tournent surtout autour des relations créateur/créature, IA et vie humaine, une IA peut-elle avoir une conscience, etc. Puis, rapidement, alors même que les IA deviennent quasiment les seuls personnages sur lesquels on s’attarde (Carbone et Silicium donc), arrivent tout un tas de sujets d’actualité (migrations de réfugiés, conséquences du changement climatique, etc.). Des sujets « sérieux » donc, mais jamais rébarbatifs, traités de façon « légère », avec une narration aérée (même si certains rares passages sont un peu bavards). Mis à part ces IA, la SF développée ici est sans esbroufe, simple. Cela se déroule dans des décors presque contemporains, « normaux » - tout en mettant en avant une vision assez noire, pessimiste de notre futur proche. L’ensemble est en tout cas très bien mis en valeur par le dessin. Si je ne suis pas fan des visages (mais je m’y suis fait), j’ai trouvé le côté graphique plus que chouette, certaines planches sont vraiment magnifiques ! Et, surtout, j’ai vraiment aimé la colorisation, les aspects rouille, marrons, avec un rendu parfois de pellicules photos solarisées. Même les passages où le bleu domine sont très beaux. Un gros pavé donc, mais une lecture agréable, une réussite du genre.

28/09/2021 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

J'ai su que cette BD commençait bien lorsque j'ai dû la fermer après la préface pour digérer ce qu'il y avait dedans. Oui, après la préface. Mais elle est tellement dense à elle seule que j'avais envie de garder pour moi les mots et les digérer pendant un petit moment. Cela n'augurait que du bon pour la suite. Et je suis effectivement tombé sous le charme de ce qui s'ensuit. L'histoire est dense, un peu trop dense pour être résumée, dont tout l’intérêt est justement le brassage de sujets qu’elle va permettre. On sent que Bablet a eut le temps (comme il le dit lui-même) de poser et réfléchir à son histoire. C’est l’un des aspects que je préfère dans cette BD, parce que cela saute au visage à la première lecture, qui en appelle une deuxième dès que la lecture est finie. Dans les points négatifs que je peux souligner d'entrée de jeu, il y a quelques redondances avec l’œuvre précédente de Bablet, Shangri-La, autour de l'obsolescence programmée ou de la consommation à outrance de neuf, notamment. C'est léger comme détail, et je dirais presque que cette BD est une poursuite de la première, se permettant d'aller plus loin dans les réflexions de l'auteur. Pour le reste, et très franchement, j'ai adoré ce que la BD développe. Comme le souligne Alain Damasio en postface, c'est avant tout une histoire d'amour qui est évoquée, une histoire sincère d'amour entre deux intelligences artificielles qui se développeront de manière bien différentes mais qui se retrouvent régulièrement pour échanger leurs conceptions du monde. Monde qui évolue par ailleurs, avec et sans eux, de façon bien cynique et grinçante dans une vision, ma foi, assez réaliste du changement climatique et des bouleversements que connaitra la Terre dans… (lire plus)

25/06/2021 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Cet album m'a attiré dès que j'ai vu les avis positifs sur ce site, mais je voulais attendre de pouvoir emprunter l'album à la bibliothèque vu que je n'avais pas été captivé par Shangri-La du même auteur. Disons que j'ai bien fait. J'ai bien aimé le scénario au début. Un récit sur l'intelligence artificiel n'est pas nouveau et les thématiques développées ne sont pas des plus originales, mais c'est bien fait et les deux personnages principaux sont attachants. Le problème est qu'à force de faire des sauts dans le temps, j'ai commencé à me détacher un peu du récit. En faite, j'adore environ le premier et le derniers tiers du récits et le milieu ne m'a pas du tout captivé et j'ai trouvé certains chapitres un peu inutiles : Carbone et Silicium ont les mêmes interrogations dans ces chapitres et tout ce qui change c'est leurs corps. Heureusement que cette partie est plutôt courte et se lit vite ! Donc voilà je trouve que c'est un bon album que je ne mets pas dans mon panthéon personnel parce qu'il n'a pas réussit à me captiver du début jusqu'à la fin. Le dessin est très bien même si je ne suis pas fan de la manière dont l'auteur dessine les têtes. Pour l'instant, Mathieu Bablet fait parti des auteurs que je trouve talentueux, mais qui n'ont pas un style qui ferait en sorte que je trouverais leurs œuvres excellentes.

22/05/2021 (modifier)
Par fuuhuu
Note: 4/5
L'avatar du posteur fuuhuu

J'ai directement été attiré par la couverture de cet album et par le nombre de page (264). L'objet est beau et mérite sa place dans une bibliothèque. Dans une société futuriste, une scientifique crée 2 intelligences artificielles, doté de conscience et de sentiments. Elles se prénomment Carbone et Silicium. Nous allons ensuite suivre leur évolution, autant sur le plan personnel, que sur le plan sociétal, et ce, au fil des années, des décennies et des siècles. Le premier intérêt de cette bande dessinée est ,à mon sens, le contexte dans lequel se passe l'histoire. Nous voyons, au fil des pages et des années, l'évolution (ou plutôt la décadence) de la société. Ses évolutions technologiques, ses dérives et toutes les idées développées par l'auteur sont vraiment bien amenées et j'ai parfois eu l'impression que ce futur imaginé n'était plus si loin de notre réalité. Autre grand intérêt de l'album: la relation entre les deux IA. On oscille entre la fraternité, l'amitié, la haine et surtout l'amour, le vrai. Les deux IA sont très différents dans leur vision du monde et sont donc complémentaires. Enfin, les couleurs de l'album sont vraiment immersives, et plus particulièrement celles représentant l'internet. Elles nous plongent dans le réseau, nous donnant l'impression d'être nous aussi connecté. Un travail de titan, 264 pages qui se lisent d'une traite et que je relirai plusieurs fois. 4 étoiles MAUPERTUIS, OSE ET RIT !

20/03/2021 (modifier)
Par Gaendoul
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaendoul

Je dois avouer avoir été quelque peu déçu par ce pavé (la bd fait tout de même plus de 250 pages)... Ça démarrait pourtant très bien, avec une intrigue prenante et des personnages forts. Toutefois cela s'essouffle en milieu de récit et devient même pénible à lire par moments. Il est tout à fait compréhensible d'avoir voulu faire passer les sentiments et émotions des personnages de cette manière non conventionnelle (des bonds dans le temps) mais on perd en intensité et je me suis un peu ennuyé. Je pense que cela aurait pu être fait plus rapidement sans perdre en impact. Le scénario en lui-même est bon et les différents questionnements quant à la société, l'humanité, notre rôle et nos buts dans la vie sont bien amenés. Les dessins sont bons mais je n'aime pas du tout le look des personnages, surtout les visages que je trouve horribles avec ce "nez" qui doit faire 2 millimètres de large. Bref, c'est une bonne bd qui s'essouffle un peu mais qui a malgré tout un message fort et pousse à la réflexion. 3.5/5

25/02/2021 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur PAco

Après le très réussi et remarqué Shangri-La Mathieu Bablet était attendu au tournant et on peut dire qu'il s'en sort avec les honneurs après son premier succès en montant encore la barre un cran au dessus. "Carbone & Silicium" nous plonge dans une odyssée conduite par deux intelligences artificielles nées de la course entre grands groupes informatiques pour répondre aux besoins de la population vieillissante. La scientifique Noriko va donc gagner cette course et donner vie à ces deux entités qu'elle nommera Carbone et Silicium en leur offrant une enveloppe "humaine". Mais en découvrant leur obsolescence programmée à cause d'intérêts économiques, nos deux IA vont tenter de s'enfuir ; seul Silicium y parviendra. C'est donc l'évolution de ces deux IA, l'une dans le monde réel, l'autre dans le virtuel que nous allons suivre sur près de... 300 ans ! C'est à travers ces bonds successifs dans le temps et entre réalité et monde virtuel que nous allons d'une part suivre l'évolution de Carbone et Silicium ainsi que la lente décrépitude et déchéance de l'espèce humaine, seule responsable de sa propre perte. D'un côté nos entités "jumelles" n'arrivent pas à vivre l'une sans l'autre et cherchent perpétuellement à se retrouver, même si Silicium ne cherche qu'à découvrir tous les recoins de notre planète alors que Carbone cherche les réponses à ses questionnements dans les réseaux. De l'autre, notre monde en toile de fond qui s'effondre inexorablement au fil des chapitres et des années qui passent. C'est le croisement de ces deux trames qui imprime la réflexion de Mathieu Bablet sur bien des choses... D'un côté bien sûr la critique de nos modèles de sociétés, de nos modes de vie, de notre rapport au réel et de l'autre, un questionnement philosophique sur l'existence, le sens… (lire plus)

08/12/2020 (modifier)
Par Sempai
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Sempai

Certes l’année 2020 n’est pas finie, cependant Carbone et Silicium devrait être dans mon top 3 des BD lues cette année (et peu importe que dans ce classement il puisse y avoir des choses plus anciennes c’est moi qui décide). Pour redevenir sérieux (même si ce que je disais avant était très sérieux), Carbone et Silicium est une BD fascinante. Tout d’abord par son format hors norme, plus de 260 pages, une taille colossale, un travail sur le papier et la couverture formidable et pourtant pour un prix « modique » (en comparaison des BD de 48 pages à 11 euros). Une fois passé le choc de l’objet ouvrage, rentrons dans le vif du sujet. Les personnages suivis sont 2 intelligences artificielles enfermées dans un corps robotisé. Ces 2 I.A. vont traverser le temps (plus de 260 ans il me semble) et avec elles nous allons suivre « l’évolution » du monde. Bien entendu l’auteur utilise des ellipses avec des chapitres plus ou moins longs selon les périodes explorées. Le thème central du livre est l’amour, l’amour entre ces 2 I.A., leur complémentarité alors que si l’on regarde d’une manière macro nous avons affaire à l’une d’elle totalement sédentaire et l’autre nomade et pourtant elles ne peuvent vivre l’une sans l’autre. L’auteur explore bien entendu des thèmes très actuels car au final il ne prend aucun risque sur une vision de l’avenir original, il propose plutôt une critique de l’époque actuelle et de certaines dérives (comme les humains connectés, l’écologie, le capitalisme, etc.). Le dessin est très particulier et peu rebuter et pourtant quand on lit l’ouvrage, il était évident que cette histoire devait être représentée de cette manière. J’ai particulièrement apprécié les moments « dans la matrice ». Enfin, il est à noter que de très nombreux passages, voire… (lire plus)

04/12/2020 (modifier)
Par doumé
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur doumé

Bablet nous embarque dans un univers construit avec le même procédé que Shangri La, il rend crédible son scénario en faisant référence à des évènements réels récents et des technologies existantes . Il décrit l'aventure de deux intelligences artificielles à partir de leur mise en service et leurs parcours au cours des siècles. L'une des chercheuses refuse leur obsolescence programmée et c'est le début d'une aventure dans deux mondes. Une ia vit dans le monde virtuel et l'autre s'échappe et parcourt le monde réel. L'auteur en profite pour dénoncer le cynisme des dirigeants des grandes compagnies et une société basée sur la consommation de produits. Dans les scénarios classiques de science fiction, les androïdes occupent des rôles secondaires au service des hommes. L'originalité de cette bd, ce sont deux intelligences artificielles qui sont nos héros. Nous partons de 2 machines connectées rendues humaines en leur créant une enveloppe charnelle pour obtenir des entités douées de sentiments humains, dégagées de nos contraintes corporelles. Avec des sentiments l'une envers l'autre et des caractères différents, l'auteur les différencie de simples machines et ce procédé nous fait vivre l'aventure de deux êtres à partir de leurs naissances et non de leurs mises en service. En toile de fond, nous assistons à l'effondrement de la société humaine qui survit sur les détritus du monde d'avant, victime de ses excès. Une vision du futur pessimiste qui s'appuie sur des thèmes comme la fin du capitalisme, l'écologie et le consumérisme. Le scénario est d'une telle richesse qu'il permet à l'auteur d'aborder encore un autre thème, c'est le transhumanisme avec un message qui nous fait comprendre que peut être seule notre technologie nous survivra. Pour le dessin, mon avis est contrasté. La représentation des décors est réussie, elle nous transporte à chaque chapitre dans une autre époque et… (lire plus)

24/10/2020 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Je vais avoir du mal à pleinement exprimer mon ressenti sur cet album : les thèmes de « Carbone & Silicium » sont profonds et complexes, et au même titre que les plus grands romans de science-fiction, je pense qu’une relecture est nécessaire pour en digérer son contenu (surtout que l’album est long avec 277 pages au compteur). Le thème principal est bien entendu cette course en avant technologique, notre obsession à vouloir tout automatiser, tout connecter, et les conséquences sur nos vies, nos sociétés, notre environnement… mais racontée de façon très habile, car vu par les IA que nous avons créées. Le propos est sombre et assez déprimant, avec une vision de la nature humaine dérangeante de réalisme et de pessimisme. La mise en images est magnifique. J’ai particulièrement apprécié les vues urbaines, et les passages « dans la matrice ». Un album dense, profond, touchant et assez déprimant. A ne pas manquer si ces thématiques vous intéressent (à voir aussi Square Eyes, paru récemment).

13/10/2020 (modifier)