Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Couleurs de l'incendie

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

La vengeance est un plat qui se mange froid.


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Adaptations de romans en BD

Une histoire de vengeance dans laquelle Madeleine prend l’envergure d’une grande héroïne... Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l’empire financier dont elle est l’héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d’un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement. Face à l’adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l’ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d’intelligence, d’énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d’autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l’incendie qui vont ravager l’Europe. (site éditeur)

Scénaristes
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Janvier 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Couleurs de l'incendie
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

26/07/2020 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Après Au revoir là-haut, De Metter adapte une nouvelle fois avec son auteur un roman de Pierre Lemaitre (roman que je n’ai pas lu). Le dessin de De Metter est bon (même s'il est peut-être un chouia trop statique), comme la colorisation, très sombre, qui colle parfaitement à l’ambiance assez glauque de l’histoire, mais aussi au contexte historique, tout aussi noir (crise économique, montée du fascisme, etc.). L’intrigue est assez simple. Dans une première partie, nous suivons les circonstances qui vont amener Madeleine, riche héritière, à perdre quasiment tout (son jeune fils devenu handicapé après un suicide raté, sa fortune perdue dans de mauvais placements, etc.). Puis, dans un deuxième temps, une fois qu’elle a pris connaissance des responsables de ses malheurs, nous suivons la vengeance implacable, méthodique de Madeleine qui, dans un mouvement de balancier du scénario, reprend l’avantage sur tous ceux qui l’avaient menée à la ruine et au bord du désespoir. L’histoire se lit facilement, agréablement. Mais je ne peux m’empêcher de penser qu’elle est trop manichéenne, mal équilibrée. En effet, la mécanique de la vengeance de Madeleine, machiavélique à souhait, m’apparait trop bien huilée, trop « simple » dans son déroulement. Tout semble s’arranger trop facilement et trop parfaitement (y compris l’amitié entre Paul, le fils handicapé de Madeleine, et la cantatrice qu’il admire). Bref, une lecture pas inintéressante, mais qui manque d’aspérités, de densité, passant trop rapidement et trop radicalement du tout noir au tout blanc pour l’héroïne.

26/07/2020 (modifier)