Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Et toi, quand est-ce que tu t'y mets ?

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

La dure vie d'une femme qui n'a pas d'enfants.


Femmes d'aujourd'hui La BD au féminin Magazine Fluide Glacial

A l'âge où toutes les femmes ne pensent qu'à pouponner, Jeanne, 35 ans, n'a aucune envie de "s'y mettre". Elle voit l'accouchement comme un film d'horreur, la maternité comme une perte d'identité et l'éducation des enfants comme un parcours du combattant. Le jour où Jeff, son compagnon et allié de toujours, voit sa fibre paternelle se réveiller en pleine crise de la quarantaine, Jeanne voit son équilibre menacé. Le bonheur passe-t-il forcément par la case bébé ?

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Mars 2011
Statut histoire Strips - gags 2 tomes parus
Couverture de la série Et toi, quand est-ce que tu t'y mets ?
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

06/05/2020 | Noirdésir
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je suis surpris de voir la série "Et toi, quand est-ce que tu t'y mets ?" publiée dans le magazine Fluide Glacial, non pas à cause de son format qui est bien celui de "gags" en une ou deux planches, mais pour son contenu et son ton qui diffèrent de l’atmosphère des Fluide Glacial que je connaissais dans ma jeunesse. Cela ressemble aux publications girly qu'on pourrait trouver dans des magazines féminins, avec un côté un peu plus punchy et moins conventionnel certes, mais pas le niveau d'outrecuidance auquel Fluide Glacial m'a habitué. Le graphisme de Madeleine Martin, dans la lignée de l'esthétisme des illustratrices publicitaires girly telles que Colonel Moutarde, Pénélope Bagieu et Margaux Motin, joue assez fortement en ce sens, non pas que ce soit un reproche car j'aime bien son style et je le trouve très agréable. En outre, on ne peut pas vraiment parler de suite de gags car certaines planches semblent assez peu faites pour amener le sourire mais plutôt pour témoigner des sensations de l'héroïne et probablement par extension de l'auteure. Concrètement, plus qu'une série d'humour, j'ai vu dans cette BD un pamphlet léger pour soutenir le choix de certaines femmes de ne pas avoir d'enfants en racontant la façon dont réagit la société face à elle et quelle pression elles subissent. C'est certes fait avec humour et une bonne dose de légèreté, mais il y a aussi des passages moins drôles ou plus simplement des sortes de constats plus ou moins informatifs sur l'état d'esprit de l'héroïne. Et puis il y a une petite progression dans l'histoire et dans la relation de celle-ci avec son mec. Bref, je n'ai pas vraiment ri à la lecture de cet album mais je l'ai tout de même trouvé agréable, joliment dessiné et colorisé, et finalement assez instructif sur ce que ressentent les femmes qui choisissent de ne pas avoir d'enfants.

12/05/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

On est quand même loin de l’humour caustique et déjanté de la grande époque Fluide, sous la houlette du grand Gotlib ! En effet, on est là – et le dessin et la colorisation (dont je ne suis pas forcément fan) nous le confirment d’emblée – dans le genre « girly », un créneau à la mode, donc… Tout tourne autour d’une trentenaire, Jeanne, qui ne veut pas d’enfant (elle s’inquiète au moindre retard de ses règles, au moindre oubli de la pilule). Autour de ce concept « à fort potentiel », nous la suivons dans sa vie quotidienne, avec son copain surtout (qui, malgré ce qu’il en dit s’accommoderait bien d’un enfant, et tente de faire passer cette idée), une copine (qui a un bébé) et d’autres connaissances, l’essentiel des « gags » jouant sur ce rôle sous-disant à contre-emploi de femme souhaitant ne pas être mère. L’ensemble (strips ou histoires courtes, d’une page à chaque fois en tout cas) tourne rapidement en rond et, surtout ne m’a pas fait rire du tout. C’est du déjà vu, tout à fait le genre de truc que je m’imagine publié dans une rubrique d’un magazine féminin de salle d’attente, avec des questions existentielles futiles. Et on est aussi loin d'un éventuel combat féministe pour que la femme reprenne (ou garde) le contrôle de son corps ! Cela m'a un peu fait penser à ce que publiait Bretécher sur des sujets analogues. Je n’ai lu que le premier tome, mais ça va suffire, je me contrefiche de savoir si Jeanne va changer d'avis dans l'album suivant. Un gros bof donc.

06/05/2020 (modifier)