Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Grand Chien

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

L'apocalypse nucléaire menace, New York est victime d'un gigantesque raz-de-marée après un tir de missiles commandé par une entité gouvernementale. Un motard irradié lutte en solitaire contre les Etats-Unis, il est vite rejoint par un groupe de dissidents, tandis que se profile un avenir très sombre.


Anticipation Circus

En plein désert américain, à la base de White Sands, un essai nucléaire est programmé lorsqu'un motard échappé d'une course, pénètre par erreur dans la zone interdite. Il n'a pas le temps d'échapper au drame et il est irradié. Les responsables militaires tentent d'étouffer cette bavure, mais le motard hospitalisé reste étrangement en vie et présente des modifications cellulaires et cérébrales, ses réactions vont profondément changer, c'est alors qu'il décide de mener une vengeance personnelle en entrant en lutte contre ce système atomique.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Avril 1981
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Le Grand Chien
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

18/04/2020 | Agecanonix
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Le résumé que j'ai indiqué est assez approximatif, il se base sur ce que j'ai pu capter dans cette BD, parce que l'ensemble est très nébuleux, et par suite logique, ça m'a vachement refroidi et donc peu intéressé. J'ai cru vaguement comprendre qu'il s'agissait d'une sorte de dystopie dans laquelle les États-Unis jouent dangereusement avec le nucléaire et que leurs essais atomiques sont spectaculaires. Le motard irradié par accident va se retourner contre cette entité militaro-politicienne, galvanisé par des sortes de pouvoirs, mais attention, ce n'est pas un super-héros, il a juste été épargné par l'explosion d'une bombe atomique dans le désert, et lutte avec des moyens qui restent humains, au sein d'une faune de simili-mutants atomisés, de flics bornés et d'écologistes intrépides. Toute cette histoire apparue en 1980 dans Circus est très compliquée à comprendre, ça faisait partie des nouvelles bandes dessinées apparues dans ce magazine qui voulait offrir une BD adulte sérieuse et réaliste d'un certain niveau assez élevé. Mais le retour de bâton fait que ça n'a pas marché des masses et que Glénat a sans doute visé trop haut en déroutant ses lecteurs, car il faut bien suivre pour s'y intéresser, il faut avoir envie je pense de rentrer dedans. Honnêtement, j'ai essayé mais ça n'a pas été mon cas, et comme ça m'a vite gonflé, je n'ai pas voulu faire trop d'efforts, j'ai juste lu les 2 autres épisodes qui ont suivi en 1981 et 82, pour la forme. Les 3 albums de cette collection ont été ensuite retirés du catalogue Glénat lorsque l'éditeur a crée ses prestigieuses collections Grafica, Caractère et Vécu. A noter que Hugues le dessinateur, a continué les 2 épisodes suivants seul. Il semble que cette bande était peut-être trop avant-gardiste, ou alors trop déroutante, ou sa narration n'était pas assez captivante, voire les 3 à la fois, parce que graphiquement, c'était pas mal du tout ; le premier épisode, sans titre, juste intitulé "le Grand Chien" (qui devient en même temps le nom de la série) est réalisé en noir & blanc, et les 2 suivants en couleurs seront intéressants techniquement parce que Hugues innove en terme de composition photographique et traitement informatique de l'image qu'il mêle à ses dessins. Je crois que c'était les débuts du travail à l'ordinateur sur une Bd à cette époque, l'ensemble a donc de la gueule au niveau graphique, il y a un côté très moderne (voir les planches de galeries), il y a des gros plans saisissants et de grande cases, avec une mise en page aérée, mais ça reste une histoire très étrange et un peu hermétique, qui passerait peut-être mieux aujourd'hui en 2020.

18/04/2020 (modifier)