Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Instant d'après

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

De mystérieuses disparitions frappent la France des années 60.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide

Blandine Lefranc a des airs de Natacha : la silhouette d'une jolie hôtesse de l'air qui serait venue s'échouer comme strip-teaseuse dans un bar louche des States. Un client arrive. Mais alors que la belle s'effeuille et se déhanche sur l'air de The Stripper, elle sait à l'instant même qu'il est arrivé quelque chose de grave à sa sœur jumelle Aline, restée en France. Les deux sœurs ne se voient pourtant plus. Aline est celle qui a réussi, la préférée de ses parents, une harpiste à succès. Elle a disparu. En route dans la voiture avec son époux, l'instant d'après elle n'y était plus. Reste le mari, évidemment, que tout accuse. D'une case à l'autre, Zidrou s'amuse des ellipses en tours de magie. Bientôt, comme par enchantement, les disparitions se multiplient et entraînent le polar dans une dimension fantastique. "S'il y a bien une chose que les gens refusent de croire en face, c'est l'irréalité", lance un personnage en guise d'avertissement.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 13 Mars 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Instant d'après
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

06/03/2020 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Ah que j'aime le dessin d'Eric Maltaite ! Il me rappelle tellement celui des grands maîtres de l'Ecole de Marcinelle qui ont bercé ma jeunesse. Et son trait maîtrisé, clair et élégant s'adapte parfaitement à un récit comme celui-ci se déroulant dans la France de la fin des années 60. L'Instant d'après est un polar fantastique. Un couple sort d'une aire d'autoroute où ils se sont un peu disputés devant témoins. Ce n'est rien de grave puisque quelques instants plus tard, en voiture, ils se sont rabibochés. Sauf qu'en pleine discussion entre les deux, la femme disparaît brutalement, comme par enchantement, et le mari, sous le coup de la surprise, part dans le décor. Une fois réveillé à l’hôpital, tout le monde le soupçonne d'avoir tué son épouse et d'avoir fait disparaître le corps puisque personne ne l'a retrouvée. La sœur de cette dernière, revenue en France sur une intuition presque magique, va essayer de démêler le vrai du faux et découvrir que le cas de sa sœur n'est pas isolé. Avez-vous vu le film Gone Girl ? Celui-ci partage avec cette BD le même concept initial d'une femme qui disparaît sans laisser de trace et d'un mari que tout accuse bien malgré lui. Autant Gone Girl se révélait plus tard une intrigue réaliste et sombre, autant l'Instant d'après joue volontairement la carte du fantastique. Avec une idée qui tient le récit : "S'il y a bien une chose que les gens refusent de croire en face, c'est l'irréalité". Qui irait en effet croire que des gens disparaissent vraiment ainsi d'une seconde à la suivante ? La crédibilité voudrait qu'ils aient fugué discrètement, se soient faits enlever subrepticement ou aient été tués en cachette. Et si la réalité était bien plus incroyable, au sens strict du terme ? Zidrou et Maltaite donnent une vraie atmosphère à leur récit. J'ai beaucoup aimé la manière dont ils font revivre l'époque de la fin des années 60. C'est une foule de détails, des véhicules, des vêtements et un état d'esprit. Et Maltaite met cela parfaitement en images, c'est un régal visuel. On y note également quelques clins d’œil, comme l'apparition de Martin Milan notamment. L'intrigue est prenante et tient plutôt bien la route. C'est avec appréhension que j'ai vu les dernières pages arriver car l'enquête battait son plein et que je l'imaginais mal atteindre une conclusion satisfaisante en si peu de pages. Les auteurs y parviennent cependant par une pirouette bien trouvée même si un peu trop pratique sur le plan scénaristique pour ne pas laisser un léger sentiment de frustration. C'est pourtant bien là une BD vers laquelle je reviendrai et que je relirai avec plaisir.

06/03/2020 (modifier)