Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Cleveland

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Cleveland est une véritable lettre d’amour à cette ville qui fut la muse de Harvey, un magnifique témoignage sur la grandeur et le déclin d’une grande ville industrielle.


Autobiographie Cà et Là [USA] - Middle West

Décédé en juillet 2010, Harvey Pekar est l’un des pionniers de l’autobiographie en bande dessinée avec sa série American Splendor. Cleveland est le dernier projet auquel il a participé avant sa mort. Entièrement écrit par Pekar et dessiné par Joseph Remnant, Cleveland comporte une première partie consacrée à l’histoire de la ville de Cleveland, l’autre moitié est purement autobiographique, Harvey Pekar y retraçant son histoire dans cette ville où il a passé toute sa vie. Pekar décrit des événements historiques : le gain des World Series par l’équipe de baseball locale, l’incendie de la rivière Cuyahoga ou encore l’histoire de grandes figures de la ville. Mais il retrace également les grands moments de sa vie à travers des sites marquants de Cleveland, et donne la parole à des acteurs habituels de American Splendor, comme Toby le Nerd ou encore sa propre femme, Joyce Brabner. Cleveland est une véritable lettre d’amour à cette ville qui fut la muse de Harvey, un magnifique témoignage sur la grandeur et le déclin d’une grande ville industrielle. C’est aussi le livre-testament d’un grand auteur, magnifiquement servi par Joseph Remnant, jeune et talentueux dessinateur qui se classe d’entrée de jeu parmi les principaux illustrateurs associés à Pekar.

Scénariste
Dessinateur
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Septembre 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Cleveland

16/01/2020 | Alix
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je découvre avec cet album Harvey Pekar, et cette découverte me laisse une impression mitigée. C’est une sorte de monographie amoureuse de la ville de Cleveland, en même temps qu’une biographie de l’auteur, les deux fusionnant quasiment, tant Pekar semble n’avoir vécu qu’à Cleveland, et ne vivre que pour elle. Tant il fait de cette ville un personnage, décrit dans les différents moments de sa « vie ». Cet aspect est intéressant, ses connaissances personnelles, mais aussi ses nombreuses recherches (on comprend qu’il a longtemps été un rat de bibliothèque et/ou de librairie) donnant un panorama assez complet de cette grande ville industrielle. Mais voilà, la narration m’est apparue un peu lourde, monocorde, alors même que le dessin (pas inintéressant et parfois crumbien) de Remnant est relativement statique. Du coup, à certains moments, la lassitude guette. De plus, l’auteur (souvent représenté courbé), adopte parfois un ton un peu aigri – sur sa vie, sur sa ville. Il est vrai qu’il a écrit cet album au moment où Cleveland, déjà touchée par diverses crises, était frappée par la désindustrialisation, faisant d’elle une « Shrinking city », une ville qui rétrécit. Décrépitude de la ville allant de pair avec une certaine amertume de l’auteur, certains passages sont un peu déprimants. Voilà, il faut passer outre ces aspects pour apprécier cet album, dont le sujet est intéressant. Comme l’écrit Alix, Pekar a mis beaucoup de lui-même dans ce projet, sa sincérité ne fait aucun doute. Mais cela ne suffit pas forcément pour rendre captivant un récit.

20/11/2021 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Harvey Pekar est connu pour son travail autobiographique, et notamment American Splendor, qui a d’ailleurs été adapté en film. De lui je n’avais lu que The Quitter, qui ne m’avait pas spécialement emballé. Pourtant « Cleveland », son dernier projet avant sa mort, m’a beaucoup plu. Alors c’est sûr qu’il s’agit d’une autobiographie pure souche, très nombriliste. Mais comme le titre le suggère, l’auteur passe aussi beaucoup de temps à parler de sa ville natale, « Cleveland », qui du coup devient presque un personnage à part entière. Cet aspect est très détaillé, presque encyclopédique. L’auteur raconte l’Histoire de la ville, sa fondation, son évolution politique et sociale, son rôle culturel, son architecture, ses parcs etc… un vrai guide historique et touristique (un peu verbeux, du coup). Il y greffe sa vie personnelle, et je dois avouer que contrairement à « The Quitter » j’ai beaucoup accroché. J’adore son ton sincère et factuel, la façon « brute » dont il parle de ses qualités et de ses defaults, de ses 3 mariages, de sa sexualité… vraiment, j’ai trouvé le ton rafraichissant. Il est plutôt rare qu’une œuvre autobiographique soit illustrée par un autre auteur, mais c’était une autre particularité de Pekar. Il aimait surtout scénariser, et laissait le travail graphique à un dessinateur (dont le génial Crumb sur American Splendor - Un jour comme les autres). Ici c’est Joseph Remnant qui s’y colle, et il faut avouer que son style « comix indé » colle parfaitement au récit. Voilà, un bouquin verbeux, nombriliste, et pas vraiment original niveau contenu… mais l’Histoire de Cleveland et le ton du récit m’ont enthousiasmé.

16/01/2020 (modifier)