Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Mais où est Kiki ? - Une aventure de Tif et Tondu

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Blutch et Robber reprennent et rendent hommage aux personnages classiques de la BD franco-belge que sont Tif et Tondu.


Blutch Spin-off

Après une enquête de longue haleine, Tif et Tondu réussissent à mettre sous les verrous l'antiquaire des stars : Patrice Goret de Saint Guy. Il ne conservait rien de moins que soixante-trois toiles de maîtres déclarées comme volées. Quelque temps après, alors en pleine tournée de dédicace pour le roman narrant cette affaire, les deux comparses tombent sur deux fous furieux. Le premier est un géant qui leur transmet un message indiquant que Kiki, une de leurs amies proches, a probablement été enlevée. Le second est la fille de cet antiquaire véreux, qui tente de brûler la librairie et d'assassiner Tif ! Cette dernière jure que son père est innocent et qu'il a été obligé de cacher les œuvres pour le compte d'un criminel dangereux. Pour Tif et Tondu, la suspicion est on ne peut plus permise... Car c'est bien connu, les prisons sont pleines d'innocents, mais celui-là a l'air tout à fait coupable. Néanmoins, devant l'insistance de leur éditrice, Maxine, qui flaire le bon coup, ils reprennent l'enquête. Kiki, elle, manque bien à l'appel et ils se font un sang d'encre : le comble pour deux écrivains de leur trempe. Commence alors une enquête en eaux troubles, qui les mènera plus loin qu'ils n'auraient pu l'imaginer !

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 31 Janvier 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Mais où est Kiki ? - Une aventure de Tif et Tondu
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

11/01/2020 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

On peut être surpris de voir Blutch réaliser un album de Tif et Tondu. Son graphisme charnel et son encrage charbonneux tranchent avec le trait de Will qui était plus léger et dans la pure lignée de l'Ecole de Marcinelle. On imagine aussi avec étonnement cet auteur de one-shots assez artistiques, aux scénarios parfois proches du cinéma d'art et d'essai, se lançant dans un polar à la trame aussi claire que ceux qu'imaginaient Rosy, Tillieux ou Desberg au temps de la gloire de la série Tif et Tondu. Et effectivement, on constate dès les premières pages que le duo composé de Blutch et de son frère Robber au scénario a imposé sa patte à cet album à la fois hommage et récit à part entière. L'action se déroule dans les années 80. Tif et Tondu y sont des justiromanciers, à savoir des enquêteurs qui démasquent les criminels avec des méthodes parfois légèrement musclées, puis qui écrivent le roman de leurs propres aventures pour les vendre au grand public. Ils ont ainsi appris à côtoyer deux milieux sans pitié : celui des malfrats et des nombreux indics qui leur permettent de les coffrer, et celui du monde éditorial et des séances de dédicaces. Alors que leur dernier livre vient de sortir, narrant la façon dont ils ont piégé un trafiquant de tableaux de maîtres volés, deux affaires parallèles s'entament soudainement pour eux : d'une part la fille du trafiquant leur affirme que ce dernier est innocent, a été piégé et qu'il faut faire éclater la vérité, et d'autre part Kiki, la meilleure amie du duo, a disparu et un étrange personnage les met au défi de la retrouver. Les deux écrivains auront bien du mal à jongler entre ces deux enquêtes qui s'entrechoquent. Le récit joue grandement sur l'ambiance des années 80. Outre les véhicules d'époque, l'absence de téléphones portables et autres Internet, les personnages jouent des rôles qui semblent tout droit sortis de films dramatiques ou policiers français très sérieux de la fin 70, début 80. Tif et Tondu y sont des quarantenaires voire cinquantenaires bien en chair, hommes d'action engoncés dans des costumes qu'ils quittent rarement, qui traitent la vie de l'air un peu blasé de ceux qui ont bourlingué et appellent les femmes "ma petite". Un comportement rétrograde et paternaliste qui détonne avec leurs personnalités plus lisses et légères de la série originelle, entre le Tondu bougon et le Tif dragueur. On pourra aussi apprécier leur éditrice - ou s'en agacer c'est selon -, stéréotype de la lesbienne mondaine dominatrice qui appelle les femmes "mon petit bouchon" et qui infantilise les hommes. Avec la fille du trafiquant, on retrouvera là encore l'amour de Blutch pour les femmes de tête, mais aussi celui qu'il porte aux femmes plus évaporées et ultra-féminines en la personne de Kiki. Cette atmosphère réaliste est différente de celle des albums classiques des deux héros. On retrouvera tout de même un zeste de fantastique-science-fiction rappelant certaines inventions de leurs aventures à l'ancienne, grâce à un artefact technique assez peu crédible mais sympathique, qui joue un rôle important dans l'intrigue. Il ne faut pas s'attendre à retrouver ici du pur Tif et Tondu mais bien une oeuvre de Blutch et son frère mettant en scène ces héros et une petite part de leur univers. Concrètement, c'est une lecture plaisante et bien menée, avec une vraie personnalité, qui m'aura séduit... quasiment jusqu'à ses dernières pages. Car la conclusion m'a laissé un sentiment mi-figue mi-raisin. L'intrigue d'ensemble était déjà plutôt confuse, d'autant plus qu'aux deux intrigues parallèles s'y ajoute plus tard une troisième presque complètement décorrélée, dans le club des mafieux. Mais la fin du récit, même si elle apporte une bonne partie des réponses attendues, parait expédiée, comme s'il restait trop peu de pages pour la mener à bien sur le même rythme que le reste de l'album. C'est frustrant. D'autant que ces réponses qu'elle apporte laissent en partie perplexe. Les motivations ayant amené à l'enlèvement de Kiki tiennent à peu près la route, mais nettement moins celles du défi lancé aux héros dont l'objectif qu'on pense visé aurait pu être atteint de bien des manières plus simples. De même, certains rebondissements et indices reçus sonnent artificiels quand on y réfléchit. Quant à l'intrigue autour du trafiquant d'art, elle se termine un peu en queue de poisson, comme si elle attendait une suite. Cet album a une belle âme et une vraie force de caractère, tant dans son graphisme que dans son esprit. Elle transforme les héros Tif et Tondu en quelque chose de sensiblement différent de ce que l'on connait d'eux mais ce n'est pas désagréable pour autant et cela permet d'explorer des sentiers nouveaux à leurs côtés. Je regrette donc juste sa conclusion que je trouve trop abrupte et pas forcément convaincante.

11/01/2020 (modifier)