Tsav 8

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

TSAV 8 est le nouveau roman graphique du dessinateur de Ferme 54 (Sélection Officielle Angoulême 2011).


Auteurs israeliens Autobiographie Cà et Là Le conflit palestinien

Dans cet ouvrage autobiographique, Gilad Seliktar aborde un aspect particulier de l’armée israélienne : tous les Israéliens ayant fait leur service militaire (soit la quasi-totalité de la population adulte juive) sont obligatoirement réservistes jusqu’à l’âge de 40 ans, ce qui signifie qu’ils doivent effectuer chaque année une période de réserve d’un mois et qu’ils sont toujours mobilisables en cas de conflit. En novembre 2012, Gilad, reçoit un "Tsav 8", un ordre de mobilisation ; l’état d’urgence est décrété alors qu’une pluie de roquettes s’abat sur Israël et que l’armée prépare une intervention lourde dans la bande de Gaza, l’opération « Pilier de Défense ». Accompagné par un conducteur de bus, Gilad Seliktar est affecté à la distribution d’ordres de mobilisation à des réservistes à travers tout le pays. Une rencontre imprévue au cours de ce voyage lui remet en mémoire son propre service militaire - qu’il aurait préféré oublier - et notamment un incident avec un ancien compagnon d’armes qui s’était tatoué un dessin de Gilad sur le torse... Gilad Seliktar livre un récit personnel, parfois presque surréaliste et magnifiquement mis en images sur sa vie d’artiste en Israël, entre la survie, la guerre, et ses interrogations sur la création artistique. Texte : Editeur

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Novembre 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Tsav 8
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

20/10/2019 | Alix
Modifier


Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Un album original sur bien des points. Le sujet, d’abord… le background est intéressant (le conflit palestinien), et le boulot de Gilad pour le moins surprenant : sillonner Israël en bus pour retrouver les réservistes de l’armée et leur remettre leur ordre de mobilisation… Mais sur cette trame principale vient se greffer une autre histoire, plus personnelle, plus artistique… mais je vous laisse découvrir tout ça de vous-mêmes. La narration est (volontairement ?) décousue, presque onirique par moment, et souvent muette (l’album se lit très vite malgré ses 200 pages)… les allers-retours temporels ne sont pas toujours très clairs, mais cela ne m’a pas dérangé plus que ça, je me suis vraiment laissé porter par l’histoire. Original graphiquement, ensuite… les planches en « jettent » vraiment, le style dépouillé est intéressant et renforce l’onirisme dont je parle plus haut… tout en restant très lisible. Je me suis souvent arrêté pour admirer le dessin. Le ton un peu froid fait que l’histoire n’est pas spécialement touchante ou marquante, mais j’ai passé un agréable moment de lecture…

20/10/2019 (modifier)